Cavalier 2 l'apocalypse tome 3

Mort

Image 170

E 2

9hanatos, le plus dangereux des Cavaliers, a enduré des milliers d’années de célibat pour éviter la fin du monde. Mais une nuit avec la délicieuse Gardienne Aegis, Regan Cooper, suffit à briser ses résolutions. Leur passion a pourtant un prix. Et Thanatos doit faire face à une vérité plus terrifiante que l’Apocalypse… il est sur le point de devenir père.
Tueuse de démons, Regan Cooper n’aurait jamais imaginé devenir mère, mais avec le sort du monde pesant dans la balance, elle n’a d’autre choix que de séduire Thanatos et de porter son enfant. Alors que la bataille finale se rapproche et que sa rage d’avoir été trahi est éclipsée par une passion indéniable pour la mère de son enfant, Thanatos réalise une chose essentielle : pour sauver le monde, il doit sacrifier la seule chose qu’il ait jamais désirée : une famille.

B 2

 

O2n est déjà arrivé au tome trois, et je me dis que bientôt la mini se finira. Car il ne reste plus qu’un seul livre avant le dénouement final. Mais en attendant, j’ai adoré me replongé dans cet univers une nouvelle fois. Et c’est un véritable plaisir que de retrouver mes petits personnages préférés, surtout Thanatos dont il était prévu d’être au centre de ce livre. La Mort est en colère et pourrait bien s’abattre sur nos têtes, pauvre mortels que nous sommes. Mais en attendant, la grande faucheuse s’est fait dérober un bien très précieux qui pourrait bien avoir des conséquences très graves pour le monde. Vous connaissez bien de quoi je parle ? Le seigneur de l’ombre s’est fait dérobé …. sa virginité. Allons découvrir ensemble comment cela a bien pu se produire.

Découvrons ensemble le synopsis de l’histoire. Thanatos, le plus sensible et le plus mortel des quatre cavaliers, a enduré des milliers d’années de solitude et d’abstinence pour empêcher de déclencher l’apocalypse avec un grand A, et mettre ainsi à feu et à sang le monde humain. Pourtant, lors d’une nuit, il suffit alors d’une nuit de débauche avec la belle et sublime aegie Regan, pour réduire à néant des siècles d’efforts. Mais pendant cette nuit magique, et leur étreinte enfiévrée, une conséquence des plus inattendues s’est produite. Regan tombe enceinte, une apocalypse a une échelle réduite néanmoins. Furieux d’avoir été manipulé par la soit disante douce femme, Thanatos va entrer dans une rage folle au point de vouloir tuer tous ceux qui passent sous sa main. Prisonniers de son propre frère, de sa sœur et des frères seminus, il va passer huit mois et demi immobiles et échafauder des plans. A son réveil, il va alors découvrir la vérité et aller à la recherche de cette jeune femme enceint afin de protéger l’enfant. Car si l’enfant meurt, la fin de l’humanité telle que nous la connaissons finira par disparaitre.

Venons maintenant aux personnages. Et pour ne pas déroger à ma règle, commençons par les femmes. Regan est une belle jeune femme qui travaille pour ces vieillards idiots de l’Aegis. Elle est courageuse, possède une bonne répartie et un peu aguicheuse c’est ainsi qu’on l’a connue dans le tome deux. Cependant envoyé par l’Aegis, de par son don, un pouvoir à la fois psychique et démoniaque, pour copuler avec Thanatos. Ce piège, est surtout pour obtenir de lui le pouvoir de tuer Pestilence. Mais elle tombe enceinte et là changement complet de personnalité, Elle devient, colérique peureuse, froide, opportuniste et surtout égoïste. Mais surtout, elle culpabilise énormément tant qu’à ce qu’elle a fait avec Thanatos, surtout qu’elle découvre que le petit est plutôt particulier. Mais le plus douloureux est certainement son passé qui est bien triste. Cependant, ce passé, fait que tout au font d’elle, ses espoirs et ses combats passés, ont fait d'elle une guerrière à toute épreuve. Néanmoins, elle est prête à tout pour protéger le bébé. Quitte à faire la chose qui révulse le plus les mères, faire adopter le petit pour pouvoir protéger l’humanité. Puis on passe à Tanatos, lui aussi est un cavalier, le plus chou d’entre eux même. C’est un homme gentil et sensible, guerrier dans l’âme son don de récolter des âmes font de lui un être très perturbant et très dangereux. Après avoir été utilisé à des fin sexuel, il passe huit mois et demi immobilisé par de la bave de chien de l’enfer,  et apprend que la gueuse est en ceinte. Alors imaginez-vous que tout ce à quoi vous tenez vous soient volé, vous pété un câble et comme vous êtes dangereux, on vous attache des mois durant. Les seules personnes à venir vous voir c’est grand frère et p’tite sœur. Que ressentirez-vous ? Moi pour ma part j’échafauderai un plan qui me permettrait de vous réduire en miettes. C’est ce que vieux garçon à fait. Il va aller la retrouver et surprise …. petit Thanatos est en route. Le pauvre tombe des nus, c’est vraiment le comble. Mister colère décide alors de prendre sa femelle en clok et de l’amener pour protéger le gosse. Alors oui Thanatos passe du sentiment de furieux contre tous à ce sentiment de guimauve vis-à-vis de la naissance prochaine du bébé. Sentiment compréhensible vu que tous les papas du monde qui attendent avec impatience de devenir père le sentent grandir dans leur cœur. Par ailleurs, il aime cacher son passé derrière des tatouages qui lui permettent de ne jamais oublier ce qu’il avait fait dans le passé. C’est vraiment émouvant de voir cette sensibilité hors norme venant de cet homme dur et ombrageux à la fois, du moins pour ce qui est visible au premier regard, car en fait, il est un vrai puit de tendresse, ce qui pourrait être déroutant quand on sait qu’il est la Mort incarné. Car dans la mythologie grecque, Thanatos est la personnification de la mort. Ce dieu loge dans les entrailles de la terre, aux portes de l’enfer. Ce qui explique la crique au fond d’une grotte dans laquelle il vit. C'est quelqu'un de dévastateur, incarnant la mort, ses crises de violences peuvent être très sanglantes et monstrueuses. Il peut parfois selon ses réactions, faire un peu peur et impressionner, mais moi je ne voie en lui que ce côté doux, sensible et chenapan, un vrai petit ange en somme. Pour ceux des personnes qui restent au second plan, on retrouve bien sur les trois autres cavaliers bien entendu, mais aussi ceux de l’hôpital des démons. Et puis l’auteur nous offre un magnifique moment avec la disparition de ces crétins de l’Aegis. Enfin alléluia, ces ordures d’abrutis intolérant voulant soit disant sauver l’humanité des cavaliers si ceux-ci finissent par tomber du côté de l’enfer, sont mort, disparut, mort, envolés, kapout, finit, a pu, … La joie à l’état pure. Vous avez compris, je ne les aimais pas du tout, et leur perte ne me touche en aucun cas.

Enfin bref, cela me permet enfin de parler de la plume, de la romance et enfin de l’intrigue. Tout d’abord, je commence par la plume de l’auteur. Je ne sais pas comment elle fait, mais plus les tomes apparaissent les uns après les autres, et plus je reste scotché par cette plume. Je n’arrive pas à comprendre comment Larissa Ione fait pour que sa plume soit toujours aussi fluide, aussi légère, aussi intense. Les mots qu’elle a choisi et la manière dont elle les utilise, nous laisse sans voix. C’est époustouflant, je suis restée sans voie. On plonge dans cet univers et les sentiments deviennent intenses, on se passionne, on vie, on rit, on pleure, on recherche le personnage que l’on préfère et on se met à sa place. L’univers de l’auteur qu’elle à créer s’enrichie encore plus, et on ne cesse de s’émerveiller, c’est beau, c’est magique et prenant. J’ai adoré. Ce qui me permet de dire que cette plume est toujours aussi efficace, et la maitrise des mots et des émotions qui s’en dégage, nous couple le souffle, et nous laisse hors d’haleine comme si l’on avait couru un marathon. Maintenant, au tour de la romance. Beaucoup de rebondissements, d’actions, de révélations et de combats mortels. Ça monte, ça descend, ça revient, ça repart, ça bouge dans tous les sens. La tension est palpable, palpitante, dynamique, captivante, on n’a pas le temps de souffler. Sans compter que l’auteur nous donne comme à son habitude plusieurs points de vue qui rythment superbement l’histoire. Entre autre, Larissa Ione met dans son récit tout un panel de personnage haut en couleur, ils sont touchants, exubérants, courageux, grande gueule, mystérieux, tendres, sensuels, sensibles, … On vie leur vie, on rit avec eux, on pleure même parfois. L’auteur a su nous transporté bien plus loin qu’elle le pense. On ne voit pas les pages tourner encore et encore lors de notre lecture, et pour moi c’est ça la magie de la lecture. C’est vraiment une romance rythmée. Enfin je fini par l’intrigue du roman. Huit mois après les évènements de la fin du tome sur Famine, on se retrouve avec un Thanatos, furax et capable de tout et même de tuer. Trahi par Regan, la guerrière Aegi, qui lui a volé, ce qu’il a e plus sacré, sa virginité (MDR). Il fut retenu pendant tout ce temps par sa famille, et est du coup extrêmement furax, ce qui est compréhensible. Petit problème, jusqu’à ce qu’il se calme, sa fratrie va l’immobiliser grâce à la bave de chien de l'enfer. Pas vraiment la joie. Sérieusement, se voir ainsi emprisonné par les siens c’est pas sympa. Il est vrai que tout cela a été fait pour le bien de Thanatos, mais cela ne se fait pas. Néanmoins, il faut se dire aussi que la faucheuse, n’est pas un homme comme les autres et qu’il est capable de faire des choses bien pire qu’Ares ou que Limos. Pourtant par une ruse des plus gamins, Thanatos va s’enfuir pour aller retrouver la belle au risque de conduire le monde à sa perte. Et là c’est un choc titanesque qui lui tombe sur le nez, Regan est enceinte et n’est pas loin de l’accouchement. Il passe par tout un panel d’émotions qui se succèdent l’un après l’autre. Là encore, je me demande si à ce moment-là il ne se serait pas dit, ma famille est-elle au courant ? Qu’ai-je fait au seigneur pour être dans une telle situation ? Oh mon dieu ! Je vais être père ?????? Troublé, mais aveuglé par la rage, Thanatos va alors kidnapper Regan et l'emmener chez lui, prêt à affronter sa famille s'il le faut. Car au plus profond de ses tripes, il sent que cet enfant est son agimortus, et est bien décidé à garder Regan près de lui jusqu'à l'accouchement. Regan n'aura aucun autre choix que de le suivre. Mais petit à petit, il va laisser sa haine et sa rancœur de côté, car il ressent de plus en plus des sentiments pour lui et s’attache alors à elle. Mais l'Aegis ne le voit pas sous cet œil, ils sont vicieux et ne sont plus tout à fait objectifs car ils sont manipulés, mais par Pestilence qui à mis tout cela en  place afin de tuer l’enfant et faire basculer Thanatos dans les bas-fonds de l’enfer. Ah ça oui ! Pour être crétins, l’Aegis est vraiment crétin. Ils ne pouvaient pas voir ces petits merdeux que tout cela est un coup monté de Pestilence ? Non mais. C’est sure l’Aegis détruit, ils ne vont manquer à personnes ces petits c***. Ah ça c’est sure ils ne manqueront à PERSONNE. Thanatos va devoir protéger Regan et le bébé de toutes ses forces, mais aussi continuer à lutter contre Pestilence qui est plus cruel que jamais ! L'Apocalypse est plus proche que jamais. Mais bien sur le plus important à retenir, c’est bien la fin du livre qui se révèle être une véritable surprise et donc qui met en place l’histoire que nous allons suivre dans le tome quatre.

En conclusion, encore un excellent moment que j’ai passé. J’adore Thanatos, c’est le cavalier qui est le plus humain des quatre. Sa sensiblerie fait de lui un être à part. Il est vrai que s’il s’enfonce dans le côté obscur, il incarnera la mort, la grande faucheuse, mais tant qu’il reste dans la lumière il sera toujours aussi attachant. L’univers de l’auteur et le mythe qui tourne autour de cet être mystique, est très bien travaillé, et le récit est émouvant et palpitant. La lecture reste agréable et on ne s’ennuie à aucun moment, malgré le peu de combats que l’on y retrouve. A par cela on y a des anges, des démons, et les complots sont mis de plus en plus en valeur. La plume nous emporte alors cers cet enfer paradisiaque, et on en redemande. Les personnages prennent vraiment en maturité, et on sent leur évolutions au fils des pages et des tomes qui défilent a une vive allure. Mais on sent vraiment la fin arrivé, le final prend racines dans ce tome et va alors continué dans le prochain. Car chaque tome se suit, le récit se déroule sur une seule et même péripétie : combattre Pestilence et donc empêcher l’Apocalypse. Je conclue donc par une adoration sans failles envers la plume, le récit et l’univers de Larissa Ione, car vraiment tomes après tomes, on s’enfonce dans son bouquin et on n’en sort plus.  Je ne peux qu’adhérer au fait que Larissa Ione est au sommet de son art, fait qui est écrit au dos du livre Bragelonne. Pour Milady je ne sais pas. Maintenant je n’attends plus que Pestilence alias Reseph sorte, parce que c’est quoi cette fin. On dirait bien que le cavalier va redevenir ce qu’il était par le passé.

13 8

 

- Thanatos, quand tu m’as demandé de rester, était-ce parce que je pouvais t’aider à apaiser ta rage meurtrière ?
Sa tête penchait sur ses épaules voûtées, et l’espace d’un instant terrifiant, elle crut qu’il allait répondre par l’affirmative. Mais quand il se redressa, une lueur féroce teintée d’obstination brillait dans ses yeux.
- Bien sûr que non ! C’était parce que tu m’avais rendu la vie que la malédiction m’avait volée. Tu es courageuse. Intelligente. Prête à mourir pour ceux que tu aimes. Il y a tellement plus chez toi que le sexe, Regan.
Elle sourit.
- Tu vois ? Ne crains pas de m’utiliser. Tu n’as pas besoin de moi. Tu me veux. Comme je te veux. Je saurai te convaincre que j’ai raison, parce que je n’ai pas l’intention de te laisser m’échapper.
- Tu n’as pas le choix.
Il lui prit la main, avec délicatesse mais détermination, et l’ôta de son torse.
- Je parlerai à Kynan et Decker pour m’assurer que le bébé et toi quittiez les lieux, par la force si nécessaire, ajouta-t-il. (Sa voix se radoucit.) Mais je veillerai à ce qu’il ne vous manque rien.
- C’est toi qui nous manqueras !
Elle recula d’un pas, furieuse et blessée.
- Tout l’argent et le confort du monde ne remplaceront jamais ta présence, espèce de Cavalier buté ! Ce n’est pas un étalon que tu devrais chevaucher, mais une mule !

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire