Felicity atcock Tome 1

Les anges mordent aussi

Z110 1

E 2

13 7 J’ai vraiment pas de bol, il aura suffit d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir. »

Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

B 2

 

M2ouai !!!! Me voilà de retour. Et ouaip j'aime lire, il n'y a aucun mal à cela ? Quand d'autre préfère sortir en boite, moi, je préfère rester chez moi, bien au chaud dans ma couverture, avec un bon bouquin et écrire ma chronique par la suite. Mais bon là je m'égare. Devinez quoi ? J'ai découvert qu'il existait de drôle d'emplumés. Pas dans le sens gros, enveloppé, ou tout ce qui rappelle cette morphologie. Nan !!!!!!!!! Des emplumés avec des ailes et tout le tintouin. Quoique !!!!! Les seules ailes que je leur reconnaissent c'est leurs conneries masculine. Et en plus çà mord. Hi, hi, hi, je suis mdr. Oui vous avez entendu ça mord. Quand j'ai eu ce livre dans les mains et que j'ai vu le titre, je me suis dit qu'il y avait un problème. Il faut dire que pour ma part j'ai tendance à dire que soit ces volailles sont doux comme des agneaux, soit empoisonnant comme le venin d'un serpent, ou encore prennent l'âme des gens, ou mieux qu'ils sont déchus. Mais là qu'ils mordent et en plus à la lecture je me rends compte qu'ils sont portés sur le sexe, je ne vous dit pas comment je me suis marrer. Je ne dit pas non plus que la couverture n'est pas attrayante bien au contraire. Moi ce qui a retenu mon attention, c'est que ces piafs sexy et machos mordent. OUI je suis encore là dessus. Sincèrement je plaint la pauvre héroïne qui se retrouve au milieu de tout cela. Bref pour comprendre mon engouement, je vais vous parler de ce livre mordant …

Parlons un peu de notre héroïne avec ce synopsis pour le moins malchanceux pour elle. Felicity Atcock est une jeune anglaise, travaillant dans une chocolaterie et surtout une gentille fille très serviable, voir trop et elle se décrit comme étant la bonne poire de service vu qu'elle ne sait tout simplement pas dire non. Alors un soir quand sa meilleure pineco lui propose d'aller faire un tour en boite, elle ne peut pas le lui refuser. Cette dernière la suppliait de l'emmener à Londres pour une affaire de la plus haute importance ! Et pas pour n'importe quoi, un rencard, ni plus ni moins. Mais la soirée qui en devient très vite arrosée va lui apporter un homme à se damné est en train de la reluquer goulûment à l'autre bout de la piste. Petit soucis, ayant décidé de rester chaste temporairement, elle va vite se rendre compte que le sexy men est très entreprenant. Et quand au matin elle se réveil nue, et avec une morsure du à son coup d'un soir très miam miam, elle na s’attendait pas non plus qu'elle allait se retrouvée avec quelque ennuis aux longues canines dans son jardin. Car les vampires existent bel et bien, et ces derniers, chaque nuits, depuis cette soirée irréellement alcoolisée, vont venir s’enterrer dans son jardin. Jardin qu'elle aime à prendre soin. Alors oui miss Atcock est en colère contre eux et ne comprend pas comment tout à coup ils sont aussi attiré par elle que les abeilles par le miel. Du coup elle prie le ciel pour lui envoyé un sauveur pour son pauvre jardin dévasté, mais surtout pour lui ramené sa petite vie tranquille d'autrefois … même si elle est aussi ennuyeuse à mourir que regarder la pluie tomber. Mais si ce dernier est beau, sexy, riche et intelligent, elle est preneuse et ne s'en plaindra pas le moins du monde. N’empêche il semblerait que les anges ne sont pas toujours ceux que l'on croit …

Hum, hum, pas mal non !!! Dans ce cas découvrons ensemble les personnages de ce roman qui sont si angéliquement démoniaque.

Pour commencer Félicity Atcock, comme je l'ai dit plus haut, est une jeune anglaise travaillant dans une chocolaterie et vivant seule dans sa maison, vu que sa mère est morte et qu'elle n'a jamais connu son père. Elle aime à prendre soin de son jardin qu'elle bichonne comme si c'était un enfant. Mais par dessus tout, elle aime à rendre service, et comme elle est incapable de dire non, elle aime dire qu'elle est une bonne poire. Mais à coté de cela, je dirait qu'il faut toujours se méfier de l'eau qui dort. En effet malgré ce coté très sympathie, Félicity à un caractère, plutôt haut en couleur, pour ne pas dire un caractère de cochon. Si quelque chose la dérange, elle est capable de s'énerver et c'est comme un orage avec éclaires à la clef qui vous tombe sur la tète. Mais cette belle donzelle, possède un humour tout en finesse qui peut choquer plus d'un mais qui fait mouche à tout bout de champs. Et en plus elle est capable de remonter le moral du lecteur triste, tant elle est coquine. C'est vraiment un personnage attachant. Et puis ses pensées sont plutôt drôle et zinzin. Sans compter son humour, fait d'expressions et métaphores qui sont quelque peu déconcertantes mais la plupart m'ont bien fait rire, au point de rester graver à jamais dans ma mémoire. J'adore. Mais comme tout un chacun, elle possède aussi une amie sur qui elle peut compter, mais surtout qui est aussi loufoque qu'elle est mature.

Daphnée, est la bonne copine. Je veux dire par là, celle avec qui vous allez faire les quatre cents coups. La dégourdie de service, la loufoque, la fofolle. Et nous avons tous et toutes, un ou une ami(e) de ce genre dans notre entourage. Et puis une telle amie, nous entraîne systématiquement dans des soirées un peu foldingue, où tout va en vrille. C'est à se demander où irait le monde si ces personnes n'existait pas. Sans compter les idoties qu'elles sont capable de dire juste pour vous faire rire. De plus, c'est aussi le genre de personne qui sera toujours là, prés de vous, pour vous soutenir, et vous écouter vous épancher sur tels ou tels chose ou problèmes, ou … Bref vous m'avez compris.

Ensuite vient les emplumés sexy. Et pour ouvrir le bal, j’appelle Terrence, le flic aux facultés, craquant, protecteur, fort, et surtout qui cache sa vrai nature aux yeux de Felicity. Mais dont les vampires et démons ont peur comme si qu'il était le grand méchant loup. Il est trop craquant ce mec. Mais il n'est pas assez bad boys à mon goût. Il est vrai qu'il est responsable, mais, voyez vous, malgré son coté chou, vu qu'il sert le paradis, je le trouve encore trop sage. Je le sens humain, malgré le fait qu'il soit un ange, et il a le chic pour calmer miss catastrophe sur patte. Il est charmant et attentionné envers Felicity. Bref ce policier macho, jaloux et possessif, avec un caractère bien trempé, sexy, avec ses défauts et ses qualité, est un excellent personnage, mais à part çà, ce n'est pas vers lui que va mon cœur.

Nan, mon cœur va pour l'autre emplumé, prétentieux et cabotin comme pas deux : Stanislas qui est très énigmatique, sombre, un brin protecteur sans en avoir l'air, c'est vraiment le bad boy de l'histoire. Mais moi je le trouve chou, drôle, loufoque même, et en plus j'ai adoré la scène de l'église avec Félicity et son décoté. C'est un déchu et il ne veut pas prendre le risque de faire une action qui le ferait tomber dans le camp paradis ou dans celui de l’enfer. Ah çà, non. Stan préfère s'amuser à draguer, à draguer ou encore à draguer. Un vrai don Juan. De plus il est coquin, possède le sourire le plus irrésistible, la parole qui titille vos sens et un appétit féroce pour la chaire, surtout celle de Félicity, dont il a laissé une très belle marque. Il est juste comme il faut. J'en prendrait bien un peu juste pour une heure ou deux, pas vous ?

Bref passons aux choses sérieuses en nous enfonçant plus en profondeur dans le roman avec la plume de l'auteur, la romance entre les protagonistes et bien entendu l'intrigue du tome.

Tout d'abord, la plume de Sophie Jomain est très légère et même fluide. Quand on lit, on se laisse facilement transporté sur cette vague. Et puis d'un coup quand on tourne la dernière page, on se dit ''déjà finit'', c'est pour dire à quel point c'est additif comme tout, mais aussi que les pages défilent à une allure folle. J'en ressent encore les frissons pour tout vous dire. L'univers est bien enrichie avec toutes ces créatures surnaturelles qui sont très bien introduites au moment venu. Mais Sophie Jomain à sut leur donner un nouveau souffle en changeant un peur leur mythologie, comme par exemple les vampires qui s’enterrent pour dormir, du coup même si l'on se dit encore des anges, ou encore des démons voir même encore des vampires, on sent bien qu'ils sont différent de ceux que nous avons découvert, et que du coup, on en veut plus. Par ailleurs, un des aspect au niveau de la plume, est bien évidemment l'attention que l'auteur apporte aux descriptions, qui nous plonge rapidement dans l'univers du récit, mais aussi au niveau des personnages, qui sont si bien décrit, si bien intégré, voir si humain, que l'on pourrait penser qu'ils existent vraiment, j'imagine seulement Félicity avec ses répliques mordantes. Oui, Sophie Jomain à une très, très belle écriture.

Ensuite pour le coup arrive bien évidement la romance entre les personnages. Félicity, se voit être dragué par deux bels hommes. Des volailles. Des anges, si jusqu'à présent vous n'avez pas compris. D'un coté, vous trouvez Terrence le flic et de l'autre Stan le cabotin. Terrence, va tout faire pour avoir Felicity en la courtisant tel un gentlemen, même si à mon humble avis, il est pas si gentlemen que cela. Il cherche à la protéger contre tous le mal, et va même lui proposer de l'aider dans l'entreprise qu'elle est entrain de solutionner. Tandis que Stan, bin, mister lui va la faire tourner un peu en bourrique, va lui dire tu m'appartient, le macho … Alors quand Stan découvre que Terrence courtise sa belle, et que Terrence découvre que c'est Stan qui à mordu sa dulcinée, je ne vous dis pas les problèmes. Ce moment je l'ai adoré quand ils étaient sur le point de se battre et qu'ils ont du laisser leurs auras flamboyer et que Félicity à intervenu pour les empercher. Pour un peu elle leur aurait bien tirer l’oreille. Un vraiment moment de bonheur. Alors autant dire Terrence et Stan, c'est le jour et la nuit et Félicity l'air qu'ils respirent. Pour l'instant tout deux ce sont envoyés en l'air avec la belle. Affaire à suivre pour savoir qui sortira avec la donzelle.

Ce qui m’amène enfin à l'intrigue du roman. Vous l'avez compris, Felicity a un gros problème depuis que monsieur Stan l'a mordu. Tous les vampires des environs, et c'est elle qui le dit, viennent s’enterrer pour la journée dans son jardin. Tous les moyens sont bon pour l'aider dans cette entreprises. La tante qui est vampire, paraissait être une bonne sortie, mais en contre partie, il faut que Félicity donne son sang. Puis aller voir le patron de la boite de nuit La fièvre du samedi soir, mais après avoir compris que Stan est l'un des proprios, madame s'éloigne. Il ne lui restait plus qu'à faire avec, et voir son beau jardin être dévasté, encore et encore. Par contre j'ai eu l’impression que l'auteur adore Travolta. Bin oui quoi, La fièvre du samedi soir, c'est le nom d'un film dans lequel il jouait à l'époque. Encore heureux qu'elle n'est pas pris les nom de ceux de Grease. LOL. Bref vous avez compris, Felicity, cette douce jeune femme, attire les ennuis comme le sang attire les moustiques. Si un problème tome quelque part, c'est sure que c'est pour elle. Mais ces situations sont plus cocasses les unes que les autres et contrairement à ce que l'on croit, elles font parties de ce personnage génial. En gros, l'intrigue est très bien menée, nous menant de scènes délirante à d'autres. Entre action, humour et rebondissements, sans compter les scènes périlleuses dans lesquelles notre Félicity aime à s'y enfoncer. Alors il est totalement normal que l'on se pose la question, tout du long, va t'elle réussir à sortir de ce guêpier sans y laisser des plumes. D'autant qu'au fils du récit, on se rend compte que cette petite bonne femme, n'est pas ce qu'elle semble être. Mais les révélations sur son compte ne semblent pas étre pour maintenant. Alléluia !!!! E t j'ai bien l'impression que Sophie Jomain nous réserve encore de sacrées surprises dans le tome deux.

En conclusion, je n'ai qu'une chose à dire j'ADORE. Pour un premier tome, il est vraiment super. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Il faut dire que question personnages, ils sont plutôt attrayant et super. Je n'ai pas cesser de me marrer tout le long. La fin est vraiment très intrigante concernant les prochains événements, tout ou presque est remis en jeu et on comprend alors que les ennuis dans lesquels se trouve notre héroïne sont loin d'être résolus, ce qui promet un deuxième tome encore plus explosif. Moi qui était entrai d’attendre mon bus pour rentrer chez moi, je me suis tellement laissée emportée par ma lecture que je l'ai finit avant même que mon transport n'arrive. Et la meilleure dans cette histoire, c'est que j'avais encore du temps pour aller rechercher les autres tomes en librairie. Alors oui au lieu de rentrée chez moi avec un livre, je suis retournée avec trois. Et comme j'ai adoré ma lecture, je vais me mettre à celle du tome deux. Car si les anges mordent aussi, j'ai entendu dire que les anges ont la dent dur. Car si c'était un livre, qui ne fait que mettre en place l'histoire, alors c'est plus que réussi. A mes yeux ce n'est ni une ébauche, ni une entrée en matière. Alors à la prochaine pour la chronique du tome suivant.

 

13 8

 

Lorsque j’ai poussé la porte de l’église, je m’attendais à ressentir une sensation particulière. Vous savez, ce genre de trucs qu’on voit dans les films : les rayons du soleil qui passent subitement par les vitraux pour illuminer la nef, par exemple. Enfin bref, un signe que Dieu m’aurait fait pour me remercier d’être si conciliante avec ses gardiens... Rien du tout, j’ai eu droit à l’accueil d’une vieille dame maigrichonne avec un chignon impeccable perché très haut sur le crâne. Elle s’est approchée de moi, l’œil vif, en parlant si bas que j’ai dû me baisser pour l’entendre.

– Mademoiselle, votre tenue n’est pas appropriée à ce lieu. Vous êtes ici dans la maison du Seigneur. Puis-je vous suggérer de revenir un peu plus couverte, s’il vous plaît ? Dieu ouvre toujours sa porte à quiconque demande du réconfort et de la quiétude, il sera ravi de vous y accueillir, m’a-t-elle dit avec un adorable sourire.

Tout ça pour un short et un débardeur ? Si elle savait que j’étais si bien entourée, elle n’aurait pas autant ramené sa fraise, tiens ! Après ça, il ne faudra pas venir se plaindre de voir les bancs des églises pleins de vide ! Dépitée, j’ai fait demi-tour.
Avant de sortir, je n’ai pu m’empêcher de lâcher à une touriste italienne au décolleté plongeant et ô combien attrayant :

– Pas la peine d’entrer, les videurs refoulent sec !

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire