Hades & Persephone Tome 2

A Touch of Ruin

Hades persephone tome 2 a touch of ruin 4996078 264 432​​​​​​​

Resume 1

L4a relation de Perséphone avec Hadès est devenue publique et la tempête médiatique qui en résulte perturbe sa vie normale et menace de l'exposer en tant que d esse du printemps. Pour ajouter  ses ennuis, tout le monde semble désireux d' éloigner Perséphone du Dieu des morts en exposant son passé  infernal.
Les choses ne font qu'empirer lorsqu'une horrible tragédie laisse le coeur de Perséphone en ruine et Hadès refuse de l'aider. Désespérée, elle prend les choses en main et conclut des accords qui ont de graves conséquences.
Confrontée  à un côté  d'Hadès qu'elle n'a jamais connu et  à une perte  écrasante, Perséphone se demande si elle peut vraiment devenir la reine d'Hadès.

Ds ma

 

 

J4'ai un ami, qui me dit souvent que l’amour, avec un grand A, n’existe pas. Pour lui, quand les choses s’enfoncent dans une abysse profonde, il vaut mieux partir et tout recommencer à zéro. La réponse que je lui ai donné, ne lui a vraiment, mais alors vraiment pas plut du tout. Pourtant, elle est honnête et franche. A mes yeux, quand un couple se découvre des problèmes, il vaut mieux faire front ensemble que séparément. Ainsi, le couple se solidifie par cette épreuve qu’il traverse, même si cela signifie de se dire des choses horribles au point de blesser l’autre. Mais quand tout est fini, entre les excuses et les réconciliations, le couple ne s’en sort que plus grandit. A l’inverse, quand l’un des deux fait front seul, et que l’autre s’en fiche ou lui met tout sur le dos, le couple se découvre aussi, mais pas forcément dans le bon sens. C’est pour cela que les couples se séparent plus vite que l’éclair. Car au final, le fait d’être seul face à l’adversité, détruit l’amour que l’on ressent pour l’autre. En effet, étant seul, on a tendance à faire plus d’erreurs, on s’apitoie sur soi, et l’on tombe dans le cercle sans fin de l’autodestruction. L’être humain oublie souvent que l’union fait la force. Ou plutôt, il l’oublie dans ce conteste. Car pour faire du mal aux autres, il est le numéro un du top des top. Pourtant, l’amour, le grand, le seul, l’unique, celui qui est avec un grand A, celui que tous cherchent, celui qui mérite d’être vécut, existe toujours. Il suffit de regarder nos grands parents, et certains nos propres parents. Ils en ont vécu des hauts et des bas. Ils en ont vu des vertes et des pas mures. Pourtant, ils sont toujours ensembles. Alors imaginez vous un peu ce que cela donnerai pour un jeune couple de divinité.

Si déjà pour les humais, être en couple ce n’est pas toujours évident, coté divin cela doit être explosif. Surtout quand le mâle ne sait pas ou ne sait plus dire ce qu’il ressent, et que la donzelle voie l’ex de son homme débarquer de je ne sais où, et qu’elle a une peur bleu de perdre son amour. Le doute s’installe petit à petit. Oye !!!!!!!!! La catastrophe nucléaire est en route. A mon avis, même les humains doivent le vivre aussi. La preuve ????????? La voici. La relation de Perséphone avec Hadès est devenue publique et la tempête médiatique qui en résulte perturbe sa vie normale et menace de l'exposer en tant que déesse du printemps. Pour ajouter  ses ennuis, tout le monde semble désireux d' éloigner Perséphone du Dieu des morts en exposant son passé  infernal. Les choses ne font qu'empirer lorsqu'une horrible tragédie laisse le cœur de Perséphone en ruine et Hadès refuse de l'aider. Désespérée, elle prend les choses en main et conclut des accords qui ont de graves conséquences. Confrontée  à un côté  d'Hadès qu'elle n'a jamais connu et  à une perte  écrasante, Perséphone se demande si elle peut vraiment devenir la reine d'Hadès.

Intéressant ????????? Intriguant ????????? ou plutôt vous serez comme moi. Miam, sa va péter !!!!!!!!! Mais avant de pouvoir aller découvrir le roman plus en profondeur, je vous invite à découvrir ou redécouvrir les personnages de ce tome.

Perséphone, cette belle jeune femme qui étudiait le journalisme pour travailler en tant que tels, ma,quant cruellement de confiance en elle, s’est épanouie comme jamais. Ses pouvoirs divins, se sont enfin révélés et se développent petits à petits. D’ailleurs, n ce qui concerne son apprentissage, on passe du temps à rire. Aujourd’hui, dans ce tome, Perséphone est une femme heureuse, joyeuse, puissante et surtout amoureuse. Même si elle manque encore un peu de confiance en elle, il suffit qu’une étincelle de colère se déclare et adieu la petit jeune femme timide. Sous nos yeux ébahit de lecteurs, elle devient toute puissante et est capable du pire pour obtenir ce qu’elle désire. Pourtant, entre le fait qu’elle se fasse passer pour une simple mortelle d’un coté, et être une déesse de l’autre, elle n’arrive pas à trouver le juste milieu. Certes elle s’épanouit, mais, il lui manque encore quelque chose pour être complète. En fait, elle se découvre encore. Elle apprend facilement de ses erreurs. Malgré son bon cœur, elle n’hésite pas à dire non quand cela doit se faire. J’ai adoré découvrir cette petite déesse sous la forme de 2.0.

Hadès, le roi des enfers, est le genre d’homme que l’on aimerai avoir. Beau, canon, sexy, autoritaire, gentlemen, follement amoureux, riche, etc, … C’est un roi, le dieu des morts, donc qui possède énormément de responsabilité. Sans compter ses nombreuses entreprises où il se doit d’être présents pour tout ou presque. Pourtant, malgré cela, il est toujours partant pour passer du temps avec sa reine. Il est charmant, attentionné, honnête, intègre, franc - parfois un peut trop, etc, … C’est un homme dans toute sa splendeur, qui petit à petit est entrain de découvrir ce que signifie être en couple. Mais cela on en rediscutera plus tard.

Hécate, est sans doute la seconde meilleure amie de Perséphone. Elle est aussi considérer comme étant le professeur de pouvoir et de poison de la jeune déesse. Cette femme n’hésite pas à soutenir son amie, mais aussi à lui dire ce qu’elle pense de son comportement ou de ses actions, et surtout des pensées qu’elle imagine. Elle est une personne droite, franche, honnête, loyale, et pardessus tout sincère.

Lexa, la meilleure amie de Perséphone sur terre, est certainement la fille la plus fofolle que je connaisse. Tout comme Hécate, elle est loyale, honnête, et franche. Avec elle, Perséphone oublie ses problèmes. Pas une seule fois, elle n’a jalousé son amie pour l’amour qu’elle a trouvé. Bien au contraire. Elle l’a soutient réellement. Elle n’hésite pas à l’envelopper dans ses bras, si besoin est pour l’aider à trouver le calme. L’aide à s’émanciper de sa mère. Lexa, est une excellente amie pour toutes personnes qui en aurait besoin. Dommage qu’il en existe peu au monde. Certains mériteraient de prendre des cours auprès de cette jeune femme.

Sybil, est une jeune oracle. Cependant, après le caprice d’Apollon, elle a finit par vivre auprès de ses amies. C’est une personne vive d’esprit, et possède elle aussi un sacré tempérament. Elle est gentille, agréable, loyale, et honnête. Mais Sybil, est surtout une femme sur qui l’on peut compter à toute heure du jour. J’espère en apprendre un peu plus sur elle par la suite.

Leucé est une nymphe qui fut pendant plus de trois milles ans transformée en peuplier. Cette punition, donné par Hadès en personne est sans nulle doute dut au fait qu’elle l’avait trompé. Revenue à la vie, elle va poser quelques problèmes. Pourtant, c’est une femme qui a bon cœur. Elle est présente pour Perséphone. Mais même si elle est loyale à cette dernière, la peur de la déesse des moissons est tellement grande et intense, qu’elle va commettre des bêtises. Cependant, entre la gentillesse de Perséphone et le fait qu’elle demande pardon, le couple que forme Hadès et Perséphone, va lui donner une seconde chance. Et là, elle va nous révéler à quel point elle peut être une femme bien. Elle donne de bon conseil, d’investie, est gentil, à l’écoute, etc, … Mais, même si je me suis attachée à elle, j’attends de voir ce que cela donnera dans le tome prochain.

Coté dieu et immortels, nous commençons avec Hermès le dieux de la ruse. Tout aussi canon que son oncle Hadès, grand messager des dieux, il est cependant l’un des plus charmants. En raison de son coté chenapan, cet homme est un être des plus attachant. Il est toujours entrain de taquiner Perséphone. Il est gentil, attentionné, et surtout loyal envers ceux qu’il apprécie le plus.

D’un autre coté, nous avons Apollon. Depuis le tome un, Sybil, nous le dépeint comme un fêtard. Malheureusement, je dois dire que c’est absolument exact. Et comme il ne sait pas ce qu’est la vrai amitié, il n’hésite pas à le marchander. De plus, il est surtout très narcissique et égocentrique. S’il n’obtient pas la fille qu’il convoite, il la renvoie et lui ôte ses pouvoirs. Comme les petits garçons gâtés pourrit qui piquent un crise de colère quand ils n’obtiennent pas ce qu’il veulent. L’arrivée de la petite déesse, va cependant changer bien des choses pour lui. Du moins, c’est ce que j’ai constaté. Affaire à suivre.

Déméter, la déesse de la moisson, et mère de Perséphone est sans nulle doute, la femme la plus détestable du monde. Elle est fourbe, mesquine, cruelle. Elle considère que sa fille est sa possession. Pas une seule fois, elle ne veut voir et n’accepte le bonheur de cette dernière. A ses yeux, sa fille est une honte, une déception. C’est vraiment dommage. Car elle passe tellement à coté de tant de choses. Mais a force de vouloir que sa fille lui obéisse au doigt et à l’œil, son enfant, est entrain de lui tourner le dos.

On rencontre le mythe des furies. Celles qui sont envoyées par les dieux pour punir mortels et dieux qui ne respectent pas les lois divines. Alecto, Mégère, et Tisiphone. Des femmes en colères, qui ressemblent à de véritables furies. Oui je sais. C’est un très vilain jeu de mot. Mais désolé, c’est exactement ce quelles sont. Petite pause dictionnaire. Alecto vient du grec ancien qui signifie ‘’la colère implacable ou sans fin’’. Mégère, désigne quand a elle une femme méchante, revêche et coléreuse. Enfin, Tisiphone, vient du grec ancien, et signifie ‘’la vengeance’’. Alors dans cette histoire, il vaut mieux ne pas s’y frotter de trop prés, ou l’on risque de pleurer.

Pirithoos fils de Zeus et donc demi dieu est décrit comme un être charmant, agréable, et gentil. Mais en réalité, il est totalement à l’opposé. Dans la mythologie grecque, il était un roi. Alors, c’est normal que lorsque vous le découvrirez sous son véritable jour, vous le verrez comme un petit garçon capricieux et borné. Mais je le plaid. Sa punition va faire très mal.

Dans ce tome, on découvre deux personnages ou presque, qui pourraient jouer le rôle de protecteur de Perséphone. Antoni, pour commencer que l’on a découvert dans le premier tome, est son chauffeur attitré. Mais parfois, il fait office de messager auprès d’Hadès, afin de l’informer des problèmes que sa jeune dulcinée à subit. J’aime bien ce cyclope. Il est honnête et loyal.

Ensuite, nous avons l’aegis Zofie. Une métamorphe, amazone et fille d’Ares. Désormais, c’est elle qui s’occupera de protéger la jeune déesse. C’est un garde du corps superbement entraîné. Pour l’instant coté personnalité, j’attends de voir ce que cela donne dans le tome prochain. Mais une chose est sur. Elle est génialement loyale.

Demetri le supérieur de Perséphone. au journal, est peut être gentil, mais en réalité, c’est surtout un lâche. Il est incapable de dire non à son supérieur face à la pression que ce dernier lui impose. Par ailleurs, il a utilisé un charme d’envoûtement pour être auprès de l’homme qu’il aime. J’en frissonne d’écœurement.

Hélène, la petite secrétaire, est une femme gentille et douce. A ce stade, en dehors du fait de sa gentillesse, je ne sais pas grand-chose sur elle. Alors pour l’instant, je ne puis dire grand-chose. Affaire à suivre.

Enfin, un personnage qui m’a fait donner des envie de vomir, Karl Stavros. Cet homme, est le grand patron du journal pour lequel Perséphone. travaille. Malheureusement, ce qu’il voie en cette jeune femme, c’est le fait qu’elle est une source d’information sur le dieu des morts. Ce qu’il désire plus que tout, est le fait de pouvoir faire du chantage à seigneur de l’enfer. Alors pour y arriver, il n’hésite pas à poser un ultimatum et un chantage à la jeune déesse. Car au final, Cet être immonde est un mage. Hypocrite, malsain, mal fondé, orgueilleux, etc, … Si vous le voyez un jour, fuyez.

Voilà pour les personnages de ce jours. Oui je vous avoue qu’ils sont nombreux. Mais ils méritent tous d’avoir leur petits moment de gloire. Ainsi, nous pouvons passer à la suite, avec la plume de l’autrice, les relations entre les personnages et enfin l’intrigue de ce tome.

Tout d’abord, j’adore la plume de Scarlett St. Clair est des plus envoûtante. Enfin, plutôt j’en tombe amoureuse un peu plus depuis le tome un de la saga. En faite, je dirais que je suis envoûtée par cette magie qu’elle a crée. J’ai lu ce livre d’un bout à l’autre, s’en m’en rendre compte. L’histoire est tellement prenante et intense, que les pages défilent aux grès des secondes, des minutes et des heures, que l’on ne se rend même pas compte que la fin du livre est arrivé. Pas une seule fois je n’ai eu envi de déposer mon livre. Au contraire, j’étais tellement prise dans ma lecture, planant sur mon petit nuage, que je l’ai dévoré en peu de temps. Le rythme, est entraînant avec ses actions dans tous les coins et recoins de l’histoire, sans compter les fameuses scènes chaudes comme la braise, avec de gros bip pour cacher certaines choses érotiques. Mais présentent quand même. En plus de cela, on y fait de sacré découvertes aussi. Malheureusement, ce n’est pas pour le bien être de notre petit cœur qui bat au rythme des émotions de nos personnages. Et quels émotions,. Pendant que Perséphone joue à la dame furie, nous derrière notre micro écran ou notre livre, on explose de rire. J’avoue que j’ai aussi pleurer de douleur quand elle a perdu l’un des siens. Mais le rire et l’amour on été plus présent que l’on ne pourrait le croire. Les personnages de leurs cotés, sont des plus attachants. Enfin, pour ceux qui le veillent bien. Parce que mère hypocrite, patron malsains, et demi dieux complètements fous, on peut les mettre de coté. Mais malgré cela, je les ai adoré. Les descriptions, restent toujours dans la simplicité. Et c’est un véritable bonheur pour mon imagination débordante. Ainsi, l’univers que l’autrice a mis en place,peut prendre plus d’ampleur et nous enchanter que plus. Le scénario du roman suit son court. Avec les mythe qui continuent d’apparaître et des personnages de légendes qui nous font de petits coucou. C’est magique. Le langage est soutenu, tout en étant dans un gant de familier. Comme bonus, l’autrice nous en donne justement à la fin du tome. Des petites histoires pour vous faire patienter.

Ensuite, les relations entre les divers personnages, sont là aussi très faciles à décrypter. En effet, tout d’abord, on a la relation toxique que Déméter fait subir à sa fille. On voie bien à sa façon d’agir que pour elle sa fille n’est pas un être à part entière. Pour elle, comme je l’ai dit plus haut, Perséphone est un bien qui lui appartient. Pas un être doté de sentiment et fait de chaire. D’ailleurs, le fait de critique son prénom dont les Moires ont choisi, démontre à quel point elle est écœurée par son enfant, elle est extrêmement déçut. Elle ne conçoit pas que sa fille aime son homme. Elle ne le veut pas, elle n’y a pas droit, etc, … C’est un véritable poison. De plus, elle n’hésite pas à mettre des bâtons dans les roues du jeune couple afin qu’ils se séparent une bonne fois pour toute. Ensuite, on a les relations que Perséphone entretient avec ses amies. On y sent la véritable loyauté, la véritable amitié. Ils savent qu’ils peuvent compter les uns pour les autres. Sans compter qu’ils descendent les dieux entre eux. Plutôt marrantes comme scènes. Si l’un d’entre eux subit une injustice à cause de l’un d’eux, Perséphone vole à la rescousse. Si l’un d’entre eux vie dans l’ombre ou dans la rue, Perséphone accoure. Et après, comment ne peut elle pas être aimé ????????? Cette petite déesse est un véritable don du ciel. La preuve, est qu’elle a sut montrer à Apollon ses défaut, et que désormais, il est devenu son ami. Et que dis je. Il suffit de voir le changement chez Hadès, pour comprendre à quel point elle est un véritable ouragan du changement. Déjà que le seigneur des enfers l’adule, mais là !!!!!!!!!!!! C’est véritablement un paradis. Il est doux, attentionné, lui donne du temps pour réfléchir, c’est un mec, un vrai gentlemen. Bon il a ses défaut, il ne lui dit pas tout, ou préfère de ne rien dire pour ne pas faire de mal à la donzelle, mais, au final, il est vraiment amoureux. Il lui a même fait une bague, dés le début de leur histoire afin de lui faire sa demande. Ensuite ne regardez pas comment il le lui fait. J’en ai encore les larmes aux yeux, après les avoirs levés aux ciel. Et puis, Perséphone commence à comprendre aussi ce que veut dire aimer. Cependant, tout comme son amoureux, elle ne lui dit pas tout. Alors quand on imagine les punitions, c’est plutôt du miam miam que du aie. Dans ce tome, quand Perséphone perd son amie, elle reproche pas mal de chose à Hadès. Même si elle croit qu’il n’est pas là pour elle, lui, le démontre d’une autre manière. Pourtant, il y a des choses qui n’ont pas besoin d’être dites. Alors, même s’il ne comprends pas tout, il accepte les remontrances, et fait ce qui doit être fait pour la soutenir. C’est un amour vrai et sincère. J’adore suivre ce couple.

Enfin, l’intrigue de roman se divise en plusieurs phases. On a le avant, le pendant, et l’après perte. Avant la perte, Perséphone était toujours joyeuse. Certes, il a fallu remettre son amoureux sur le droit chemin, mais sans plus. Entre eux deux, tout allait bien. Puis, durant la perte, sa belle déesse est devenu une véritable mégère. La moindre chose la rendait furieuse. Elle est capable du pire. Et durant l’après, on la voie qui devient différente. Elle a mal, mais elle est incapable de faire le premier pas. Pourtant, durant ces trois phases, Hadès est présent. Et ainsi Perséphone va apprendre ce qu’est réellement la vie. Cependant, cette petite touche de ruine va permettre à l’autrice de mener le lecteur là où elle le désir. Qu’importe par quoi ils passeront, le couple qu’ils forme réaliseront le destin des Parques. L’autrice dans ce livre, nous délivre sur un plateau en argent le pire de nos personnages adorés. Non pas pour que l’on ressentent de la colère vis à vis d’eux. Mais justement, pour les amener à ce cliffhanger de rêve. Elle fracasse tous ce que l’on connaît pour que l’on vive un grand moment. Mais au final, si l’on suit l’histoire, l’intrigue de ce roman c’est quoi ????????? Le retour de Leucé ????????? Les magouilles de Déméter ????????? La mort d’un des personnages ????????? L’hypocrisie des patrons du journal ????????? Ou le changement d’Apollon ????????? Et si au final, tout cela n’était qu’un tout ????????? Une chose est sure, l’autrice ne vous dira rien. Vous pouvez chercher. Vous pouvez fouiner. Vous pouvez lire et relire. Vous ne trouverez rien. Car la grande intrigue de ce roman, n’est autre que ce couple et puis c’est tout.

En conclusion, j’ai adoré ce roman encore plus que le premier. On y redécouvre des personnages et on en découvre d’autres. Mais on voie l’évolution du couple principal. On en apprend plus sur eux à travers leurs actions et leur non dits. L’intrigue continue d’évoluer, et on découvre un peu plus sur ce que les Moires ont prophétiser. Des mythes et des légendes venant du plus profond de la mythologie grecque s’invitent durant notre lecture. Les personnages deviennent de plus en plus attachants. L’univers s’étoffe. La plume ne fait que m’envoûter un peu plus. Je suis, à l’heure actuelle, pressée de découvrir le troisième tome des aventures d’Hadès & Perséphone. En attendant, je ronge mon frein, et vous dit à bientôt pour de nouvelles aventures livresques.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire