Déploie tes ailes tome 4

Coeur rebelle

Deploie tes ailes tome 4 coeur rebelle 964790 264 432

E 2

B3enjamin Jamison est un Cupidon pas comme les autres et, depuis que tous ses frères de l’USAP ont trouvé leur moitié, il est même devenu un spécialiste intersidéral pour « tenir la chandelle ».

Secrètement, et malgré son passé douloureux, lui aussi rêve de trouver son ange charmant.

Après que Benji ait touché le fond, sa famille lance une intervention dont il se serait bien passé, mais à laquelle il ne peut pas échapper. Surveillé de près par toute la bande, Benji va devoir réfléchir à ce qu’il veut vraiment et tout faire pour l’obtenir.

Un ange du bonheur.

Un sosie de Dumbledore.

Une licorne magique.

Une pluie d’étoiles...

Pour Benji, l’ange le plus déjanté de Nirvana, il est temps d’ouvrir son cœur et de se battre. Armé de son humour scabreux, de ses réparties à deux balles et de ses frères pervers, il va relever le défi le plus important de toute sa vie : être heureux.

B 2

 

E3h bien, eh bien, eh bien !!!!!!!!! Cela va faire quasiment quinze jours que je n’ai pas écrit une seule ligne. Il faut dire pour ma défense, que mon fils est en vacances, et comme il adore parler en longueur de temps, je ne peux chroniquer tranquillement sans être déranger une seule fois. Ajoutez à cela une bonne dose de grippe, et vous obtenez des vacances forcées. Ah, ah, ah. Mais, il se trouve que je suis allergique au temps qui passe, et qu’il me faut à chaque instant un bon bouquin à me mettre sous la dent. Du coup, j’ai lu, j’ai lu, j’ai lu, encore et encore et à ce jour, je dois être arrivé au vingtième livre au moins. Mais il y a un livre dont il fut que je vous parle absolument. J’ai lu toute la saga, chroniquer les deux premiers tomes, mais le cinquième livre est encore tellement ancrer dans ma tête, que je me suis dit « pourquoi pas ». Pourquoi ne pas vous faire découvrir des anges pervers, déjantés, casés. Ah ! Ok ! Vous n’avez pas compris que j’allais vous parler de ces drôles d’oiseaux divins et sexy que sont les anges du Nirvana de Rose Darcy. Ce n’est pas grave ! Car aujourd’hui vous allez plonger complètement au cœur de l’histoire, et découvrir le plus démentiel de tout le petit groupe.

Et comment peut-on s’immerger dans ce monde ? En lisant la quatrième de couverture bien sûr. Benjamin Jamison est un Cupidon pas comme les autres et, depuis que tous ses frères de l’USAP ont trouvé leur moitié, il est même devenu un spécialiste intersidéral pour « tenir la chandelle ». Secrètement, et malgré son passé douloureux, lui aussi rêve de trouver son ange charmant. Après que Benji ait touché le fond, sa famille lance une intervention dont il se serait bien passé, mais à laquelle il ne peut pas échapper. Surveillé de près par toute la bande, Benji va devoir réfléchir à ce qu’il veut vraiment et tout faire pour l’obtenir. Un ange du bonheur. Un sosie de Dumbledore. Une licorne magique. Une pluie d’étoiles... Pour Benji, l’ange le plus déjanté de Nirvana, il est temps d’ouvrir son cœur et de se battre. Armé de son humour scabreux, de ses réparties à deux balles et de ses frères pervers, il va relever le défi le plus important de toute sa vie : être heureux.

Ah la la, c’est sûr que vu comme ça, on a envie de sauter sur le livre et d’aller le lire au plus vite. Mais cependant quand est-il des personnages du récit ? Car il faut bien se l’avouer ! Sans personnages, pas de récit. Et sans récit, pas de lecture.

Benji est l’un de mes petits pervers ailés préférés après Jasper et Cameron, bien entendu. Cupidon depuis sa mort, il est celui qui à créer le programme permettant d’identifier quel ange est fait l’un pour l’autre. De plus, j’adore ses blagues, quitte à ce que Cameron lui courre après. De tous les anges, c’est le plus taquins, le plus déluré, le plus déjanté, le plus marantissime (mot inventé, sortant de mon dictionnaire spécial Parole de livrophage). Mais dans ce tome, Benji est malheureusement malheureux. Son ex Conan là brisé en mille morceaux. Et croyant qu’il puisse se refaire, Benji va alors s’offrir des corps à corps aussi chaud et brulant avec des inconnus et après avoir ingurgiter des tonnes et des tonnes d’alcool. Dieu merci, il va réapprendre à vivre grâce à son meilleur ami dont il est secrètement amoureux. Petit à petit, il va alors s’ouvrir, se laisser aller à ses émotions, et surtout redécouvrir le sens des mots partages, soutiens et amour.

Jay est un ange du bonheur. C’est un homme qui a les pieds sur terre et qui adore que tous ceux qu’il côtoie soient heureux. Hétéro jusque dans sa mort, Jay va aller faire une petite retraire dans un sanctuaire sur Mars afin de se ressourcer et aussi méditer. Son retour au Nirvana, va l’amener auprès de Benji. Toujours prêts à soutenir son ami, il va alors travailler de concert avec les pervers de l’USAP afin de ramener Benji sur le chemin de l’amour, quitte à découvrir tout ce par quoi Benji est passé. Mais c’est son soutien inconditionnel qui va les rapprocher. Sans compter que le fait de sa petite retraite sur Mars lui a ouvert les yeux sur ce qu’il est réellement. C’est quelqu’un de posé, sincère, honnête, doux, attentionné, humoriste, protecteur, il aime voir les gens autour de lui heureux, adore manger des sucreries, etc. A lui tout seul, c’est le mec parfait, en plus il est beau, sexy, bref il a toute la panoplie du parfait petit ami. Mais qui sait, il cache peut-être des choses qui ne sont pas belle à voir. Mais non, je plaisante, … C’est un mec trop chou.

Bien entendu, on se retrouve avec tout le groupe de l’USAP sur les bras, avec Jasper enceinte, Cameron au petit soin de son homme et qui vous font toujours autant marrer l’un ou l’autre. Dylan et Bastien qui sont toujours en train de se galocher. Jude et Casey la grande faucheuse qui sont inséparable. Et bien entendu Eros et Aristote les plus vieux anges du Nirvana et big boss de nos pervers ailés. Tous présent, tous aussi déjanté, tous aussi pervers. Toujours prêt à vous faire rire, mais toujours prêt à se soutenir mutuellement où à aider l’un des leurs.

Comme vous l’avez compris, je ne m’attarderais pas plus sur tous les personnages du tome vu qu’on les connaît tous. Mais à ce niveau-là, on arrive au moment où ont approfondi encre plus le roman avec la plume de l’auteur, la romance entre les personnages et bien évidement l’intrigue du livre.

Rose Darcy a toujours su me faire planer avec sa plume humoriste, avec une pincée de vulgarité, et de tension. Contrairement aux autres tomes de la saga, la légèreté est remplacée par une pulsion palpable. C’est vraiment plaisant. La lecture est facile, et on y passe un très bon moment. L’humour est certes présent aussi, cependant, vu comment le personnage de Benji souffre, il est tout à fait normal que l’humour ne soit pas exactement ce qu’il fut que dans les tomes précédents. Le rythme de la lecture est tantôt calme, tantôt soutenu, tantôt les sentiments sont explosifs. Oh que oui, mon cœur a battu au rythme des sentiments et des actions de Benji. Je ne parlerai ni des descriptions du Nirvana, pas plus que celle des castes des anges, vu que j’en ai plus que parler dans mes autres chroniques. Les rebondissements et les quiproquos sont peu nombreux, mais, bien présents pour le plus grand bonheur des fans. Les pages défilent vite, la fin arrive trop vite, et quand la dernière page est tournée, on espère que Rose Darcy écrira au plus vite le tome cinq. Dommage que ce tome fût aussi court, il faut dire que ce n’est que la première partie. Les moments sont si intenses que nos émotions sont à fleur de peau. Les personnages principaux quand a eus sont touchants, ils sont loin de ceux que l’on a connu. Ils sont bien sexy, ont bien de l’humour obscène, un peu rebelles sur les bords, mais pas autant que ceux des autres tomes. Je ne dirais pas plus sur ce point, car je pense que tous les ingrédients sont présents pour faire envi d’attendre que la suite sorte au plus vite.

Ensuite, la romance entre Benji et Jay à l’air plutôt mal barré, si vous voulez mon avis. Du moins au début. Pourquoi ? Benji est un gay et Jay un hétéro. Cependant une grande amitié est née entre eux deux. Mais avec le temps, Benji a vu dans son cœur naitre un grand amour pour son ami. Pourtant, il va garder pour lui ses sentiments. Et malheureusement pour lui, croyant qu’il pourra oublier autant son passé que son amour pour le beau Jay, il va se laisser aller à des relations d’une nuit, sauf pour le fameux Conan. Ce dernier l’a plus que détruit. C’est pour cela que l’on découvre un Benji saoul, énervé, incapable d’humour, en un mot brisé, et cela dès le début du livre. Mais quand Jay apparait de nouveau dans sa vie, Benji va redevenir le petiot angelot tout mignon, plein d’humour, de joie de vivre qu’il retrouve petit à petit. Car l’amour est là ! Tout près ! Jay est de retour, et au fur et à mesure que l’histoire avance, ce dernier lance des petites étincelles qui embrouillent l’esprit de Benji. On se demande sans cesse si Jay est vraiment hétéro ou si tout simplement il ne cache pas ses véritables sentiments pour Benji. Qui sait notre beau Jay ne doit pas être autant hétéro qu’on le pense !!!!! Affaire à suivre.

Enfin l’intrigue du livre est comme pour les autres tomes de la saga, trouver l’amour pour les cupidons avec coup de pouce de la part des potes pervers. Comme les autres personnages se sont découvert l’amour avec un grand A et qu’ils filent le parfait amour, ils vont s’attaquer à celui de Benji. Mais vu comment ce dernier s’est enfoncé dans le désespoir le plus total et le plus profond, on est sûr que cela ne sera pas une partie de plaisir. Mais Jude va comprendre ce qui se passe quand va arriver le fameux Jay. Et avec l’aide de leurs amis, et aussi du beau Jay, Benji va se redécouvrir. Ou plutôt va devoir se mettre à la diète du sexe. Ah oui ! Celle-là je ne l’avais pas vu venir, et je me suis marrée pendant près d’une heure de temps au moins. Pour dire mes hommes m’ont demandé si je n’étais pas devenue folle. Bref, l’intrigue est simple, colle parfaitement avec les autres tomes, et je n’ai qu’un désir, la suiteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee.

En conclusion, encore un livre génial de la part de Rose Darcy. Benji est certes celui qui est le plus déjanté de ses potes pervers, mais aussi le plus fragile. J’ai adoré découvrir son histoire, découvrir ses sentiments réels, le voir sous un autre jour. Mais, il n’y a qu’une chose qui me chiffonne dans ce livre. Oh oui une seule et pas des moindre. Le temps qu’il va falloir attendre pour la suite de la saga. Pourquoi ? Eh bien parce que l’histoire de Benji chou ne peut pas se finir de cette façon. Je viens de me rendre compte en couchant les derniers mots de ma chronique, que je ne vais plus avoir droit à rester sans écrire plus d’une semaine. Trouver mes mots ne fut pas chose aisé. Non pas que je ne savais pas quoi écrire, loin de là, mais plutôt parce que je ne savais plus quel mot signifiait quoi. Mord de rire. Un gros trou de mémoire à fait irruption dans ma tête. Hi, hi, hi … Sur ces bonnes paroles chers amis Livrophage, à la prochaine pour une nouvelle chronique en espérant que je ne mette pas autant de temps pour coucher mes pensées sur mon clavier.

13 8

 

— Tu as décidé de te faire adopter par la famille Addams ? demande Jay lorsque je débarque sur le palier de son loft ce soir-là.

— Ha ! Ha ! Ha ! Je suis mort de rire.

Il sourit et je me retrouve à répondre à ce sourire sans même y penser. Bordel, qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? C’est Jay, pour l’amour de Papy ! Jay !

— Sérieusement, tu en as marre des Cupidons au point de vouloir t’enrôler avec les anges de la Mort ? me demande-t-il en me faisant entrer.

— Nan. J’ai perdu… quelque chose.

— Quoi ?

— Mes attributs.

— Hein ?

— Assieds-toi, Jay. Ça va te faire un choc.

Il s’exécute prestement, prenant place sur un bout du canapé. Je m’assieds à mon tour, du côté opposé du sofa. Je passe mes jambes sous moi et lâche :

— J’ai… Hum… Comme qui dirait, passé un pacte avec le diable.

— Lulu ?

— Ce n’est pas vraiment Lucifer, non.

— Alors qui ?

— Je t’ai parlé de mes frères de l’Unité Spéciale à laquelle j’appartiens…

— Oui, acquiesce-t-il, son visage de plus en plus pâle sous l’éclairage diffus des néons qu’il a accrochés au plafond.

— Eh bien, ils ont estimé que j’avais un problème et que je devais le régler.

Jay hoche la tête et je poursuis :

— Donc, depuis… vingt heures environ, je suis devenu abstinent.

— Tu… Tu…

— Ouais, c’est choquant, je sais.

— Mais… mais…

— Trente jours, c’est le deal. Je ne dois coucher avec personne durant ce laps de temps.

— Abstinent ? dit-il en faisant rouler le mot sur sa langue, comme s’il avait du mal à l’associer à moi et à le formuler.

Je ne peux pas lui en vouloir. Moi-même, je suis toujours estomaqué de les mettre tous les deux dans la même phrase.

— Abstinent, confirmé-je.

J’attends. Une seconde. Deux. Trois. Et là, c’est le drame. Jay, mon meilleur ami Jay, l’homme qui est censé me soutenir contre vents et marées… cet homme-là explose d’un rire tonitruant et s’écroule sur le canapé.

— Enfoiré ! grogné-je.

Ni une ni deux, je saisis le coussin contre lequel je me suis assis et le lui balance. Jay l’évite en levant ses bras devant lui. J’aperçois son visage, éclairé par son rire, les larmes qui débordent au bord de ses yeux. Je le vois se tordre car le souffle lui manque. Putain, qu’il est beau !

— Ça te fait rire, imbécile ?

— Ou… ouais ! croasse-t-il.

— Je te déteste ! lancé-je en me jetant sur lui.

Nous nous retrouvons aussitôt l’un sur l’autre, moi hurlant et lui riant. Des mains en saisissent d’autres, des jambes s’entremêlent. Je finis par l’attaquer en lui chatouillant les côtes. Jay se tortille sous moi, son corps si chaud, si proche du mien que je commence à sentir l’excitation grimper en moi. Je m’immobilise soudain, alors qu’il entoure mes poignets de ses doigts épais, tenant mes mains loin de lui. À bout de souffle tous les deux, je ne peux plus que le regarder tandis qu’il écarte les jambes, m’amenant à me positionner un peu plus douillettement entre elles. Je suis sûr qu’il peut entendre les battements frénétiques de mon cœur. J’essaie de ne pas me focaliser sur ce que je crois lire dans ses yeux, parce que c’est impossible que ce soit vraiment là.

— Tu ne me détestes pas, affirme-t-il.

Je soupire. Il libère l’un de mes poignets et ses doigts se font aériens quand ils s’enroulent autour de l’une de mes mèches de cheveux.

— Tu m’aimes, chuchote Jay

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire