Cavalier 2 l'apocalypse tome 4

Pestilence

Image 171

E 2

Ves prophéties étaient là, mais personne n'a écouté . Jusqu'à maintenant . Ils sont les seigneurs de la Délivrance et ils ont le pouvoir de conjurer le jour sombre . . . ou la rédemption.

Jillian Cardiff est venu dans cette ville de montagne,à distance du démon qui l'a attaquée et presque tuée . Au lieu de cela , elle sauve et tombe sur un étranger magnifique qui n'a aucun souvenir de son nom. Beau , charmant et de protecteur , Reseph semble être le genre d'homme à qui Jillian peut faire confiance . Mais avec les notes d'une histoire troublante de sa part, il est aussi le genre d'homme qui peut être très dangereux . . .

Reseph peut ne pas connaître son passé , ni pourquoi il est apparu mystérieusement dans la vie de Jillian , mais il sait qu'il veut rester . Pourtant, lorsque les voisins de Jillian sont tués et que des chasseurs de démons arrivent sur les lieux , Reseph craint de mettre  Jillian en danger. Et une fois qu'il se souvient que Reseph est également Pestilence , le Cavalier
responsable des ravages sur le monde avec la mort et la destruction , lui et Jillian doivent faire face au plus grand défi de tous : peuvent-ils oublier les horreurs d'un passé sombre pour sauver l'avenir, dans leurs foi et leurs désirs?

B 2

 

Q2uatrième et dernier tome de ce spin-off. J’en ai encore les larmes aux yeux tant je fus émue jusqu’au plus profond de mon cœur et de mon âme. Moi qui l’attendais avec impatience, je ne fus en aucun cas déçue. Bien au contraire, les émotions sont vraiment intenses et on ne s’en sort pas aussi indemne que l’on pourrait penser. J’ai vraiment adoré.

Parlons un peu du synopsis de cette ultime histoire. Cavalier dont le sceau fut brisé, et ayant mené la vie dure à ses frères et sœurs, Reseph se réveille perdu au milieu de nulle part et amnésique. La seul chose dont il se rappel est son prénom. Lorsqu’une belle jeune femme répondant au nom de Jullian Cardiff lui porte secours, il tombe complètement et immédiatement sous son charme. Et ce sentiment est bien sur réciproque. Cependant, Reseph est aussi l’effrayant et mesquin Pestilence, qui a semé la mort et la destruction parmi les hommes. Un passé terrifiant qu’il devra affronter tôt ou tard s’il veut sauver le futur de l’humanité comme le sien, et que tout deux désirent du plus profond de leur cœur qui bat à l’unisson.

Passons aux protagonistes de ce récit. Et commençons par Jullian. C’est une jeune femme au passé traumatisant, et subit encore à ce jour les séquelles. Elle est forte et douce à la fois et elle ne se laisse pas impressionner par Reseph. Pestilance ou plutôt Reseph est l cavalier dont le sceau s’est brisé, et nous avons vu son côté sombre tout au long des trois premiers tomes. Mais ici nous le découvrons sous un nouveau jour. Par cette amnésie, on découvre un personnage totalement différent. Si son incarnation maléfique faisait de lui un être manipulateur, mesquin, cruel, hypocrite, etc. Ici c’est un être doux, sensible, taquin et coquin. J’ai vraiment pris un plaisir à le découvrir. Et puis j’ai bien aimé retrouvé les Observateurs Reaver et Harvester. Alors cette dernière, c’est vraiment une sacrée catin. Pour retrouver son petit protéger faut qu’elle enlève, séquestre, et viol Reaver l’autre observateur. Elle est bien bonne celle-là. Je veux bien admettre que les hommes feraient tout pour les beaux yeux d’une belle femme, lais là ….. c’est le comble. En plus elle me tape sur les nerfs.

J’arrive donc au point essentiel, qui est la plume, la romance et enfin l’intrigue de ce récit. Tout d’abord, la plume de l’auteur, est restée la même tout au long de ces quatre tomes. A la fois légère, et fluide, se faisant tantôt intense, tantôt rythmée, Larissa Ione nous transporte dans son univers avec une telle facilité que l’on ne peut que se dire, waouh. Pour ce qui est de la romance, ce livre est vraiment une bénédiction. Il est plein de rebondissements en tout genre, mais aussi en révélation. Les émotions sont si prenantes, que quand elles vous montent à la gorge, une larme vient naitre dans vos yeux. Peu d’actions il est vrai, mais un livre plein d’émotions et de sensation qui en laisserait plus d’un émus. Enfin l’intrigue. Pestilence est détruit, et Reaver s’est rendu à Sheoul-gra, la ville des démons pour voir son âme et se retrouve face à Reseph, anéanti par toutes les atrocités générées par Pestilence. Ce dernier était en train de s’autodétruire pour faire cesser les images d’horreurs d’une malveillance et d'un sadisme inédits. Reaver brave un interdit et le renvoie sur terre. Ici on sent que cet ange aime son petit protéger. Et puis un ange travaillant pour le paradis, ne cherche qu’à faire du bien. D’une certaine façon, il veut, et espère redonner une seconde chance à Reseph. Mais ce dernier se retrouve amnésique le temps qu’il guérisse puisqu’il a encore un rôle important à jouer. Après une attaque de démons qui l’a traumatisée, Jillian s’est réfugiée dans son chalet au milieu de nul part s’occupant de ses animaux. Quant au cœur d’une tempête, elle tombe sur un homme nu et inconscient dans la neige, elle prend soin de lui. Tant qu’à cela, on voit que la belle jeune femme possède un cœur en or, alors qu’elle a toutes les raisons du monde de ne faire confiance à personne. Hors, elle ouvre sa porte à un inconnu qui pourrait bien être un violeur, ou un assassin de la pire espèce. Malheureusement elle s’attache rapidement à ce bel homme qui ne connait plus que son nom : Reseph. Protecteur, charmeur et sexy, Reseph est à l’opposé de Pestilence et pour la première fois connait le bonheur mais celui-ci va être de courte durée quand la nouvelle de sa survie est connue et que son passé ressurgit. La torture d’un humain qu’elle soit sentimentale ou émotionnel est une vrai torture pour lui, mais quand c’est les deux c’est encore plus compliqué. Alors oui, on souffre de voir cet homme, qui en fait est un être bon supporter autant de souffrance, et d’avoir autant peur de découvrir son passé qui est pire que tout. Comment ne pas vivre avec lui cette situation et donc souffrir avec lui ? C’est impossible. Il n’est pas mon cavalier préférer mais, j’ai eu mal pour lui. Alors oui maintenant qu’il découvre enfin le bonheur c’est une joie pure pour moi. Reseph est enfin sauvé.

En conclusion, c’est une magnifique saga que nous avons eu droit. L’auteur Larissa Ione a su extrêmement bien travaillé son univers qui est envoutant et addictif pour notre plus grand plaisir, même si l’action est peu au rendez-vous, il est rempli de révélations et de rebondissement qui rythme superbement ce récit et en général pour la saga, chacun d’entre eux vous fait découvrir des cavaliers qui au final préfère rester du côté de l’humanité que du côté des démons. On explore chaque coin et recoins des personnalités des personnages, leurs sentiments, et bien plus encore. C’est vraiment de la magie pure. On ressent chacune des émotions retranscrises par l’auteur et on se dit dommage que cela soit déjà la fin. Pourtant Larissa Ione nous fait la joie pour les fans de retrouver nos héros dans un livre sur Reaver qui paraitra dans la saga Demonica. Alors en attendant, je vais l’attendre bien gentiment, et dès que possible le commander. Et c’est avec les larmes aux yeux que je vous dis à la prochaine les fans.

13 8

 

Elle planta les poings sur les hanches et leva les yeux au ciel, feignant le dégoût.
— Tu ne recules devant rien pour te faufiler dans mon pieu, toi !
Un sourire vint égayer le visage de Reseph.
— Jilly, tu me connais si bien.
Elle grimaça. La dernière fois qu'on l'avait appelée ainsi, elle portait des couches-culottes. Elle s'empara de la poêle à frire posée sur la cuisinière.
— Appelle-moi encore « Jilly » et tu la reçois sur la tête.
— Ça m'a l'air lourd.
Elle la souleva encore un peu.
— C'est de la fonte.
— Tu ne me frapperais pas vraiment, n'est-ce pas... Jilly ?
Jillian ne desserrait pas les mâchoires.
— Détrompe-toi.
Reseph marcha vers elle d'un pas nonchalant, et plus il s'approchait, plus le cœur de Jillian battait la chamade. Il s'arrêta à quelques centimètres d'elle, et se pencha si près que ses lèvres lui frôlèrent l'oreille.
— Tu sais à quel point j'aime les femmes capables de manier une arme.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire