Les contes inachevés Tome 1

La vilaine belle-soeur

Les contes inacheves tome 1 la vilaine belle soeur 953847 264 432 

E 2

E3n déchirant par mégarde un vieux livre d'images, Kat est téléportée dans le monde de Cendrillon, où elle incarne Katriona, l'une des hideuses belles-sœurs ! En tant que jeune fille de noble lignage, sa vie change du tout au tout et elle doit apprendre à survivre aux lois de ce nouvel environnement, à commencer l'épreuve de passer les portes avec une robe à arçeaux... Pour revenir chez elle, elle va devoir compléter l'histoire, jusqu'à ce qu'ils soient heureux et aient beaucoup d'enfants. Mais les obstacles sont de taille : l'autre belle soeur est belle à s'en damner, la marraine la bonne fée est aux abonnées absentes et le prince - carrément canon, soit dit en passant - déteste les bals.

Dans de telles conditions, arrivera-t-elle seulement à rentrer chez elle... ?

B 2

 

L2es contes et légendes. Qui ne les aime pas ? Ils ont bercé notre enfance Blanche neige et les sept nains, la belle au bois dormant, la petite sirène, cendrillon... Ils sont même passé au cinéma. Mais qui peut me dire qu’il en a vécu un en vrai. Il faut dire que parfois, et je dis bien parfois, la vie peut être un vrai conte de fée, mais malheureusement pas pour tous. Alors pour cette fois, ceux qui n’aime pas ce genre, passer votre chemin, car aujourd’hui on plonge dans un conte revisité. Comme vous le savez en général, ce sont les quatrièmes de couverture qui nous attire. Il faut comprendre par-là que les résumés sont toujours plus attractifs qu’autre chose. Néanmoins, chose de plus en plus courante, les couvertures sont tellement belles que l’on ne peut pas se permettre de dire non à un livre. Alors quand après un mois à mettre sur le site tous les livres que je viens d’avoir et que je suis tombée sur ce livre, je ne vous dis pas à quel point j’avais envie de Le posséder au plus vite. Je dois dire pour ma défense que la couverture de ce livre brille tellement de mille feux que j’ai eu l’impression de posséder une de ces magnifiques pierres précieuses. Mais vous connaissant chers abonnés, vous devez certainement vous demander, mais de quel livre parle Parole de Livrophage ?

La réponse est simple, je vous parle d’un conte revisité. Et bien entendu, pas n’importe lequel celui de Cendrillon. Alors pour éviter de vous poser plus de question encore, découvrons ensemble le synopsis de ce nouveau petit bijoux livresque. En déchirant par mégarde un vieux livre d'images, Kat est téléportée dans le monde de Cendrillon, où elle incarne Katriona, l'une des hideuses belles-sœurs ! En tant que jeune fille de noble lignage, sa vie change du tout au tout et elle doit apprendre à survivre aux lois de ce nouvel environnement, à commencer l'épreuve de passer les portes avec une robe à arceaux ... Pour revenir chez elle, elle va devoir compléter l'histoire, jusqu'à ce qu'ils soient heureux et aient beaucoup d'enfants. Mais les obstacles sont de taille : l'autre belle-sœur est belle à s'en damner, la marraine la bonne fée est aux abonnées absentes et le prince - carrément canon, soit dit en passant - déteste les bals. Dans de telles conditions, arrivera-t-elle seulement à rentrer chez elle... ?

Eh bien ! me direz-vous cela a l’air prometteur. C’est pour cela que j’ai l’intention de vous en dévoiler un peu plus sur ce livre avec pour commencer les personnages.

Kat, Katherine ou Katriona est une jeune fille de dix-sept an qui vit avec sa sœur Peige et sa mère. Au moment où elle est propulsée dans le conte de Cendrillon elle va prendre le rôle d’une des demi-sœurs mais elle va vite se rendre compte que de nombreux points sont différents par rapport au célèbre conte qu’elle connait. C’est une jeune fille banale, maladroite, assez transparente et qui devient complètement mutique dès qu'un beau garçon s'approche d'elle il faut dire qu’elle est très timide et réservée. Son unique refuge, et cela depuis très longtemps est la lecture. Mais attention, pas n’importe quelle lecture. Les contes de son enfance et qu’elle relis chaque fois qu’elle le peut car cela lui permet de s’évader de sa vie. Par ailleurs elle ne cesse d’en racheter d’autre car comme nous, Kat est une lectrice compulsive.  De plus elle s’identifie souvent à Jo, l'une des quatre filles du Dr March avec ses grandes jambes et ses nombreuses taches de rousseurs qu’elle considère comme étant un handicap vu qu’elle ne ressemble en rien à sa petite sœur véritable beauté Latina. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire au premiers abords, Kat n'a pas la langue dans sa poche après son immersion dans le conte. Et vu qu’elle a oublié que la vraie vie et l’irréel sont deux faces totalement différentes, elle oublie que dans sa nouvelle époque il vaudrait mieux qu'elle se taise ce qui fait qu’elle a autant de mal à s'intégrer dans sa nouvelle "vie". En outre, elle possède énormément de convictions, et elle va même se battre pour ce en quoi elle croit et mettre tout son cœur dans la résolution de son affaire pour pouvoir retourner dans son monde. Et pour arriver à faire cela, il a fallu qu’elle s’arme de beaucoup de courage et de détermination. Car faire en sorte que le prince et Cendrillon soient ensemble afin de pouvoir rentrer chez elle ne sera pas chose facile.

Le prince Edward est un beau jeune homme, qui déteste les mondanités. Et malheureusement pour lui, de par son titre, il fait tourner les têtes de toutes les jeunes filles. Ses manières de grande noblesses, douce, tendres et attentionnées font de lui un être tout mignon. Ce petit chou est réfléchi et adore le jardinage qui est sa plus grande passion. Bref il est totalement à l’opposé des princes charmants que l’on connaît. Mais ce qui est touchant, c’est le fait qu’il est à l’écoute de ses sujets. La preuve est qu’il prend en compte le fait que Kat lui remonte les bretelles par rapport aux enfants qui travaillent jusqu’à pas d’heure, dans des conditions sordides et qu’il est prêt à faire passer une loi au parlement pour améliorer les conditions de vie de nos chérubins. On voie bien que c’est un être à l’écoute de son peuple, et qu’il est prêt à tout pour protéger ceux dont il a la charge.

Elle, est une jeune fille, qui travaille pour la famille de Kat dans le conte. Elle, est une jeune fille douce, attentionné, responsable, belle, proche de sa famille et travailleuse. Néanmoins sachant que c’est Elle la fameuse Cendrillon, il est étonnant qu’elle ne soit pas la belle-sœur de Kat. Cependant, au fil de la lecture, on découvre peu à peu que derrière l’histoire de cette charmante jeune fille, se cache un lourd secret. Et pas des moindre. Elle serait la fille légitime du beau-père de Kat, mais dont la mère de cette dernière tenta de tuer lorsqu’elle était un bébé afin de spolier son héritage. Mais même si la vérité éclate au grand jour, l’histoire ne se fini quand même pas. Pour notre plus grande joie.

Henri, est le cousin d’Edward. C’est un jeune homme dont la passion première est la médecine. Il est charmant, et j’aime la manière dont il couvre son cousin pour que ce dernier puisse voir Kat. Mais ce qui m’a le plus plut chez lui, fut le fait qu’il est humble et va même jusqu’à tomber amoureux de notre belle Elle. Il est même prêt à lui offrir un travail quand cette dernière perd son emploi, et plus encore il s’occupe du petit frère d’Elle quand ce dernier est mourant. J’ai vraiment aimé ce personnage au grand cœur.

Bianca, la sœur magnifique de Kat dans le conte, est une vraie peste. Il est vrai qu’elle a tout pour plaire, jolie comme un cœur, gracieuse, s’habille très bien, charmant sourire, etc… Néanmoins son cœur est plus sec que le désert du Sahara. Car en réalité, c’est une hypocrite, une arriviste, mesquine, prête à tout pour obtenir les faveurs d’Edward.  Elle est odieuse.

Et puis il y a Madame Bradshaw est aussi odieuse que sa fille Bianca. En fait elles sont toutes deux identique. Même manière, même beauté glacée, même cœur sec, même … tout. Et le pire c’est qu’elle n’aime même pas Bianca. Et elle le montre ouvertement. J’en suis choqué de voir comment elle se la joue sur sa préférence.

Bref comme vous pouvez le constater, il y a de nombreux personnages, et chacun joue son rôle à la perfection dans cette histoire. Mais ils ne sont pas les seuls. D’autres vont et vienne à travers tout le livre et selon leur degré d’implication, ils vous amuseront sans équivoque.

Maintenant passons au point suivant, celui qui nous permet d’approfondir plus profondément le roman. Je parle bien sûr de la plume de l’auteur, la romance entre les personnages et pour finir l’intrigue du livre.

Pour commencer, la plume d’Aya Ling est très fluide avec une touche de légèreté. Les pages ne se lisent plus, mais se dévorent. Et puis l’univers mis en place par l’auteur est époustouflant. On a un monde moderne, et d’un coup on passe à celui du XIXème siècle. On sent bien la différence entre ces deux époques et on remarque que l’auteur y a mis tout son cœur. La lecture est bien rythmée, on a des rebondissements, des retournements de situation, de l’action, mais aussi des personnages fort attachants. Mais ce n’est pas tout, pour ma part si j’ai aimé cette histoire, c’est parce que c’est un conte revisité. Avec la marraine fée manquante, un prince charmant qui prend soin de son peuple, un gobelin fantôme, un livre enchanté par une malédiction, une monarchie pas si monarchique, un parlement, etc, etc. C’est vraiment magique.

Par contre là où j’ai eu envie de me cogner la tête contre les murs et cela a plusieurs reprises, ce sont les fameuses rencontres entre Edward et Kat. Imaginez-vous, une jeune fille qui vie au XXIème siècle, qui se trouve propulsée au XIXème, qui voie la mère de sa bonne malade, et des enfants obligé de travaillée près de douze heures par jours voir plus au lieu d’aller à l’école, critique la monarchie du pays, hors que le prince et son cousin le duc son à ses coté, c’est plutôt risible. Et comme elle ne laisse pas le jeune homme se présenter elle va même lui tenir rigueur du fait qu’elle rate sa présentation à la reine juste parce qu’elle le voie. Je me suis amusée de cela. Mais cependant, leurs rencontres les rapprochent tous les deux un peu plus l’un de l’autre. Ils se découvrent, se cherchent, s’apprivoisent. A de nombreuses reprises, j’ai vu en eux un couple appartenant à notre époque qui veulent sortir ensemble. Ce qui m’a le plus touchée dans cette histoire, c’est quand Kat dit toute la vérité au jeune prince, et que ce dernier ne cherche pas à la faire passer pour folle. Bien au contraire. Il l’a croie, et va même accepter de faire ce que Kat lui a demandé, même si cela signifie lui briser le cœur. J’en ai eu mal. Mais tout fini bien puisque ‘’ils furent heureux et eurent de nombreux enfants’’ ou presque.

Enfin on arrive à l’intrigue qui tourne essentiellement autour de ‘’mais comme je fais pour rentrer chez moi dans ma bonne vielle petite vie ?’’ Effectivement dès l’instant où après s'être fait humilié devant Gabriel, le nouveau beau gosse du lycée, Kat se rend dans le grenier pour trier ses contes d'enfants. Elle tombe ainsi sur sa magnifique édition de Cendrillon et, en tournant les pages, elle le détruit entièrement involontairement, avant de dégringoler les escaliers en descendant du grenier. Là déjà je dis chapeau. On pourrait croire que la jeune fille va se réveiller sur un bon vieux lit d’hôpital, mais non. Car en se réveillant, Kat ne reconnaît rien de son environnement et, après quelques rencontres, elle comprend très vite qu'elle a été propulsée en plein dans le monde Cendrillon. Enfin plutôt qu’après que tous croient qu’elle ait perdu la tête et qu’un gobelin fantôme vienne lui éclaircir les idées. Oui c’est plutôt marrant de ce côté, et je ne pense pas que cela me ferait rire autant si j’étais à sa place. Surtout que logiquement elle devrait se retrouver dans le corps de la belle Cendrillon. Mais manque de chance, elle est devenue en fait l'une des vilaines belles-sœurs, tout cela uniquement parce qu’elle n’est pas assez jolie comme lui fait remarquer l'envoyé du roi Gobelin. Du coup, elle reconnaît en Elle, l'une des servantes, la très charmante Cendrillon. Mais alors pourquoi n’est-elle pas sa belle-sœur ? Pour le coup, Kat reste sur le cul. Elle va alors faire en sorte de faire des recherches sur la jeune fille et amenée cette dernière à épouser le prince après qu’ils se soient rencontrer la première fois lors du grand bal, afin de briser la malédiction. Malheureusement pour elle, c’est un sacré coup du sort qui lui tombe dessus. Rien ne se passe comme prévu. Effectivement Elle n’est pas sa belle-sœur, même si après recherche on découvre qu’elle est exactement cela. Bianca sa sœur est odieuse avec elle et loin d’être moche comme un pou, elle est belle comme un cœur. La marraine la bonne fée est aux abonnés absents. Mais surtout le prince tombe éperdument amoureux de Kat. Alors même si c’est pour la bonne cause c’est sûr qu’il faudra faire tout ce qu’il faudra pour rentrer et même si cela signifier briser son cœur. Par conséquent, l’intrigue selon moi est très bien menée. Aya Ling a su choisir les mots et mettre les actions, réactions bout à bout, sans que cela fasse fouillis. On voie bien que l’histoire suit son cours, sans qu’aucun barrage ne vienne faire obstacle au récit.

En conclusion, j’ai adoré ce livre. Je ne regrette pas d’avoir choisi ce livre juste par la merveilleuse couverture. L’histoire se laisse lire facilement. Et depuis que j’ai lu la réécriture des contes des mille et une nuit, j’adore chercher des conte réécrit. En plus c’est toujours très original de lire ce nouveau genre. De plus un gros point positif pour ce nouveau Cendrillon, c’est les nombreuses références culturelles des livres contemporains que l’auteur à incruster dans le récit. Comme le fameux Darcy d’Orgueil et préjugés, et bien d’autres encore. Sans compter que c’est une très belle romance qui pourrait bien plaire à tous ceux qui aime lire, aussi bien petits que grands. Et puis, les descriptions des rues, de la monarchie, des maisons, les industries, tout cela fait type Angleterre du monde de Jane Austen. C’est comme si l’auteur adore cette auteure. Bref, c’est dès les premières pages que je me suis plongée dans cette nouvelle aventure magique, et j’ai passé d’excellant moments avec nos deux tourtereaux. Et même si j’ai adoré ce nouveau livre et ces nouveaux personnages, je dois leur dire aurevoir et vous dire à la prochaine pour une nouvelle chronique. En attendant j’espère que la suite sortira au plus vite.

13 8

 

— Et désormais, je vous déclare mari et femme.

Je relève les yeux et souris à Edward, qui se penche et retire mon voile blanc, puis m’embrasse. C’est un long baiser langoureux… Je ne veux pas qu’il prenne fin. Je glisse mes doigts dans ses cheveux et l’attire contre moi ; il entrelace ses mains dans mon dos et me serre contre lui. J’entends une femme de la noblesse faire une remarque désapprobatrice sur cette façon d’exposer notre passion effrénée en public.

Aucun de nous deux ne s’en inquiète. J’ignore cette sensation de vide dans mon ventre, déglutis et essaie de paraître aussi radieuse que je devrais l’être aujourd’hui, une mariée heureuse.

— Je t’aime.

Nous le disons en même temps. Il sourit ; je glousse. Les cloches de la chapelle retentissent.

Puis le monde se met à tourner, de plus en plus vite, comme si j’étais sur un carrousel lancé à toute allure. Dans mon esprit, j’entends la voix de Krev.

« Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. »

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire