Hades & Persephone Tome 1

A Touch of Darkness

Hades persephone tome 1 a touch of darkness 4986156 264 432

Resume 1P4erséphone n’est la déesse du Printemps qu’en titre. Depuis qu’elle est toute petite, les fleurs se ratatinent à son contact. Après s’être installée à la Nouvelle Athènes, elle espérait mener une vie discrète, dans la peau d’une journaliste mortelle. Mais tout change lorsqu’elle s’assied dans une boîte de nuit clandestine pour jouer une partie de cartes avec un étranger hypnotique et mystérieux.
Hadès, le dieu des Morts, a bâti un empire du jeu dans le monde des mortels et ses paris favoris sont réputés impossibles. Mais rien ne l’a jamais intrigué autant que la déesse qui lui offre une aubaine à laquelle il ne peut résister.
Après sa rencontre avec Hadès, Perséphone se retrouve liée par un contrat avec le dieu des Morts, dont les conditions sont impossibles : elle doit créer la vie dans le monde souterrain ou perdre sa liberté à jamais. Le pari ne se limite cependant pas à exposer l’échec de Perséphone en tant que déesse.
Alors qu’elle s’efforce de semer les graines de sa liberté, son amour pour le dieu des Ténèbres grandit un amour à la fois envoûtant et interdit.

 

Ds ma

 

 

Th 5 l’heure où je vous parle, je me dit, que pour s’amuser, il existe plusieurs façon. Danser, lire, regarder la TV, aller à la piscine, faire les magasins, etc, … Mais autrefois, cela n’était pas vraiment d’actualité. Lire et écrire était que pour l’instruction des hommes. Danser, que pour les plus fortunés. Regarder la TV, aller à la piscine, au cinéma, n’était même pas d’actualité avant un bon bout de temps. Par contre ces messieurs, …………, ils en connaissaient des moyens de se divertir. Surtout les nobles. Et je ne parle même pas de la boisson. Fichtre !!!!!!!!!!!!!!!! Dieu merci, nous ne vivons plus sous cette décadence. Mais, je me pose une question. Si autrefois tout cela n’existait presque pas, comment les immortels faisaient pour se divertir ? Je parle des faés, des vampires, des loups garou, des dieux, et autres genre de ce monde, bien entendu. Et bien, j’ai découvert, qu’ils pimentaient leurs vies, en lançant des jeux sous forme de paris. Et sur qui tombaient ces fameux paris selon vous ???????? Ehhhhh bien oui !!!!!!!!!!!!!! C’était bibi qui y passait. Et le pire, c’est que nous les hommes vulnérables, nous n’en remarquons aucunement ce qui se passait. Mais imaginons un seul instant, un seul petit instant, que le paris se porte sur ………….. disons ………… une divinité. Comment cela se passerait ???????????? Question des plus pertinente je trouve. Surtout si entre les deux, l’amour grandit et fleurit. C’est encore mieux.

Un petit aperçut de ce que je vous propose ????????? Alors c’est par ici. Entrez dans le monde chaotique des dieux grecques, qui adore être vu des hommes. Perséphone n’est la déesse du Printemps qu’en titre. Depuis qu’elle est toute petite, les fleurs se ratatinent à son contact. Après s’être installée à la Nouvelle Athènes, elle espérait mener une vie discrète, dans la peau d’une journaliste mortelle. Mais tout change lorsqu’elle s’assied dans une boîte de nuit clandestine pour jouer une partie de cartes avec un étranger hypnotique et mystérieux. Hadès, le dieu des Morts, a bâti un empire du jeu dans le monde des mortels et ses paris favoris sont réputés impossibles. Mais rien ne l’a jamais intrigué autant que la déesse qui lui offre une aubaine à laquelle il ne peut résister. Après sa rencontre avec Hadès, Perséphone se retrouve liée par un contrat avec le dieu des Morts, dont les conditions sont impossibles : elle doit créer la vie dans le monde souterrain ou perdre sa liberté à jamais. Le pari ne se limite cependant pas à exposer l’échec de Perséphone en tant que déesse. Alors qu’elle s’efforce de semer les graines de sa liberté, son amour pour le dieu des Ténèbres grandit un amour à la fois envoûtant et interdit.

Un résumé des plus alléchant je trouve. Mais, cela n’est que le début les amis. Car maintenant, vous allez découvrir que les personnages de ce roman le sont encore plus.

Perséphone est une jeune femme, tout ce qui a de plus simple et des plus banale. LOL. Vous y croyez vraiment ????????? Et bien vous avez raison. En réalité, cette jeune femme est une jeune déesse, qui se cache sous le glamour pour qu’aucun humain ne soit au courant de son identité, même si elle est inexistante pour eux. Car voyez vous, Perséphone, bien qu’étant une divinité, n’a jamais été en contact avec un dieu, pas plus que les humains ne soit au courant de son existence. En fait, sa chère mère, Déméter, l’a toujours garder à l’abri, dans une immense orangerie, qu’elle considère comme un palais de d’or et de verre. Mais voilà !!!!!!!!!!!! La jeune fille en à marre, et veut faire des étude en journalisme. Pas évident. Surtout que sa mère est pire qu’une mère poule protégeant ses petits. Après avoir eu gain de cause, elle emménage alors dans son appartement, en compagnie d’une autre jeune fille, avec qui elle devint très bonne copine. Néanmoins, sachant qu’elle est une déesse dont personne ne connaît l' existence, Perséphone, contrairement aux autres dieux, ne possède aucun pouvoirs. Depuis toujours, tout ce qu’elle touche de végétale, meurt automatiquement. Attristée par tout cela, et surtout par le fait qu’elle vie recluse, sans amis, et sans pouvoirs, elle développe en elle une force obscure qui sans qu’elle sache l’étouffe. Mais ne dit on pas que l’amour détruit tous les murs ???????????????? C’est ainsi, que petit à petit, et surtout vivant loin de sa mère, elle va se découvrir. Enfin, pas vraiment. Car il a fallu la rencontre avec un magnifique dieu, pour qu’elle s’épanouisse enfin. Après tout, comme dirait l’empereur dans Mulan de Walt Disney ‘’ La fleur qui s’épanouit dans l’obscurité, est la plus belle et la plus pure’’. Coté caractère, c’est une femme fort douce, qui s’énerve rarement, et qui respecte énormément sa mère. Pourtant le fait que sa mère vérifie chacun de ses gestes, si je puis parler ainsi, l'étouffe énormément. Mais elle ne dit rien, ne rebelle même pas. Car au dessus de sa tête plane l’épée de Damoclès. Un chantage des plus mesquin que la déesse de la terre à su mettre en œuvre, du genre : Si tu ne fais pas ainsi, tu retourne à la maison, et plus d’études. C’est plutôt immonde. Mais l’arrivé du grand et sexy Hadès, va changer bien des choses dans sa vie. Elle ouvrira enfin ses yeux, et comprendra qui elle est enfin.

Hadès, est le dieu des morts. Dans cette romance, il est le patron d’une grande boite, et chaque fois qu’un mortel vient lui réclamer une faveur, il joue à un jeu. Cependant, c’est si tu gagnes, voilà ta faveur. Mais si tu perds, tu devra faire ceci. Mais comme il l’explique lui même, au final, ce jeu ne sert qu’à obliger les hommes à s’améliorer. A choisir une nouvelle voie. Par exemple tu es alcoolique ??? Tu n’as plus le droit à une seule goutte d’alcool durant X temps. Tu est un joueur compulsif ??? Interdiction de jeu pendant X temps. Voilà le genre de chose qu’il oblige les humains à faire. Et si l’humain ne réussit pas ??????????? Allez hop, au tartare. En bref, il gagne toujours. A sa façon, c’est un homme très espiègle, mais qui garde sa tête sur ses épaules. C’est un homme qui incarne le péché, avec ses yeux aussi sombres que l’obsidienne, des cils épais, des cheveux sombres et très grand. Mais surtout un de sauvage, sans l’allure des mauvais garçons. C’est un homme au grandes responsabilités. Il n’hésite pas à faire ce qu’il se doit. Cependant, sachant qu’il est le dieux des morts, il se doit d’être présents pour eux, qu’ils soient vivants ou non. J’ai adoré ce personnage si particulier.

Déméter est l’incarnation de la mer poule. Quoique sa fille fasse, elle est au courant. Et si ce n’est pas quelque chose qu’elle apprécie, elle n’hésite pas à remettre sa fille à sa place. Même si cela se fait par un sournois chantage. Sans compter, qu’elle l’appelle à tout bout de champ. Et pire encore, elle la garde jalousement pour elle, et l’empêche même de découvrir les autres dieux. C’est du grand n’importe quoi. En réalité, elle l’étouffe, et ne s’en soucis même pas.

Lexa est la meilleure amie de Perséphone. Même si en réalité, c’est la seule amie qu’elle est. C’est une jeune femme magnifique et un peu fofolle. Mais tellement adorable, que l’on s’attache à elle facilement. De plus, elle est le genre de bonne copine que l’on adore avoir quand rien ne va dans notre vie.

Adonis est un jeune homme d’une rare beauté. Cependant, sous sa carapace de beau gosse, se cache une âme noire. Il n’hésite pas à manipuler les gens, ainsi qu’à se servir d’eux. Avec le fait qu’il est dans les faveurs d’une belle divinité, Adonis ne se soucie guerre des femmes. Il fait du chantage, drogue les filles, et utilise toutes sortes de bassesse possible pour arriver à ses fins.

Menthé, est certainement une beauté séductrice et pécheresse. Tout comme Adonis, elle ne possède pas une seule once de douceur et de gentillesse. A vrai dire, elle convoite le rang de reine des enfers. Cette petite nymphe ne sait vraiment pas rester à se place. Tout comme l’idiot Adonis, elle n’hésite pas à faire du chantage et a même recourt à la violence. Mais bon. Je vous laisse découvrir ce qu’elle finira par devenir. Vous ne serez pas déçut.

Voilà pour les personnages les plus importants. Mais retrouvez Aphrodites, Xérès, Demitri, la gorgone, les défunts, et bien d’autres encore. Ils sont tellement nombreux que j’ai du faire un tri. Mais ce n’est pas grave. Ainsi, il vous restera bon nombre de découvertes à faire. Ainsi, nous pourrons alors discutailler et découvrir plus en profondeur le roman, avec comme d’habitude, la plume de l’autrice, les relations entre les personnages et l’intrigue de ce premier tome de la série.

Tout d’abord la plume de Scarlett ST.Clair est des plus délicieuse et envoûtante. Je n’ai rien comprit à ce qui se passait. J’ai commencé à lire, et puis ……………. paf !!!!!!!!!!!!! Plus rien. J’avais fini mon livre. J’étais tellement dans l’histoire du roman, que je ne me suis même pas rendu compte des heures et des pages qui défilaient sous mes yeux. C’est dire à quel point l’histoire était légère et addictive. J’ai énormément adoré. Et pour réussir un tel challenge, l’autrice n’a pas lésiné sur les actions, les rebondissements, les quiproquos, les découvertes, les chantages, etc, … Elle en a tellement mit, et à des endroits si stratégiques, que le rythme est donné dés le top départ. C’est très intense. On sent qu’elle a mit dans cet ouvrage tout son cœur et toute son âme, pour un rendu des plus passionnant. Aussi, vous comprendrez aisément pourquoi les émotions sont si intense. Colère, joie, peine, rage, doute, etc, … Sont présents. Et histoire de bien vous faire comprendre qu’il y a matière à ressentir, préparez vos petits cœur pour la tournée des grands ducs, façon sentiments littéraire. De même, vous ne pourrez plus vous passer des personnages auxquels vous allez très vite vous attacher. Comment ne pas s’attacher à cette jeune femme qui se découvre, et qui se rebelle. Certes elle reste simple. Mais le cœur en or qu’elle possède fait toute la différence. Tandis que sous son air de grand joueur, Hadès nous démontre que l’on peut changer. Sur un autre plant, les descriptions, bien que brèves et d’une simplicité, vous permet de laisser votre imagination débordante prendre le dessus. Je n’ai pu m’empêcher de visualiser le tartare, le palais, ou encore le bureau, sans compter la ville et tout ce qui existait dans ce roman. Et à chaque fois, j’en restais sur le c**. Par contre l’univers des Olympiens que l’on connaît à changé du tout au tout. Fini la montagne où les dieux vivent loin des hommes. Fini l’Olympe tels que l’on nous dépeint dans nos livres d’histoire. Par contre dite bonjour à la la Nouvelle Grèce où l’Olympe est une ville quasiment comme une autre. Mais l’endroit où les dieux siègent pour leur Conseil et possèdent d’immenses et somptueuses demeures et où lorsque les divinités ne sont pas chez elles, leurs possessions sont ouverts au public. Dans cet univers, les dieux sont comme les stars et le commun des mortels peuvent les approcher et demander un autographe. Ainsi, le scénario, n’a que plus de prenant dans l’histoire. On comprend ainsi mieux, pourquoi la jeune déesse se cache. Le langage, est du soutenu, avec parfois un peu de familier. Mais à la cela donne un certain cachet à toute notre histoire.

Ensuite les relations entre les différents personnages est surtout tournée autour de la jeune dame. Tout d’abord, bien que sa relation avec Lexa soit celle qui se passe entre deux amies, je suppose que Perséphone la voie bien plus comme une sœur. Après tout, vu qu’elle a du vivre en autarcie durant des siècles, il est tout à fait compréhensible qu’elle puisse ressentir ce lien ainsi. Avec sa mère Déméter, c’est tout le contraire. Elle vie sous le joug de cette bonne femme. Là encore, ce n’est que supposition. Mais l’on pourrait qualifier de tyran. Sa mère peut bien dire qu’elle l’aime et la protège. Mais sa façon de faire ressemble à une dictature. Elle me fait pense à Miranda Priestly la rédactrice en chef dans le film Le diable s’habille en Prada. Elle serait même capable de cité cette vieille bique. Pour moi la phrase clef dont elle serait capable de sortir, serait ‘’J’avais de l’espoir. Quoi qu’il en soit, vous avez fini par me décevoir plus que toutes les autres filles stupides.’’ Vous voyez un peu le genre de femme. C’est je veux que cela soit comme cela et pas autrement. Dieu merci, Perséphone à fini par ouvrir ses yeux, se rebeller et réussir à dire NON. Scène au combien mémorable. Avec Hadès, par contre, c’est une toute autre histoire. Le vieux beau lui fait un effet monstre. Il faut dire, que malgré des siècles de vécus, le dieu des morts est resté magnifique. Un visage d’ange, au coté sombre. Un bad boy, aux allures de gentlemen. Un mafieux des plus doux et galant. Quelle femme pourrait résister à de tels charme. Moi ?????????????? Euhhhhhhhhhhhhhhhhh !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Non. Moi je dirais plutôt, je fonce dessus, et je l’emporte dans ma tanière. MDR. Ces deux cocos, vont se tourner autour, façon danse prénuptiale d’une tourterelle. Il lui fait des faveurs, lui offre un bal, la soutient, lui donne ce dont elle a besoin, etc, … De tels cadeaux sont précieux pour elle. Car au final, elle en tombe amoureuse petit à petit. Et sans qu’il le remarque, lui aussi en tombe amoureux. Mais une question est posée dés le départ : Vous pensez que Lord Hadès a le sens de l’humour ? La raison est simple les narcisses sont le symbole d’Hadès, le dieu des Morts. Hors cette fleur s’épanouit au printemps. Et le printemps, Perséphone en est la déesse. Alors en sachant qu’Hadès n’a jamais été vu avec une femme durant des siècles, est ce que par hasard, il savait d’avance qu’un jour, cette charmante petite déesse viendrait sonner à sa porte ????????????? Question plus que pertinente dont je vous laisserais avec plaisir découvrir la réponse par vous même.

Enfin, l’intrigue est bien évidement tournée vers le couple. Comment vont ils se rencontrer ?????????? Qu’est ce qui va les liés ?????????????? Quels obstacles se dresseront sur leurs routes ?????????????????? Qu’est ce qui sera demandé lors du pari ???????????? Et bien d’autres questions encore tomberont. On peut dire que l’autrice nous mène par le bout du nez. Et pour cause. Si elle donnait dés le début les tenants et les aboutissants de l’histoire, personne ne voudrait lire ce tome et les suivants. Une chose est sure, vous allez en baver pour découvrir les indices. Un conseil, laissez vous emporter par cette vague. Ne cherchez pas à la prendre à contre courant. Vous risquez de ne rien y comprendre et de vous donner de sacré migraines.

En conclusion, ce roman est une pure merveille. Tout les ingrédients y sont pour avoir une série des plus géniale. Elle est très prometteuse. On ne s’ennuie en aucune façon, et cela pour notre plus grand plaisir. Les scènes s’enchaînent, et on vibre durant la lecture. On s’attache fortement aux personnages. On s’imagine des scènes pleine de magie. L’univers est totalement à l’opposé des tout ce que l’on a connu. Bien sur les mythes sont respectés. Et la plume est une pure merveille pour l'intellect d’un lecteur. Je ne peux qu’attendre la suite avec impatience. Alors je ne puis que vous dire une chose. Foncez. Procurez vous ce petit bijoux livresque. Adorez le. Et surtout dévorez le tout en vous délectant de chacune des pages. En attendant, je vous souhaite une bonne lecture et vous dit à bientôt pour de nouvelles et folles aventures livresques. Avec ou sans dieux.

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire