Créer un site internet

Devil's Reach Bikers Tome 3

Fléau

81ntbkybphl ac ul320

E 2

J1’ai perdu Tess, je suis perdu.

La Faucheuse est là, aux aguets, mais je lui file entre les doigts. Pour la première fois de mon existence, j’ai une raison de vivre. Tess.
Elle tient mon âme entre ses mains, mais le Diable me l’a enlevée.

Derrière les barreaux de la prison dans laquelle on m’a enfermé, mes démons s’agitent, conquérants, et sans Tess, je risque de basculer.
L’odeur du sang est une drogue. Elle me nourrit. Me consume. Jusqu’à la folie.

Tess est à moi. Je compte bien la récupérer, même si pour ça, je dois perdre mon âme.

Trigger. Je m’appelle Trigger. Et Tess est ma vie.

 

B 2

 

O2n dit souvent que la vengeance est un plat qui se mange froid, et que comme le dirait un grand acteur américain Charlie Chapelin ‘’Un direct dans la mâchoire d’un traître est une façon trop facile de résoudre les problèmes de l’existence’’. Mais, qu’est ce que l’on a envie de le faire. Juste histoire de lui faire sentir notre douleur, même si celle ci serait plutôt phtisique qu’émotionnel. Cependant, quand celui qui nous trahit fait parti de votre vie de tous les jours, et qu’il fasse partie de notre famille de cœur ou de sang, on se demande si Antoine de Rivarol n’aurait pas raison sur ces hommes qui aiment tant frapper dans le dos et de vous rire avec une hypocrisie malsaine. Pour lui, dans chaque ami, il y a la moitié d’un traître. Mais …….. Le sentiment de trahison est une sensation que tous ne devrait point connaître. Il nous broie de l’intérieur et notre âme s’assombrit encore plus. Le chanteur XXXTentacion disait ‘’La chose la plus triste à propos de la trahison est qu’elle ne vient jamais d’ennemis, elle vient de ceux en qui vous avez le plus confiance’’ car au final, ‘’La trahison d’un ami fait plus de bruit et plus de mal que celle d’un amour’’ - Damien Berrard. Au final, ces deux hommes que tout opposent, ont raison sur ce sentiment. Mais au final, quand nous tournons au traître et que nous avançons sur notre chemin à nous, vers un avenirs plus beau, plus chaleureux, le monde ne nous parait que plus beau. Le chemin est dur pour y arriver, mais ……… cela vaut tous les sacrifices du monde.

Vous avez comprit, le livre d’aujourd’hui porte sur la traîtrise. Mais pas que. Je vous laisse le découvrir par vous même. La Faucheuse est là, aux aguets, mais je lui file entre les doigts. Pour la première fois de mon existence, j’ai une raison de vivre. Tess. Elle tient mon âme entre ses mains, mais le Diable me l’a enlevée. Derrière les barreaux de la prison dans laquelle on m’a enfermé, mes démons s’agitent, conquérants, et sans Tess, je risque de basculer. L’odeur du sang est une drogue. Elle me nourrit. Me consume. Jusqu’à la folie. Tess est à moi. Je compte bien la récupérer, même si pour ça, je dois perdre mon âme. Trigger. Je m’appelle Trigger. Et Tess est ma vie.

Vous l’avez comprit. Aujourd’hui nous allons parler du troisième tome de Devil’s Reach Bikers de J. L. Drake. Ce livre que j’ai tant attendu et malheureusement ce résumé ne lui porte pas honneur, mais, il nous donne quand même une piste à éclairer. Bref, nous pouvons commencer à parler de nos personnages.

Tess nous prouve une fois de plus dans ce tome qu’elle est une badasse. Cette fille n’hésite pas une seule seconde à faire ce qu’elle doit faire si cela est nécessaire. Pour survivre, moi, je n’oserais pas faire ce qu’elle a fait. Sans compter la violence dont elle fait preuve pour sauver les siens. Et je ne parle pas de sa façon de se débarrasser de son passé, pour mieux vivre par la suite. Cette femme qui a connu que des choses néfastes dans sa vie, et qui l’on détruite, s’envole enfin. Elle réussi à se libérer de tout, et avance enfin vers la lumière. Elle est forte, puissante, grande gueule, guerrière, intelligente, et surtout très protectrice envers sa famille de cœur. Sans compter que sous ses aires de gros dure, elle est aussi douce que sensible. Sincèrement, cette femme est une véritable héroïne. Une héroïne pour moi, ce n’est pas seulement quelqu’un capable de se battre. Pour moi, une héroïne, c’est quelqu’un capable de se relever et d’avancer en se reconstruisant. A mes yeux, c’est quelqu’un à prendre en exemple.

Trigger, le beau biker, à fini en prison suite à une dénonciation calomnieuse. Il démontre enfin tout son potentiel. Même s’il ne trouve pas de solution pour en sortir, il ne baisse pas les bras. Cet homme est une force de la nature. Une tempête, un cyclone, qui dévaste tout sur son passage. Il est fort, autoritaire, sournois, et n’hésite pas une seul seconde à tuer pour les siens, pour la paix. Son coté ‘’démoniaque’’ est une véritable bombe, au niveau caractère. Il est froid, distant, observateur et perspicace. Mais c’est surtout un homme. Un être fait de chair et de sang qui mérite enfin de vivre.

Brick, le meilleur ami de Trigger, meilleur ami de Tess, vice président du club, est sans aucun doute le pilier de tout ce tome. Il ne laisse rien transparaître, ni ses peurs, ni ses doutes, ni son cœur. Il agit, il protège, il tue, il est ce qu’il doit être. Un homme fort sur qui compter. Un ami à qui on peut se confier. Un sous chef, prêt à aider et protéger le fort. Un soutient pour le président. Il est impitoyable, loyal et insoumis.

Zay est un autre pilier de ce livre. Il est un peu psychopathe sur les bords. Mais bon sang !!!!!!!!!!!!! Qui aurait cru que cet homme montre que ce qu’il veut montrer. Parce qu’au final, ce personnage qui est néfaste comme pas possible, est capable de grandeur. Mais surtout, il cache son jeu, et bien comme il le faut.

Allen père de Trigger, est un malade de la pire espèce. Il est pire qu’un psychopathe. Il est sournois, malsain, froid, insensible, etc … Tout cette haine qui bouillonne en lui, va finir par lui éclater à la tête. Après tout, le karma vous rends toujours ce que vous avez fait, quand vous vous y attendez le moins.

Fox, est un peu comme Allen. Néanmoins, il me fait peur. Et que dire de Doyle quand les secrets sont dévoilés. Jace le traître, a fini quand à lui, revenir à la raison. Certes, il est trop tard, mais son sacrifice n’aura pas été vain.

Et n’oublions pas les membres de cette si grande famille qu’est le club Devil’s Reach avec Sam, Connor, Gus, Wes, Cray, Rail, Morgan, Ryder, Minnie, Mud, Cooper, Big Joe, Peggy, et les enfants Fin et Denton, Felicia la mère de retour, et les amis, Mike, Keith, Dell, Savannah, Cole, et bien d’autres encore.

Vous comprenez aisément que je ne pourrais parler d’eux tous. Tous ces personnages font qu’il y ait les caractères soient extrêmement variés, et chacun d’entre eux jouent leur rôle avec passion. D’autant qu’ils sont d’une importance capitale. Mais cela vous le découvrirez par vous même en lisant ce livre.

Mais, maintenant, nous pouvons découvrir un peu plus ce roman avec la plume de l’auteur, les relations entre les personnages et enfin l’intrigue du roman.

Tout d’abord, la plume de l’auteur J. L. Drake, est toujours aussi génialissime. Elle est additive à souhait. La légèreté que l’on ressent lors de notre lecture nous fais décoller, et nous envoler si haut dans le ciel que l’on pourrait toucher les nuages. Le rythme est donné dés le début du roman. Actions, rebondissements, quiproquos, révélations, scène charnel, fou rire, etc … Autant de choses qui pullulent aux quatre coins du roman. Les personnages ont mûri, on prit plus de pouvoir et d’ascendance. Ils forment comme une sorte de boys band et nous laisse chanter leurs louanges ou leur méfaits. Les descriptions sont restés simplistes, et cela depuis le début de l’histoire du premier tome. Les émotions, sont toujours autant à fleur de peau, on rit, on pleur, on s’énerve, on s’étonne, et cela ce n’est que nos émotions propre. Car parfois, j’ai eu la sensation de ressentir les émotions du personnage lui même. Les scènes charnel, fort peu détaillées, sont des moment où l’on peu enfin nous remettre un peu de nos émotions ressentis un peu plus tôt. Quoique, je dirais juste que c’est hot, et il fait chaud par la suite. Sauf si …….. comme par chez moi, on étouffe avec la météo. L’univers se développe encore plus qu’il ne l’était. Certains prennent du galons, d’autres apparaissent, et certains disparaissent. Sans compter que certains ne sont là que pour embêter leur monde. Le scénario se tient bien mieux qu’il n’y parait. Le monde des bikers est un véritable foutoir, mais leur vie change et évolue. C’est un travail titanesque qui à été fait. Le langage est familier, mais c’est ce que l’on attend d’un monde de bikers. C’est tout à fait normal. Le gros bonus est certainement, en dehors de cette couverture qui me fait toujours autant baver, le fait des divers points de vues des personnages. On peut alors suivre l’histoire à travers les yeux des autres et sous divers angles. Je fais rarement cette remarque, mais cela n’apporte que du bon au texte. En tout cas, j’adore la plume de cet auteur.

Ensuite les relations entre les différents personnages sont de l’ordre familiale, amicale et amoureuse. Coté familial, on a les relations qu’entretient Trigger avec ses parents. Cette relation est totalement inexistante autant avec l’un qu’avec l’autre. Il faut bien le dire Allen n’était pas le père de l’année. C’est un être abject qui n’a cessé de frapper et de maltraiter le gamin qu’il était. Tant qu’à sa mère, elle, elle l’a abandonné à sa naissance. Mais les choses changent. Elle est venu pour l’aider et le soutenir. Mais surtout renouer avec son fils. Celui qui fut un réel parent pour lui ce fut Gus. On sent le lien qu’ils ont tous deux. Du coté de la famille de Tess, il ne lui reste que la mére. Mais cette derniére à tellement été ignoble avec sa fille, que cette dernière à fini par se venger à sa façon d’elle. Et quoi de mieux que supprimer l’épine du pied. Du coup, les véritables liens familiaux que ces deux là entretiennent véritablement, c’est avec les hommes du club. Et cette famille de cœur, c’est aussi leurs amis. Ils se soutiennent tous les uns les autres. Quand l’un n’est pas là, c’est comme si qu’une partie de leur âme qui disparaît. Quand l’un trahit, c’est tout le monde qui souffre. Et quand l’un se marie, c’est la joie pour tous. Parfois je me suis demandée si ce genre de relation famille/amie à un nom. Mais bon. Enfin les relations amoureuses, sont au beaux fixe. Il faut dire que depuis le début de l’histoire, on suit ce couple si spécial. Tous deux détruits par la vie. Tous deux qui ne savent pas faire confiance. Tous deux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. Et quand enfin ils se trouvent, ni l’un ni l’autre ne sait dire ce qu’ils ressentent réellement. Ils se cherchent, se tournent autour, se trouve, se crient après, mais c’est cela l’amour. Ils sont au petit soins l’un pour l’autre. Se protègent, et sont attentionnés envers leurs moitiés. Et pourtant à aucun moment ils ne se disaient je t’aime. Ils se le montrent par leur actions respectives mais cela s’arrêtait à là. Dans ce tome pourtant, Trigger s’ouvre enfin, et la belle Tess en fait de même. D’ailleurs le final est juste craquant tout choux. On voit bien que leurs relation est du pur jus, et très forts. Après tout, ils nous l’on prouvé à mainte reprise au travers du récit des trois tomes réunis.

Enfin, l’intrigue du roman est tourné autour deux choses. Tout d’abord le traître, qui apparemment n’est pas seul. En fait, maintenant que la vérité est dévoilée sur Jace, il semblerai qu’il y en aurait un autre. Je vous jure que je suis arraché des tonne de cheveux. La raison ?????????? L’auteur ne nous donne quasiment aucun indice. Et cela me frustre énormément. Pas une seule fois je n’aurai penser à celui là. J’ai été choquée. Mais vraiment choquée lors de la grande révélation. Enfin le père de Trigger. Comment va t il faire pour détruire son fils ????????? Pourquoi fait il cela ?????????? Qui sont ses alliés ??????????? Est ce qu’il va réussir ?????????????? Oui ????????? Non ??????????? Et bien d’autres questions fusent à la lecture de ce tome. Ce n’est pas facile de tout comprendre d’un coup. Mais lire les deux premiers romans, nous ont mis quand même sur la bonne voix. Alors du coup, je peux vous annoncer que l’auteur a fait un travail monstrueux sur ce sujet. C’est superbement bien fait.

En conclusion, c’est un roman que j’ai adoré. Une histoire qui m’a énormément touché. Ce roman est un véritable joyau littéraire. Entre les personnages qui prennent de plus en plus de galons. Une plume des plus génial. Un univers si bien fournit où le scénario est des plus intéressant. Et surtout des intrigues bien mieux que ce que j’aurai pensé. La saga Devil’s Reach Bikers est un vrai chef d’œuvre, et un pure condensé de plaisir livresque. C’est une superbe histoire à qui je dois dire au revoir. Mais ceci dit, je les ai dans mon GSM et je peux les lire quand je veux. Mais en attendant, à bientôt.

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire