Créer un site internet

Les Épreuves d'Arès Tome 2

Le Dieu sauvage

81tygxaw8gl ac ul320

Resume 1

P4our sauver mon seul ami, je dois remporter les trois Épreuves prévues par les Seigneurs de guerre : Douleur, Panique et Terreur. Et pour ça, je dois coopérer avec le connard le plus arrogant, le plus obstiné et le moins fiable de l’Olympe. Non seulement Arès refuse de m’apprendre à utiliser mes pouvoirs, mais il ne cesse d’essayer de me les voler. Et il a franchi une limite qui devrait être impardonnable.
Malgré tout, quelque chose m’attire vers l’impitoyable dieu de la guerre. Quelque chose de plus réel que tout ce que j’ai connu. Il ne se résume pas à ce qu’il montre au reste du monde, et plus je combats à ses côtés, plus je vois loin dans son âme. Ce qui rend la trahison encore plus difficile.
Tout comme mon chat sphinx métamorphe, ce dieu en sait plus sur moi et mes origines qu’il ne veut bien me le dire. Si je veux pouvoir rester dans le monde de l’Olympe, un endroit où tout est possible pourvu que je ne sois plus un paria, je dois être capable d’utiliser ma magie.
J’ai beau être déterminée à sauver Joshua et à apprendre à mobiliser mes pouvoirs, j’ai aussi envie de comprendre Arès. C’est une partie de moi que je suis tout bonnement incapable d’étouffer. Je dois savoir pourquoi j’entends des tambours de guerre quand je le regarde dans les yeux, pourquoi des flammes dansent dans ses iris et pourquoi mon corps me trahit atrocement chaque fois qu’il s’approche. Et plus encore, j’ai besoin de savoir s’il éprouve les mêmes sentiments.

 

Ds ma

 

 

S4elon une étude psychologique, l'amitié serait l'un des beaux cadeaux de la vie, car elle nous rend vivants, généreux, nous permet de nous ouvrir à d'autres façons de penser et de réagir. De notre plus petite enfance à nos années de vieillesse, nous sommes entourés de gens que l’on rencontre. Certains restent dans notre vie à tout jamais, d’autres, on les laissent tomber. La raison en est simple, elle nous change. Les vraies amitiés nous transforment. Qu’elles nous apprennent ou nous détruisent, cela nous apporte toujours un petit quelque chose en plus. Durant notre enfance, nous découvrons ainsi, des liens sociables, autres que ceux que l’on créé avec les membres de notre famille. Ainsi, on apprend alors ce qu’est la loyauté, la confiance, et l’on s’ouvre ainsi au monde. A l’adolescence, elle nous permet progressivement de s’autonomiser et de se responsabiliser, même si parfois, l’on passe par l’excès. C’est ce que je nommerai le temps de l’apprentissage. On découvre alors, petit à petit que le monde n’est pas celui que l’on croit, et surtout naît le temps des confidences et des amours. A l’age adulte, l’amitié prend une plus grande place dans notre vie. Les amis, sont présents dans chaque étapes de notre vie, dans nos choix de vie, dans nos réflexions, dans le travail, dans l’éducation, dans l’amour, dans les douleurs, dans les coups dures, dans les joies … Il arrive que l’une de nos amitié nous déçoive. A ce moment, lorsque l’on s’en rends compte, on le met de coté. La raison : trop de trop. Trop de dépendance envers nous, un étouffement permanent, trop de plaintes, trop de jalousie, trop d’abus en tous genre, etc, … Une fois que ce la est fait, après un certain temps, on se sent mieux, et on peut enfin respirer. Mais pour certaines amitiés, c’est un accompagnement de tous les jours. Ceux là, ce sont de vrais(es) amis(es). Toujours prêt à vous aider, toujours là pour vous, toujours prêt à vous soutenir, toujours prêt à être franc avec vous, etc, … Ces amis rares, deviennent comme une seconde famille. De plus de nos jours, il y a moins de préjugés, on accepte davantage les différences des uns et des autres. Enter internet et les réseaux sociaux, on voyage loin, on découvre d’autres cultures, d’autres traditions, etc, … Même si l’on ne les voit pas, ou que l’on ne les verra jamais, ces amis entre dans notre grande famille de cœur. Alors, si un membre de votre famille de cœur se faisait enlever, seriez vous capable de sauter à pieds joins dans ce monde de barbarie afin de le retrouver ?????????????????????

C’est ce qu’à fait l’héroïne de ce roman. Mais, cela n’a pas dû être évident. Surtout que côtoyer les dieux grecques, a l’air d’être plus un calvaire qu’une partie de plaisir. Vous ne me croyez pas ??????? Alors, en voici la preuve. Pour sauver mon seul ami, je dois remporter les trois Épreuves prévues par les Seigneurs de guerre : Douleur, Panique et Terreur. Et pour ça, je dois coopérer avec le connard le plus arrogant, le plus obstiné et le moins fiable de l’Olympe. Non seulement Arès refuse de m’apprendre à utiliser mes pouvoirs, mais il ne cesse d’essayer de me les voler. Et il a franchi une limite qui devrait être impardonnable. Malgré tout, quelque chose m’attire vers l’impitoyable dieu de la guerre. Quelque chose de plus réel que tout ce que j’ai connu. Il ne se résume pas à ce qu’il montre au reste du monde, et plus je combats à ses côtés, plus je vois loin dans son âme. Ce qui rend la trahison encore plus difficile. Tout comme mon chat sphinx métamorphe, ce dieu en sait plus sur moi et mes origines qu’il ne veut bien me le dire. Si je veux pouvoir rester dans le monde de l’Olympe, un endroit où tout est possible pourvu que je ne sois plus un paria, je dois être capable d’utiliser ma magie. J’ai beau être déterminée à sauver Joshua et à apprendre à mobiliser mes pouvoirs, j’ai aussi envie de comprendre Arès. C’est une partie de moi que je suis tout bonnement incapable d’étouffer. Je dois savoir pourquoi j’entends des tambours de guerre quand je le regarde dans les yeux, pourquoi des flammes dansent dans ses iris et pourquoi mon corps me trahit atrocement chaque fois qu’il s’approche. Et plus encore, j’ai besoin de savoir s’il éprouve les mêmes sentiments.

Alors ????????? Oui, je sais !!!!!!!!! Mois aussi je trouve que c’est alléchant comme pas permis. Alors, comme vous êtes d’accord avec moi, découvrons ensemble les personnages de ce roman.

Bella, cette jeune femme qui sort de l’ordinaire, a fini par comprendre qu’elle est une déesse. Et pas n’importe laquelle, Enyo, déesse de la guerre. Dans ce tome, elle va découvrir qu’elle devient de plus en plus forte et puissante. Ainsi, elle va apprendre à les utiliser petit à petit. D’ailleurs, son professeur ne sera autre qu’Arès lui même. Lors de ces séances d’apprentissages, elle va se voir affabulée de tenues de guerre et d’armes des plus étranges. Une robe, un casque, une lance, un bouclier, et quelques petites choses en plus, lui viennent en esprit. Bien évidement, les choses seraient mille fois trop simples, si d’un coup elle découvrait qui elle est réellement. C’est toujours une femme badasse. Forte, puissante, intense, prête à sauver des vies. Elle n’hésite pas à se mettre au travers des danger pour aider ceux qu’elle estime devoir être aidée. De plus, ce n’est pas le genre de femme à garder pour elle ce dont elle pense devoir être dit. Elle n’hésite même pas à faire la morale au dieu Arès. Cependant, je trouve qu’elle dramatise des choses un peu trop. Je comprends le fait qu’elle n’accepte pas l’esclavage, tout comme moi, je comprends donc parfaitement qu’elle cherche une façon pour Arès. de changer les choses dans son royaume, mais faut il que chaque fois qu’il en soit possible, elle ramène tout cela sur le tapis ?????? Par ce qu’à un moment, cela devient lourd. De toute façon, je la soutiens, mais sans être trop être dedans. Bref, affaire à suivre.

Arès., dans ce tome, a bien changé. Ou plutôt, le dieu immortel devenu humain, est en train d’apprendre à voir les choses autrement. Ils est toujours aussi beau, aussi canon et aussi sexy. Mais, sa vision des choses est en train d’évoluer dans le bons sens. Il écoute les paroles de Bella, les emmagasine, et surtout il comprend. Quelque chose me dit, qu’une fois toute cette histoire finie, bien des choses vont changer dans son royaume. Par ce qu’au final, le grand, le seul et unique Arès. est entrain de découvrir ce que ressent les esclaves de son royaume. Mais avant cela, je pense que des seigneurs vont recevoir un coup de pied au c**. Coté caractère, il commence à mettre son orgueil et sa fierté de coté. Pour le coup, on commence à comprendre que ce n’était qu’une armure pour que personne ne puisse voir que sous ses airs fanfarons, il était un homme qui a peur de l’abandon et qu’il cherche toujours a montrer à son père qu’il est quelqu’un de fort et de puissant. Au fond, c’est quelqu’un qui possède du cœur, et qui n’a jamais pût le montrer aux autres. Trop mimi.

Zeeva, la chatte gardienne de Bella, est vraiment d’une grande aide. Si je pouvais y mettre des émotions, vous y verriez un petit diablotin. La raison vient du fait qu’en réalité, ni pour aider Bella a développer ses pouvoirs, ni à trouver qui elle est, elle soit d’une grande aide. La preuve en est quand elle dit qu’il fallait qu’elle trouve elle même qui elle est. Et le pire, même Héra ne lui a rien dit. Surveiller des crétins finis, oui. Mais aider Bella a trouver des réponses sur elle, non. Bon après tout pourquoi pas. Cela sera que des plus enchanteur pour la suite.

Éris, sœur d’Arès et déesse du chaos, est toujours égale à elle même. Et bien entendu, elle adore toujours autant les ragots et le chaos. Fouineuse comme jamais, elle s’attire les foudres de ceux qu’il ne faut pas, et sera même emprisonné. Alors imaginez, la déesse du chaos., celle qui adore mettre tout sans dessus dessous, emprisonné dans des donjons, après une dispute des plus intense avec une déesse de l’amour. Plutôt sarcastique, qu’en pensez vous ????????? En tout cas, je voudrais bien voir comment elle va s’en sortir. Affaire à suivre …...

Les seigneurs de la Guerre : Douleur, Panique, et Terreur, de leur coté, sont toujours aussi mesquins, cruels, malsain, abominables, tyranniques, affreux, affligeants, épouvantables, barbares, déplorables, tyranniques, impitoyables, etc, … Bref, je pense que ce portrait est plutôt significatif de ces trois énergumènes. En clair, ces trois cocos, vont se prendre une sacré raclée après tout ce pataquès avec un certain dieu de la guerre qui est très, très, très en colère ...

Aphrodite, la déesse de l’amour, est dans les légendes, mariée à Héphaïstos, mais est fortement amoureuse d’Ares lui même. Quoiqu'il semblerait qu’il n’est pas son seul amant. Logiquement, si elle est la déesse de l’amour, elle devrait être faite de douceur et d’amour, mais, il y a toujours un énorme problème. En effet, nous allons découvrir, que dame Amour est en réalité une femme possessive, d’une jalousie maladive, et capable des pires horreur. Il est vrai qu’une femme bafouée peut devenir la pire garce, mais là, cela frise l’incommensurable bêtise divine.

Je pense que je vais m’arrêter à là pour les personnages. Par ce qu’en réalité, il y en a énormément. Un dragon pour commencer, très spécial d’ailleurs, avec un cœur gros comme une planète. Les dieux, ensuite, pas tous, mais certains, sont très présent. Et enfin, nous avons les autres, et qui sont ils ????????? Vous le saurez bien assez tôt, ne vous en inquiétez pas. Oui je sais, drôle d’intronisation pour parler du roman, avec la plume des autrice Eliza Raine et Rose Wilson, les relations entre les différents personnages et bien sure l’intrigue de ce tome.

Tout d’abord, la plume des autrices Eliza Raine et Rose Wilson, est toujours aussi magique, envoûtante, belle et raffinée. Il faut dire que la lecture se passe sans heurt. C’est tellement fluide que les pages défilent plutôt vite devant nos yeux, sans que l’on ressente de l’ennui, sans que l’on ai envie de poser notre livre, sans s’attendre à l’arrivée rapide de la fin du livre. D’ailleurs plutôt frustrante la coquine, vue que cela s’arrête sur un méga cliffhanger. Vous avez comprit qu’a aucun moment on n’a le temps de s’ennuyer. Pour le coup, le rythme du livre est donné dés le début. Il est d’ailleurs plutôt soutenu, entre actions, rebondissements, révélations, découvertes, etc, … Le monde des dieux grecques est des plus palpitant à découvrir. Les émotions, sont à fleur de peau. On les sent danser dans nos cœurs. C’est intense. L’amour naissant surtout. On y voie de sacré feu d’artifice. Rien d’étonnant à cela. Les autrices savent nous faire tourner en rond et y mettre les formes pour que l’on s’identifient à ces personnages, hautement divins. On pourrait dire que ces personnages sont de plus en plus prenants, intenses, survoltés, et qu’ils nous apportent de sacrés moments. Que cela soit dans le rire, ou dans la douleur, la vie ne sera jamais plus pareil pour l’un comme pour l’autre. Mais en attendant, on s’attache à eux. Les descriptions sont toujours aussi simples, et tout autant magique. Imaginez vous entrain de naviguer et de voler en même temps dans les cieux. Cela doit être fabuleux. Ou encore de découvrir une foret animée et pleine de vie d’un ancien. Chaque fois, que je me suis faite à l’univers du roman, les autrices me surprennent encore plus en me faisant découvrir encore plus un nouvel aspect de cet univers qu’elles ne cessent d’enrichir à chaque fois un peu plus. C’est captivant et envoûtant à souhait. Ainsi, quand nous tombons sur le scénario, on voie facilement que cela découle et s’emboîte parfaitement au roman. C’est superbement bien fait. J’imagine le travail énorme qui a été fait derrière tout cela, cela doit être titanesque. Le langage bien que familier et soutenu, se mélangent parfaitement bien l’un à l’autre. Et gros bonus, les mots orduriers, commencent à s’estomper. Mais bon, n’exagérons pas, car au final, ils ne sont pas bien méchants. Et puis …………… Cette couverture est simplement ……………. Miam, miam, miam.

Ensuite, les relations entre les personnages, deviennent de plus en plus inintéressantes à suivre. Bien entendu, on voie, malgré le fait qu’ils ne le montrent pas, l’attachement qu’Arès et sa sœur Éris est bel et bien présent, et est d’autant très fort. Elle n’hésite pas à aider, tout en veillant sur lui. Ensuite, on apprend, et même si l’on avait déjà lu dans la saga Les épreuves d’Hadès, que Zeus, est un véritable con**** fini. Non seulement il pique les pouvoirs de son fils, mais en plus il les donne à un démon. Il est fou. Et après, on s’étonne que son fils le hait. Puis, on a le lien qu’Ares et les seigneurs de guerre possèdent. Alors, je ne sais pas vous, mais je sens que ces trois là vont se prendre de sacré beignes. Ils sont complètement fous. En plus, a aucun moments ils ne craignent leurs chef. OK dans leurs monde c’est le plus fort qui commande, mais de là à rabaisser Ares, c’est du grand n’importe quoi. D’autant qu’une fois tout sera fini, ils vont devoirs se prendre plein sur la tête. Bien entendu, on ne peut passer à coté du lien qu’Ares entretient avec Aphrodite. Il a enfin ouvert les yeux sur elle. Il a enfin comprit, qu’elle l’utilise. Qu’elle ne l’aime pas. Qu’il est son petit toutou. Et qu’enfin, il va se rebeller. Après tout, l’amour est capable de tout. Car oui, ce que l’on a vu dans le premier tome a enfin prit une tournure des plus intéressant. Ares est amoureux. Vraiment amoureux. Les tambours battent à ses oreilles quand il est prés de la belle Bella. Tout comme pour Bella. C’est chaud, très chaud. Il fini enfin par apprendre à la donzelle a utiliser ses pouvoirs. Et cela montre toute l’étendue de ses sentiments. Affaire à suivre donc.

Enfin, l’intrigue de ce second livre va tourner autour de la seconde épreuve d’Arès. Que va – t – il devoir faire ????????? Bonne question les amis. Car voyez vous, vous allez crapahuter dans les bois, combattre un démon, voler dans les nuages, passer des pactes, apprendre à survivre, etc, … Alors tous à vos bottes, et bonnes marches. En attendant, vous chercherez à comprendre pourquoi ????????? Comment ????????? Où ????????? Qui ????????? Etc, … La vie, la lecture, l’histoire en elle même est entrain de prendre un nouveau tournant. Alors il est temps de tout enregistrer, pour mieux répondre aux questions que l’on se pose dans le prochain tome. Bien évidement, la question principale, ou plutôt les trois questions principales sont pourquoi Zeus à voler les pouvoirs de son fils ????????? Que prépare t – il ????????? Et enfin, va – t – on enfin découvrir tout sur Bella ????????? Mais comme par un fait exprès, les autrices, en attendant, nous font tourner en bourrique. Et cela, c’est énervant et frustrant comme pas permis.

En conclusion, encore un livre qui se termine. J’ai énormément adoré de suivre l’évolution qui se passe entre Bella et Ares. Les personnages prennent de plus en plus d’importances, et on ne peut que s’y attacher. Les relations quand à elles deviennent de plus en plus facile à voir, et à comprendre. L’univers s’étoffe de plus en plus, ce qui apporte un énorme bonus à tout cela. Pour un quatre main, la plume est toujours aussi raffiné, et intense. C’est vraiment fantastique. Quand à l’intrigue, elle nous tient en haleine, et rythme plus que convenablement le récit. Je ne me lasse pas de leurs romans. J’adore toujours autant. J'attends donc avec impatience le tome trois de cette saga qui sortira le mois prochain, et vous dit à bientôt pour de nouvelles aventures livresques.

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire