Créer un site internet

Black Wolves Tome 5

Juliette

Black wolves tome 5 juliette 1243935

E 2

J3uliette a quitté Springfield pour New-York. Nouvelle vie, nouveau job, mais une seule raison de vivre : assouvir sa vengeance. Voila pourquoi tous les soirs, elle arpente les rues sur sa Harley. Aidée des Black Wolves, elle tentera tout ce qui est en son pouvoir pour parvenir à ses fins.

La seule chose qu’elle n’avait pas prévu, c’est de devoir découvrir qui est le mystérieux inconnu qui semble surgir de nulle part à chaque fois que sa vie est en danger.

Th 5 mon bel ange

Celui qui m'aide à être moi

Celui qui m'aide à avancer

Celui qui n'hésite pas à me faire savoir quand j'ai tord

Celui qui m'écoute quand je suis mal, tout comme quand je suis bien

Celui m'a montrer que la vie est belle

Celui qui m'a rendu le sourire

Merci du plus profond du cœur pour tout ce que tu a fais pour moi et que tu feras

Merci de m'avoir fais comprendre que la haine, la colère et la vengeance étaient en train de me détruire

Merci d’être mon meilleur ami et mon confident

Tu vis dans mon cœur, et tu le restera toujours

Car grâce à toi, je vie enfin et je suis d'une certaine façon heureuse.

 

B 2

A1vant de commencer cette chronique, il faut que vous sachiez que je n'ai lu que le premier tome de la saga Black Wolves, C'est à dire Je ne suis pas Juliette où l'on découvre notre terrible Angel et son magnifique mec Soan. Non pas que je n'ai pas les livres, mais parce que je n'étais pas vraiment bien. Donc désolé, mais à part pour ces têtes brûlées, je ne pourrais rien raconter sur leurs passés et leurs évolution.

La vengeance. Selon un très vieil adage, on dit que la vengeance est un plat qui se mange froid voir gelé. Mais en réalité, à mes yeux, la vengeance est surtout un état d'esprit qui vous bouffe de l'intérieur et qui apparaît après une énorme colère. Et pour cause. Quand cette dernière survient, on à l'impression que tout est la faute des uns et des autres. Néanmoins, même si la plupart du temps, c'est dû à nos propres erreurs qui nous tombent sur le bout de notre nez, il faut dire que parfois, et cela en de très rare occasion, ce n'est pas dû à nos bêtises ou nos histoires. Non, il y a des cas, où la méchanceté de certains ou de certaines nous donne des colères si fortes, si intenses, si terrifiantes, que dans notre tête, il n'y a qu'une seule chose qui prend la place au fur et à mesure de notre raison. Ehhhh ouiiiii !!!!!! Je vous parle bien entendu de ce sentiment terrible qu'est la vengeance. Alors quand ce projet nous tient, et que plus rien d'autre n'arrive à nous faire lever le matin, bref que vous ne vivez plus sauf pour cela, vous vous mettez à faire travailler votre cervelle afin de prévoir une vengeance de grande envergure. Et là, vous planifiez au détail prés l'art et la manière que vous aller mettre en place ce plan machiavélique qui vous tient tant à cœur. Et si pendant le passage à l'acte, vous êtes heureux, quand cela est fini, vous vous posez bon nombre que questions, car au final, on ne sent rend pas vraiment compte, mais, la colère tout comme la vengeance sont des sentiments qui vous détruisent de l'intérieur, pour qu'au final votre cœur, votre esprit, votre âme, soient empoisonnés et soient plus noir que le charbon, aussi glacial qu'un glaçon et aussi dur que le roc. Mais, si un être qui vous aime plus que tout, arrive sur son beau cheval blanc, que cette personne soit une femme ou un homme, ne lui tournez pas le dos, car au final, c'est peut être ce qui vous sauvera de cette destruction qui vous prendra au tripes à la fin de tout cela. C'est ce qui s'est passé pour moi, car oui cela à faillit m'arriver, et je dit bien faillit, et même si le travail est dure pour remonter la pente, j'en remercie le ciel de m'avoir amener ce magnifique ange qui me soutient et qui me fout des coups de pieds aux fesses pour me remettre dans le droit chemin. Bref, pour en revenir à cette histoire, c’est surtout à la belle Juliette que cela est arrivé. Cette charmante jeune femme, fille de deux grands bikers, qui a perdu sa moitié à cause d'une mégère sans état d’âme.

Quand Roméo rencontre sa Juliette, cela donne des petits bouts d'amours. L'amour que le couple emblématique de cette saga, donna le jour au plus beau bébé du monde. Et comment l'appela t'il ??? Comme quoi même Shakespeare peut aller se rhabiller. Mais la belle Juliette a perdu son Roméo tragiquement, va t'elle se relever ??? Ou s'enfoncer dans la rancoeur. A vous de la découvrir. Juliette a quitté Springfield pour New-York. Nouvelle vie, nouveau job, mais une seule raison de vivre : assouvir sa vengeance. Voila pourquoi tous les soirs, elle arpente les rues sur sa Harley. Aidée des Black Wolves, elle tentera tout ce qui est en son pouvoir pour parvenir à ses fins. La seule chose qu’elle n’avait pas prévu, c’est de devoir découvrir qui est le mystérieux inconnu qui semble surgir de nulle part à chaque fois que sa vie est en danger.

Je vous invite donc à découvrir, les personnages qui peuplent ce roman, car il faut dire, retrouver la petite famille bien des années après, ce fut magique pour moi.

Juliette est une magnifique jeune femme aux cheveux noirs corbeaux et aux yeux bleus. Ses parents sont les fameux Angel la terrible et Soan que l'on a découvert dans le premier tome de la saga. C'est une femme détruite par la perte d'un être cher, mais qui a sut rebondir sur ses pieds pour vivre et venger son amoureux perdu. Tout comme sa mère avant elle, c'est une femme forte, têtue, coriace, qui n'a pas sa langue dans sa poche, un brin provocante, intelligente, et très organisée. Pourtant, quand elle sent qu'elle a commis une énorme connerie, elle n'hésite pas à se faire pardonner, même si aux yeux des personnes à qui elle présente ses excuses, elle cherche à les acheté, mais qui en réalité n'en n'est rien.

Tyron est un jeun biker qui est au service du président des Blood Wild. Ce dernier le paie pour assurer les arrières de sa petite fille. Mais même si pour le jeun homme, c'est plutôt crevant. Il faut dire que la jeune femme lui en fait voir de toutes les couleurs. Ce jeune homme, ce biker, ne porte aucun écusson, il est considéré comme un paria dans ce monde. Mais cela ne l’empêche pas de faire ce qu'il doit, c'est à dire protéger, et d'ailleurs c'est un excellent garde de cœur. Oups !!!! Garde du corps je veux dire. Il n'hésite pas à tuer si cela doit se faire, et même s'il se fait payer pour protéger, il le fait avant toute chose pour sa fille gravement malade et dont le traitement est extrêmement coûteux.

Hank est le ''président'' du chapitre des Black Wolves de New York. Il aide la belle Juliette à se venger de la mégère sans cœur qui à tuer l'homme qu'elle aimait. Mais à sa façon il la protège aussi. Il faut dire que cet homme était son ami, et que la belle lui fait de l’effet. Mais cela ne l’empêche pas de l'aider de son mieux dans sa quête. C'est un être foncièrement loyal, sincère, fidèle, honnête, qui est prêt à tout pour que la poupée soit en sécurité et hors d’atteinte de la mégère.

Que serait un livre des Black Wolves, surtout si on parle de Juliette, sans la terrible Angel, et du beau Soan. Ohhh !!!!! Ces deux là, comme le dit Porter, ils retombent en enfance. Ils sont toujours pareil que lorsque j'ai fermé ''Je ne suis pas Juliette''. Elle grande gueule, et diaboliquement ''iridescente'', lui taquin et angéliquement raisonnable. Ils m'ont fait marrer du plus profond de mon cœur. Pour leurs unique enfants, ils n'hésite pas à tout laisser tomber pour courir au devant du danger pour l'aider à leurs façon dans sa quête. Mais, mon cœur à saigner comme jamais, avec la scène finale. Ce fut intense et très, très, très douloureux.

Kane est le fameux président des Blood Wild, mais aussi le père de Soan, ce qui fait qu'il est le grand-père de la belle Juliette. Il a construit son empire grâce à son intelligence, et de la sournoiserie. Même si aux yeux de son fils, c'est un être retors, hypocrite et immonde, il est prêt à tout pour que sa petite fille vive. Car au fond, c'est parce qu'elle est son poing faible que la belle est la cible de la mégère. Il n'a pas hésiter à se ''retirer'' et se cacher pour l'aider dans les coulisses. Oui c'est un être au passé douteux, mais c'est avant tout un homme qui aime les siens, mais qui ne sait pas le montrer.

En temps normal, je vous donnerais le nom du grand méchant de l'histoire, qui est ici la grande méchante. Mais tout cela, elle n'aurait pas pu le faire sans l'aide d'une tierce personne. Après tout entre le silicone et l'araignée il faut se méfier. Après tout pour l'une c'est l’appât du gain, le pouvoir qui corrompt tout. Et l'autre c'est la vengeance de ne pas avoir eu ce qu'elle voulait. Barbie et la Mort, s’associent pour mieux détruire. Mais au fond, ont elles gagné quoique ce soit ???

Voilà pour les personnages. Ils sont plus nombreux, je tient à préciser quand même que silicone et araignée ou encore Barbie et Mort sont des métaphores. Vous aller devoir faire comme moi pour découvrir qui est qui en lisant le livre mdr.

Nous arrivons enfin à la partie que j'adore le plus, celui où l'on rentre dans le vif du sujet avec le point roman où comme à mon habitude je parlerais de l'écriture de l'auteur, la romance entre les personnages et l'intrigue du livre.

Tout d'abord, je suis toujours autant sous le charme de la plume Stéphanie Delecroix. On la sent toujours aussi légère. Et pour cause, la lecture se fait avec facilité, et tout y est simple, l'histoire, les descriptions, les sentiments, etc. On est tellement happée par l'histoire, que sans sans s'en rendre compte, on ressent intérieurement l'intensité du tout, que moi même, pour une fois, je n'arrive pas à y mettre un nom. De plus ce roman possède un rythme soutenu entre actions, rebondissements, retournements de situations, quiproquos en tout genre qui pullulent à chaque coin de page. Au point que ces dernières défilent devant vos yeux trop rapidement, et qu'au moment où arrive la fin, on ressent le manque des personnages. Les émotions sont intensifs et profonds, et pour cause, on joue au chat et à la souris sur une montagne russe. On passe du rire aux larmes, de la haine à l'amour, de la colère au calme en un claquement de doigts. Sans compter que l'humour est fort présent avec les paroles d'Angel ou des actes du couple qu'elle forme avec Soan. On ne perds pas le nord. Les personnages à eux seuls sont un condensé de caractères aussi divers que varié, tout en restant charismatique. Mais une chose est sure les hommes resteront des machos et les femmes des insoumises. Quoique, une scène me revient, et j'ai l'impression que mes paroles sonnent faussent. Les descriptions sont toujours aussi belles les unes que les autres, sans être lourdes ou trop simple. Car au final, il faut l'avouer, l'univers de cette saga s'est bien étoffée depuis le temps. Et on a vraiment l'impression, d'en faire partie. Merci chère autrice de m'avoir vendu du rêve.

Ensuite la romance entre les personnages est très bien développé elle aussi. Entre Juliette et Tyron, ce n'est pas de l'amour au début. C'est plutôt genre, je te fou des claques. Ou encore, princesse est une chieuse. Mais pourtant, ils se plaisent, et en se coutoyant tous les jours, ces deux là vont finir par finir ensemble. Après tout c'est ce qui allait se passer. Je ne dis pas que l'amour que Juliette pour son défunt ami est faux. Non bien au contraire. Les preuves sont là, ses rêves ou cauchemars, et elle monte son plan pour se venger. Mais Tyron, est celui, qui va toucher son cœur, et à sa façon il va la sauver de tous ces sentiments qui la détruisent à petits feu. Et ça, c'est le grand amour. A coté de cela, j'ai adoré retrouvé le couple mythique que forme Angel et Soan. Ils sont toujours aussi choux. Toujours aussi attachés l'un à l'autre. Quand on lit les moments où on parle d'eux, on sent l'amour qui les relie. C'est beau, c'est magnifique, et on a envie de trouver cette perle rare qui va vous accepter pour le restant de votre vie. Même si à ce jour, je pense que quand le prince charmant arrivera, je serais vieille, ridée et moche. Lol. Et puis, cette scène finale prouve à quel point ils s'aiment. J'en ai encore les larmes aux yeux.

Enfin l'intrigue du livre tourne essentiellement autour de Juliette. La mort de son ex chéri, fut un meurtre, mais selon le déroulement des faits, c'était elle la cible. Aussi, c'est avec la rage au ventre qu'elle va chercher à se venger. Durant toute l'histoire, on va se poser ces questions – qui est derrière ce meurtre ??? Pourquoi ??? Que cache cette personne ??? Pourquoi ne veut elle pas se dévoiler ??? Avec quel argent ??? Est ce que quelqu'un l'aide dans son entreprise ou la cache. ??? Bien entendu, chaque question aura sa réponse. Mais entendant, je me suis retrouvée à jouer au détective et mener l’enquête avec les personnages. Je ne me suis vraiment pas ennuyée une seule seconde, tant l'intrigue était bien ficelée. Ce fut une vrai délectation. J'adore.

En conclusion, je suis heureuse d'avoir lu ce petit bijoux. Il fut à sa façon un miroir des sentiments qui m'ont habité et qui petit à petit se résorbent dans mon cœur, afin d'y laisser la sérénité et l'amour. L'autrice m'a fait vivre une histoire d'amour comme il en existe peu avec le couple du premier tome, et qui prend son final avec celui ci. J'ai tout adoré, comme d'habitude, les personnages, l'univers, la romance, l'intrigue, et tout et tout. Pour dire, cela m'a permis de reprendre goût à l'écriture. Un roman qui me laisse un souvenir à la fois aigre doux, autant parce qu'il fut douloureux à bien des moments, mais doux vu qu’après des mois et des mois de page vide j'ai pu reprendre le chemin de la joie de l'écriture. Je vous recommence vivement pas seulement ce livre, mais toute la saga Black Wolves de Stéphanie Delecroix. Merci ma belle, pour la beauté de tes histoires, de l'amour qui unis tes personnages et aussi pour cet univers magique des bikers.

 

13 8

— Bien ! Je t’appelle pour te prévenir de ne pas t’inquiéter si ton père et moi ne sommes pas facilement joignables lors des prochains jours.

— Euh… oui… pourquoi ?

J’entends qu’elle soupire avant de m’expliquer :

— Après tout ce qui est arrivé ces derniers temps, le cancer, les… drames… nous avons décidé de profiter un peu plus l’un de l’autre. Nous prenons une sorte de congé sabbatique et nous avons choisi de le passer sur la route. Comme au bon vieux temps !

Houlà… je sens le coup d’entourloupe à mille kilomètres !

— Tu n’échapperas pas au gala, maman ! Passe-moi papa !

 

— Mais pour qui me prends-tu ? Je t’ai promis de venir !

— Bien sûr ! j’aimerais tout de même parler à papa…

Elle ne se rend visiblement pas compte que je l’entends grommeler.

— C’est incroyable ça ! Avec tout ce que j’ai souffert pour la mettre au monde, elle s’amuse à me torturer en m’obligeant à aller me coltiner les enfourneurs de balais !

Bon… je me suis peut-être trompée, elle sait très bien que je l’écoute. J’entends le couinement qu’émet la porte de la chambre parentale lorsqu’elle l’ouvre puis elle s’exclame :

— Soan ! Notre fille unique et, visiblement tortionnaire, aimerait te parler !

Je m’imagine bien la scène. Mon père dormait certainement comme un bébé avant qu’elle ne le secoue. Je perçois la mauvaise humeur de mon père, puis il me lance d’une voix endormie.

— Bonjour ma chérie. Que se passe-t-il ?

— Il paraît que maman et toi partez en voyage… assure-toi, s’il te plaît, que vous soyez présent lors du gala de charité.

Elle est fourbe, mais je la connais par cœur… les chiens ne font pas des chats !

— Il est hors de question que je te laisse affronter cette bande de requins seule, nous serons là.

Le cri de ma mère résonne à travers le combiné.

— Soan ! Et tu vas y faire quoi à cette soirée ? Lui changer ses couches ? Lui donner la pâtée ? Il est temps qu’elle vole de ses propres ailes ! La couvrir de trop, ce n’est pas bon pour elle !

Je pouffe en entendant le ton presque horrifié qu’a emprunté ma mère pour plaider en sa faveur.

— Nous serons là. Compte sur moi. Même si je dois attacher ta mère à ma moto pour la traîner jusque-là. Non ! Angel ! Arrête !

Je perçois des bruits sourds de l’autre côté du combiné. Mon père rit, ma mère pousse un cri de surprise puis me lance :

— Il va falloir que je te laisse. Ta mère vient de m’attaquer à coup d’oreiller, je me suis défendu en l’aspergeant d’eau. Je dois fuir avant que le dragon ne parvienne à se réveiller… 

— Le dragon ? Le dragon !

— Je t’aime ma puce !

J’explose de rire alors que mon père raccroche.

Je termine de me préparer en pensant à leur couple. Malgré les années, les épreuves, les coups de bec, ils s’aiment toujours autant. Est-ce que j’aurai vécu le même bonheur avec Judas ? La douleur est plus vive que d’habitude. Mon palpitant se déchire à chaque battement lors des minutes qui suivent. Je m’agrippe au lavabo en inspirant pour lutter contre les larmes pour ne pas foutre en l’air mon maquillage. Retrouve-la.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire