Déploie tes ailes tome 1

Coeur sucré

Deploie tes ailes tome 1 coeur sucre 790503 121 198

E 2

E1tre un ange gardien, Jasper Dunn adore ça ! Mais ce qu'il préfère par-dessus tout, c'est mettre son grain de sel dans la vie de ses protégés. Or, il n'en a pas le droit. Après avoir transgressé une fois de trop le règlement, il se voit contraint de faire équipe avec celui qu'il considère comme l'ange le moins angélique de tout le Paradis... Cameron Ellis. Ces deux-là n'ont rien en commun, si ce n'est leurs esprits rebelles qui donnent du fil à retordre à leur chef, Aristote. Les faire travailler côte à côte sur une nouvelle mission de routine devait les calmer, mais c'est tout l'inverse qui se produit. Au contact de l'autre, ils deviennent encore plus intenables. À coup de piques et de frictions, Cameron et Jasper vont jouer, se chercher, s'apprivoiser et, fatalement, finir par se rapprocher. Ces deux anges pas comme les autres, à l'humour ravageur et aux réparties décapantes, vont vous donner envie de vous faire greffer des ailes pour aller faire un petit tour... là-haut.

B 2

 

3 14 Tu me fais tourner la tête, mon manège à moi c’est toi, je suis toujours à la fête, quand tu me prends dans tes bras. Je ferais le tour du monde, çà ne tournerait pas plus qu’çà, la terre n’est pas assez ronde, pour m’étourdir autant qu’toi. Comme on est bien tous les deux, quand on est ensemble nous deux, quelle vie on a tous les deux quand on s’aime comme nous deux … (Edith Piaf)’’ Oh vous êtes là !!!!! Au temps pour moi. Non pas que je vous ai oublier, mais la chronique d’aujourd’hui m’a fait penser à cette chanson et bien d’autre encore. Car effectivement, avec la sortie du tome 4 de Déploie tes ailes de Rose Darcy, qui est pour bientôt, je me suis dit : et si je vous faisais part de mon avis sur ce livre, ou plutôt le tome un. Après tout l’amour, le grand amour il existe vraiment. Et si on rajoute un peu de perversité, ça donne quoi ??? Bin çà donne, ça donne, ça donne ... Certainement pas un genre de 50 nuances de Grey, mais plutôt un genre grande ailes blanche, grande gueules, vulgaire, et tout cela au paradis. Au paradis ??? C’est quoi ce bins ??? Bin !!!! venez le découvrir.

De la perversité au paradis !!!! Hum ! Hum ! Vous ne me croyez pas ??? Ce n’est pas très gentil çà. Oh j’ai une idée. Et si je vous laissais lire le synopsis de cet opus, pour le moins rocambolesque, peut être que vous accepterez mieux ce que je vous ai dit ? Alors ! Tenter ? Ou pas ? Être un ange gardien, Jasper Dunn adore ça ! Mais ce qu'il préfère par-dessus tout, c'est mettre son grain de sel dans la vie de ses protégés. Or, il n'en a pas le droit. Après avoir transgressé une fois de trop le règlement, il se voit contraint de faire équipe avec celui qu'il considère comme l'ange le moins angélique de tout le Paradis... Cameron Ellis. Ces deux-là n'ont rien en commun, si ce n'est leurs esprits rebelles qui donnent du fil à retordre à leur chef, Aristote. Les faire travailler côte à côte sur une nouvelle mission de routine devait les calmer, mais c'est tout l'inverse qui se produit. Au contact de l'autre, ils deviennent encore plus intenables. À coup de piques et de frictions, Cameron et Jasper vont jouer, se chercher, s'apprivoiser et, fatalement, finir par se rapprocher. Ces deux anges pas comme les autres, à l'humour ravageur et aux réparties décapantes, vont vous donner envie de vous faire greffer des ailes pour aller faire un petit tour... là-haut.

Bien je vous l’avais bien dit non ! Quoi ? Même le résumé du livre ne vous laisse pas sur le cul ??? Bon et bien il ne me reste plus qu’à parler des personnages alors. Peut-être quand les découvrant, vous comprendrez que ces anges ne sont pas du tout, mais alors vraiment pas du tout angéliques.

Jasper est un ange gardien. Du moins c’est ce qu’il devrait être. Malheureusement, il a tendance à faire en sorte que ses protégés trouvent comme par miracle la perle rare pour leur vie future. En gros il pique le boulot des cupidons. Malheureusement pour lui, sa dernière frasque a été la goutte d’eau qui fait déborder le vase. C’est un être sexy à sa façon, roux, poignée d’amour, ni trop grand, ni trop petit, avec un humour peu banal, un langage grossier voir vulgaire, mais surtout il a un péché des plus capitaux : la gourmandise. C’est sûr qu’il est à mille lieues des personnages masculin, romantique, fou d’amour, que l’on trouve dans les romans à l’eau de rose. Oh non ! Loin de là. C’est un être réaliste qui aime veiller sur les autres, et au risque de se faire pécho par son boss, il joue les cupidons pour les âmes en peine. Alors c’est sûr qu’à chaque fois qu’il transgresse les règles, il se fait vite remonté les bretelles, … oups désolé il se fait remonté les ailes. C’est un homme foncièrement bon, il a la main sur le cœur, aide son prochain, bref le parfait petit ami. Son humour quant à lui, sur pour sûr, vous allez vous tordre de rire avec ce ‘’sucre d’orge’’. Mais quand est-il de son comparse.

Cameron … C’est tout le contraire, beau, musclé, un égo plus gros que le monde tellement il est surdimensionné, et incroyablement insupportable. J’ai eu envie de lui foutre des baffes du début à la fin. Mais je me suis payée de sacrés moments de fou rire avec lui aussi. Si son ami Jasper ne correspond en aucune façon au type de héros des livres romantiques, Cameron si. Au fils de la lecture, on découvre que le jeune homme est totalement différent que l’on pense. En fait c’est un être touchant, tendre, sensible, qui tente de se cacher derrière un grand mur pour ne pas souffrir. Cela donne à ce jeune homme un coté ténébreux, et mystérieux. Je l’ai trouvé plutôt mignon dans son rôle. Tout comme Jasper, il n’aime pas suivre les règles, et lui aussi se voit ‘’puni’’. Son humour et ses blagues sont aussi tordante que son comparse.

Aristote, lui on sent bien qu’il cache quelque chose, mais quoi ??? C’est un être ferme, qui aime l’ordre, et surtout que ses employés fassent leur boulot comme il le faut. Il les materne comme une mère poule, mais dès que l’un d’entre eux fait trop de ravage, il devient vite le père fouettard. Mais je ne le connais pas encore suffisamment pour aller plus en avant dans le caractère de ce personnage.

Voilà c’est tout pour les personnages de ce tome. Mais d’autres sont présents, même si c’est juste en coup de vent.

Alors vous commencez à être convaincu par le fait qu’il existe de la perversité au paradis ? Presque ! Super c’est déjà un gros progrès. Alors continuons à creuser plus profondément l’histoire avec la plume de l’auteur, la romance entre les personnages et l’intrigue du livre.

La plume de Rose Darcy est une plume extrêmement légère avec une bonne touche d’humour et de vulgarité. Sans vouloir être méchante, car c’est un coté que j’ai énormément apprécié. Cet humour à la limite de l’indécence est tordant, on se retrouve vite les fesse par terre si l’on ne fait pas gaffe tant on rit. De plus à plusieurs moments j’ai eu l’impression de m’envoler tant l’histoire est tordante. Par ailleurs, le rythme est plutôt soutenu, même si elle voyage au fils du vent. Tantôt elle décolle, tantôt elle plonge, à d’autres moments ce fut la ligne droite, bref on joue aux montagnes russes, et votre petit cœur de lecteur vous le fait savoir quand vous le sentez battre à fond. Sans compter les rebondissements et quiproquos en tous genres. Les pages défilent si vite que lorsque vous fermez le livre, vous vous dite : déjà fini ? Dommage que ce fut court. Les descriptions sont très belles, très bien décrites, aussi bien la ville dans laquelle les anges vont devoir aller faire leur boulot que le paradis lui-même. J’ai adoré. Les personnages aussi sont plutôt charismatiques, un caractère de cochon, un humour obscène, possède un ou deux des sept péchés capitaux, sexy, bad boys, rebelles, et j’en passe. Que dire de plus, tous les ingrédients sont là, et ce livre n’en n’est que plus attirant.

Coté romance c’est fou rire garanti. On dirait deux ado prépubères qui se tournent autour et qui utilisent un langage grossier pour s’attirer l’un à l’autre. MDR. On va dire aussi que les deux protagonistes sont des hommes, et comme tous les hommes (désolé messieurs), ils jurent, injurient, agissent comme des mômes, font tourner tous ceux qui ne sont pas dans leurs cercles comme des bourriques, et surtout adorent jouer à qui pissent plus loin. LOL. Bref ce que je veux dire par là c’est qu’à force de faire jouer à Jasper tourner manège, Cameron m’a fait rire. Et que dire de Jasper qui fait tourner en bourrique Cameron. Là aussi c’est fou rire garanti. Voir tous les deux se tourner autour, se lancer des pics, riposter par bouderies, des colères titanesques, ou mieux par des vacheries, ce fut des moments de purs délices. Mais je pense que le vrai moment où mon cœur à fait des ratés, ce fut la grande déclaration, si je puis dire ainsi. Alors même si au début au début Jasper et Cameron ne se supportaient pas, ils ont fini par se tourner autour, se chercher pour finir par tomber dans les bras l’un de l’autre. Oh Cupidon quand tu nous tiens, tu ne nous lâche plus tant que l’on n’est pas ensemble.

Quant à l’intrigue, une chose est sure, même si elle va dans tous les sens, elle finit toujours par arriver là où elle doit être. Ce que je veux dire par là, c’est que tout du long de l’histoire, il n’y a qu’une seule chose qui compte, que Jasper, tout comme Cameron sont punis pour avoir transgresser une fois de plus les règles des anges gardiens. Et pour se faire pardonner, ils doivent collaborer ensemble sur un nouveau dossier. Et bien entendu l’un comme l’autre doit faire ne sorte qu’ils ne finissent pas par faire une bêtise encore une fois. Mais nos adorables anges pervers et rebelles sont d’une tout autre oreille. Car des bêtises il y aura à la pelle. Mais, car il y a toujours un mais, la punition va devenir nouveau boulot. Oh joie, oh amour, oh, oh, oh … Je crois que papa noël est passé par là avec Monsieur C, le grand Cupidon lui-même. Car nos anges ne sont pas les seuls à nous avoir fait tourner en rond. Et je dis chapeau bas à Rose Darcy, car à aucun moment, en dehors du fait que Jasper et Cameron finissent ensemble, j’ai pensé que l’intrigue était toute autre. Rose Darcy à su parfaitement cacher ses intentions premières derrière l’intrigue de la punition.

En conclusion, Cœur sucré est un tome qui se dévore, car en fait si vous couliez le lire, prenez toujours quelque chose à manger, la gourmandise de certains vous donne des envies … à vous remplir la panse. Bourré d’humour, de joutes verbales piquantes, d’obscénité sans l’être énormément, d’amour, de joie, et de romance, il vous fait passer un moment de pure délicieuse folie. Nos anges pervers au paradis, c’est une illumination que l’auteur à sut parfaitement gérer. A la fois drôle et légère l’histoire vous pleurer de rire. L’originalité pour anges, qui différent de ceux que j’ai lu par le passé vous fait envoler au confins de l’univers, avec bonus à la clef. Pour moi ce premier tome est un énorme coup de cœur et je ne le regrette pas une seule seconde, ça je suis totalement sous le charme de ‘’sucre d’orge’’ et de ‘’mon cœur’’. Un vrai petit coin de paradis. Bonne lecture à tous et à bientôt pour une nouvelle chronique. Oh une dernière chose maintenant que vous avez mon avis et que vous allez courir vous chercher le livre, vous allez dire : oui Parole d’une livrophage tu as raison. Au paradis, la perversité existe. Hi, hi, hi …

13 8

 

— Ne t’y habitue pas trop, lance-t-il.

— Je me disais aussi, soupiré-je exagérément.

Son rire se propage le long de mon épine dorsale. J’adore l’entendre.

— Si je comprends bien, je ne peux pas baver à l’idée que mon mec m’apporte le petit déjeuner au lit, hein ?

— Même pas en rêve, Jasp.

— Merde. Tu n’étais pas livré avec toutes les options ?

— Tu es tombé sur le modèle défaillant du lot, faut croire.

Je me retourne dans ses bras et plonge mes yeux dans les siens.

— Je dois être sacrément atteint, alors, chuchoté-je.

— Pourquoi ?

— Parce que je n’ai même pas envisagé une seconde de contacter le service après-vente.

Cameron sourit en secouant la tête.

— Je préfère ça.

— Moi aussi.

Mon ange dévoyé est loin d’être parfait. C’est la même chose pour moi. À nous deux, on cumule un certain nombre de défauts qui en feraient fuir plus d’un. Ensemble, la somme associée devient astronomique. Pourtant, ces derniers jours, nous avons réussi à nous apprivoiser. On s’est testés, on a joué, on s’est blessés aussi. Mais au final, tout ça en valait la peine. Il en vaut la peine.

— Dis-moi comment tu as réussi à percer mon cœur.

— Mon charme irrésistible a fait tout le travail.

— Hum…

— Je te voulais, Jasp. Méchamment. J’ai potassé mon sujet. Je savais que je n’aurais qu’une chance avec toi.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site