Magnus Chase tome 3

Le vaisseau des damnés

Magnus chase et les dieux d asgard tome 3 le vaisseau des damnes 1033963 264 432

E 2

Q3uelques mois après les évènements relatés dans Le Marteau de Thor, la menace du Ragnarök n'a jamais été aussi imminente : Loki, toujours en cavale, a rejoint Naglfar, le navire des damnés. Le jour du solstice d'été, il prendra la mer et donnera le signal de la bataille finale. Résolus à l'en empêcher, Magnus et ses amis embarquent à bord d'un drakkar gonflable jaune fluo, le Maxi Banane, après avoir suivi une formation nautique accélérée avec un certain... Percy Jackson ! Nos héros vont devoir accomplir un nouveau périple à la croisée des mondes et affronter une suite de monstres issus de la mythologie nordique (géants, nains, divinités marines rancunières, ainsi qu'un dragon schizophrène) sans perdre de vue le but ultime de leur quête : empêcher Loki d'accomplir ses desseins destructeurs et le recapturer.

B 2

 

D3epuis quelque temps déjà, j’avais repéré un livre que je voulais plus que tout. Il faut dire qu’ayant tous les livres de l’auteur en question, il me fallait celui ci aussi. Aussitôt sorti, aussitôt acheté. Mais quel ne fut ma déception, le fichier, vu que je n’ai pas pu l’avoir en version papier, est limité. Non pas qu’il y a une limite d’achat, non pas du tout. Mais quand je dis limité, je parle bien évidement du fait qu’il fallait faire une manipulation monstre pour le lire sur mon ordi. Et je dis bien ordi, pas liseuse, car la dessus, impossible de le télécharger. Alors finalement, j’ai du trouver une solution pour l’importer sur ma tablette Dieu merci, après je ne sais combien de manipulations, de crises de rage, de jours à bloquer sur le dit fichier, j’y suis enfin arrivée. Après tout qui n’aime pas lire sur sa liseuse. On peut l’amener au jardin, dans sa salle de bain, devant la TV, au lit, etc. Sans compter qu’elle prend peu de place à coté d’un ordi, et le pire dans tout cela c’est qu’avec ce dernier, les pauses sont très peu nombreuses. En plus, il était interdit à qui que ce soit de faire du bruits dans mes oreilles, sous peine de m’entendre enguirlander la personne qui m’a dérangé durant ma lecture. Et puis d’abord, le moment lecture d’un(e) livrophage est un moment de pure magie, et c’est à vos risques et périls si vous le dérangez durant ce doux instant de bonheur. Bref, tout cela pour dire qu’en ce jour, j’ai enfin fini de lire mon livre. Un livre qui est apparemment le grand final de la série. Enfin c’est ce qu’il semble être. Mais bon, ce n’est pas grave, vu que j’attends un autre de ces livres avec impatience. Mais en attendant, vous devez vous demander de quel livre je suis en train de parler.

Un beau blond, moitié homme et moitié divin (non pas de moitié robot comme bioman – référence au dessin animé), un peu timide sur les bords … Quoi vous ne voyez pas de qui je parle ???? Bin c’est fort. Ah mais zut !!!!! J’ai oublié de vous faire découvrir la quatrième de couverture. Alors allons y. Quelques mois après les événements relatés dans Le Marteau de Thor, la menace du Ragnarök n'a jamais été aussi imminente : Loki, toujours en cavale, a rejoint Naglfar, le navire des damnés. Le jour du solstice d'été, il prendra la mer et donnera le signal de la bataille finale. Résolus à l'en empêcher, Magnus et ses amis embarquent à bord d'un drakkar gonflable jaune fluo, le Maxi Banane, après avoir suivi une formation nautique accélérée avec un certain... Percy Jackson ! Nos héros vont devoir accomplir un nouveau périple à la croisée des mondes et affronter une suite de monstres issus de la mythologie nordique (géants, nains, divinités marines rancunières, ainsi qu'un dragon schizophrène) sans perdre de vue le but ultime de leur quête : empêcher Loki d'accomplir ses desseins destructeurs et le recapturer.

Hum, hum !!!!! Alors assez explicite pour vous ???? Oui ???? Cool !!!!! Maintenant passons à la phase suivante avec les personnages du livre. Je vous entends déjà d’ici !!!! Dit Parole d’une livrophage, ont ils évolués ces mômes ???? Et bien la réponse ci dessous.

Magnus, cet orphelin que nous avons découvert dans le premier tome vivant en tant que clochard, puis mort au combat, ressuscité au Walhalla, est toujours le jeune homme sans prétention aucune, un peu paumé, avec un grand cœur, pas vraiment doué dans ce qu’il fait (combat, parler, etc), et capable d’amadouer les dieux nordiques. A première vu, vous allez dire, qu’il n’a pas vraiment changé. C’est vrai. Mais au fond les changements sont plus subtils. Il a apprit que pour combattre les injures, l’amour est la meilleure arme. Il a appris à lutter et à s’entraîner pour s’améliorer. Il à appris à réfléchir avant de faire des bêtises. Etc. Bref, il est devenu plus mature. Mais au fond quoi de plus normal. Qui ne gagne pas en sagesse. Et pour un petit jeune qui n’a de cesse de voyager aux quatre coins du globe, il a bien fallu changer pour devenir un leader. Certes il est loin de notre bon Percy Jackson (héros grec qui a toujours le mot pour rire), vu qu’il est du genre à mettre le pied dans le plat et un peu naïf. Mais au fond, c’est un jeune homme qui est attachant de par sa nature, et une fois qu’on y est accroché, on n’arrive plus à le lâcher.

Alex est le transgenre du groupe. Un coup c’est un il qui parle, et puis … pouf … c’est une elle. Il/elle forme une personne à la fois doué au combat, à la poterie, aux transformations, etc. Pourtant il/elle est un personnage fort, courageux, loyal, et qui possède une richesse immense dans son cœur. Un amour plus intense que la vie elle même. Mais il/elle ne le montre pas. Sauf à des reprises qui se comptent sur le bout des doigts.

Sam la valeureuse valkyrie est toujours aussi intrépide que dans le premier tome. Aussi courageuse aussi. Elle n’hésite pas à continuer son ramadan malgré le fait que cela l’affaiblie. Et pourtant, loin d’être plus faible, sa foi lui permet de résister au venin des paroles perfide de son père.

Jack le valeureux, ou plutôt la valeureuse épée. On ne l’entend pas autant que dans les deux premiers tomes. Mais elle n’a pas changer d’un iota. Toujours le mot pour rire, toujours entrain de se mettre dans des situations sordides, toujours aussi castagne. C’est vrai que je n’ai pas rie autant qu’au début de la saga, mais je me suis bien marrée quand même.

Mi-Homme Gunderson, est toujours aussi grincheux que dans les tomes précédents. Pourtant c’est un guerrier féroce qui n’a peur de rien. Et quand on crache du venin (à prendre au sens figuré) sur sa ville natale, cet homme voit rouge de chez rouge. Mais comme je l’ai dit, c’est un homme. Un peu macho sur les bords, mais qui au fond ne cherche qu’à protéger ses amis, les aider, et surtout à se battre.

Mallory est une véritable combattante. Mais elle possède un pouvoir assez particulier, elle attire à elle plein de personne et entre eux se forment des attaches amicales plus que solide. Malgré son courage, elle à horreur de la mort, même si elle sait qu’il faut le faire. Elle est aussi attachante que Magnus de part sa dualité.

Thomas Jefferson Jr duit T.J est un être qui ne se défile pas au combat. Parfois même, j’ai l’impression qu’il est la voie de la sagesse.

Blitzen et Hearthstone les plus vieux amis de Magnus, sont quand à eux bien camper sur leurs positions. Quoi qu’il leurs en coûtent, ils vont tout faire pour aider leur ami dans cette nouvelle aventure. Malgré le fait qu’ils savent que la mort planent au dessus de leurs têtes, ils n’hésitent pas à plonger dans les péripéties des jeunes gens, et à mettre leurs vie en danger. Des amis comme cela sont très rare. Et Magnus le sait mieux que tout. C’est pour cela qu’il les adore.

Loki le grand méchant de l’histoire, est toujours le dieu de la perfidie et de la ruse. Aussi manipulateur qu’au premier jour, il cherche par tout les moyens de déclencher le Ragnarök. Et comme il veut tout détruire, bien entendu, il ne sera pas content de trouver sur son chemin Magnus et compagnie. Malheureusement, comme il ne fait confiance qu’à lui même, il n’a pas vraiment d’amis. Juste des connaissances qui le craignent ou le haïsse. Bref, une vie comme cela, ne doit pas être vraiment super tout les jours.

Et puis, on a plein d’autre personnages tout aussi importants, voir imposants. Ægir dieu de la mer et ses neufs filles qui veulent la mort de Magnus mais qui d’une certaine façon va aider Magnus, Njörd dieu de la navigation et grand père de Magnus qui adore ses pieds au point qu’il faut le complimenter sur les dits pieds, Hrungnir un géant que doivent combattre Magnus Alex et T.J pour obtenir un simple renseignement, Frigg, la reine des Ases et mère de Mallory, et bien d’autre encore. Et puis pour ceux qui ont lu les livres de Rick Riordan, on retrouve pour notre plus grand plaisir, et même si ce n’est pas pendant tout le récit, nos amis Percy Jackson et Annabeth Chase. Ces deux là sont toujours aussi amoureux l’un de l’autre. Cervelle d’algue et puits de sagesse, comme le dit les anciens livres.

Voilà pour les personnages. En clair, il est temps de parler du roman en lui même avec la plume de l’auteur, la romance entre les personnages et l’intrigue du livre.

Tout d’abord, la plume de Rick Riordan est toujours aussi magique, fluide, intense, ensorcelante et humoriste. Fluide, car la lecture se fait facilement. C’est un livre qui se lit d’une traite tant c’est prenant. On se sent happé par l’histoire, et ne lâche plus l’histoire d’une traite. Intense, car on vie la vie de nos héros et on arrive à détester Loki comme eux. Ensorcelante, car l’auteur nous fait voyager aux quatre cons de la terre, surtout pour nous faire découvrir les terres du nord comme la Norvège. Magique par le fait des légendes et des histoires que nous raconte Rick Riordan sur tels ou tels dieux disséminés tout le long du récit. Mais aussi par ces descriptions magnifiques qu’il nous fait des lieu visité par nos jeunes héros. Humoriste aussi parce que l’on rie beaucoup durant la lecture. Mais le gros plus de l’histoire vient du fait que l’auteur nous amène à réfléchir tant dur le plan religieux, que sur les hommes en général avec le Ramadan, le terrorisme, l’esclavage, les orphelins, la maltraitance tant physique que morale, en clair la notion du bien et du mal est bien présente. C’est comme une leçon de vie. De plus, on découvre plus profondément les personnages en plongeant dans leurs histoire afin de comprendre ce qui les a façonnés. Sans compter les nombreuses références littéraires, cinéphile et autres que l'on trouve dans le livre. L'auteur va même jusqu'à se moque de l'épée de Percy. Épée qu'il a lui même inventée soit dit en passant. On sens bien avec ces trois points que la plume de l’auteur à énormément évolué et mûrie. C’est un très gros plus.

Ensuite la romance entre les personnages est plutôt bien décrite aussi. Déjà on a Percy et Annabeth qui sont tellement mignon qu’ils « causeraient une explosion nucléaire d'adorabilité ». Puis il y a Mi-Homme et Mallory, avec leur amour explosif. D’ailleurs il a fallut toute l’histoire pour qu’ils fassent la paix afin de recommencer à sortir ensemble. Ils se chamaillent sans cesse, se jetant des répliques cinglantes, des armes voir de la vaisselle au visage. Et enfin Magnus et Alex. Ces deux là sont très mignon il/elle est fou/folle d’amour pour le beau blond de Magnus. Même si il/elle prend son temps pour se décider, Magnus va sans cesse se poser des question sur les réelles intention d’Alex. Il faut dire que le beau blond est un homme avant tout. Et question femme/homme !!!!!! Bin il ne comprend pas vraiment tout les signaux. Pour notre plus grand bonheur. Car on va avoir des scènes de rêves.

Enfin coté roman, l’intrigue nous était révélé depuis le tome précédent. Dés le début, l’action est présent et monte crescendo. Le saut afin d’apprendre à sauter à l’eau, les combats avec les géants, les rencontres avec les dieux, etc. Mais aussi le bateau aussi jaune qu’un canari, plus flashy que sa … sa n’existe pas. Les montres, les scènes de rire, tout est super bien décrit. Bref on a de l’action, des rebondissements, des quiproquos, des retournements de situations en tout genre, partout, partout dans le récit, et cela pour notre plus grande joie. Malheureusement, le final est un peu bâclé à mon sens. Je m’attendais réellement à un combat d’injure, mais qui au final fut un combat de franchise. Sans compter que le grand combats contre les spectres est loin, très loin de ce dont nous a habitué l’auteur. Car la qualité de la plume est plus au-dessus de ce que l’on à eu avec la saga Percy Jackson et celle de Héros de l’Olympe. C’est le seul point négatif. En résumé, l’intrigue est bonne, mais malheureusement un peu bâclé. Où est passé le sang qui coule, les moments de pures actions finales. On en a, mais pas des masses, malheureusement.

En conclusion, malgré le petit point négatif, c’est un livre très bien écrit. La plume de Rick Riordan est plus mature que jamais et l'écriture est toujours excellente. On a de l’action, de l’humour, de le romance, et des personnages aux caractères aussi différents les uns des autres. Ce tome est un petit bijou. Pour moi les livres de cet auteurs sont devenu des coups de foudre. En plus, il y a du bordel, du bordel, et encore du bordel. Et puis, il est très agréable d’aborder le point de vue de Magnus sur la vie en générale, sans jugement et sans critique. D’autant qu’il est différent, et a fini par trouver sa juste place, son rôle et ses obligations au point d’accepter sa destinée. L'histoire est toujours aussi prenante et bien imaginée. La mythologie plus présente et plus intense que jamais. En bref, un livre qui se dévore d'une traite, excellent, fluide, très agréable à lire. Il a tous les ingrédients pour en faire le bonheur des petits et des grands. En tout cas, j’aimerai bien retrouver notre jeune viking dans une nouvelle série aux cotés de Percy (Percy Jackson), Jasons (les Héros de l’Olympe), et Carter (Les Chroniques de Kane). Avec ces trois là et en rajoutant Magnus, sa va être de la super, hyper, méga, série. Ou à la rigueur, une mini série, dont les bouquins ne dépassent pas plus de 180 pages entre vikings et grecques. Mais en attendant, j’ai le second tome des aventures du dieux Apollon. Du coup, avec ce dernier livre en poche, j’attends avec patience le prochain livre de Rick Riordan, et en attendant, je vous dit à bientôt pour une nouvelle chronique.

13 8

 

Je me cramponnais à Alex, qui se cramponnait à moi, la respiration rauque. J’ai regretté pour elle qu’elle n’ait pas conservé son embonpoint de morse, car sous ses différentes couches de vêtements, elle semblait à peine plus épaisse que son câble d’acier. Je me suis retenu de la réprimander : Tu vas me faire le plaisir de manger ! Tu n’as que la peau sur les os !

Néanmoins, j’appréciais sa chaleur. Dans toutes autres circonstances, elle m’aurait tué si j’avais osé la coller d’aussi près. Moi-même, je ne suis pas très porté sur les contacts physiques. Serrer mes amis dans mes bras une fois de temps en temps constitue un exploit de ma part. Mais le besoin de me réchauffer – et le fait qu’il s’agissait d’Alex, sans doute – me facilitait la chose. Son odeur fraîche m’évoquait un champ d’orangers dans une vallée du Mexique, même si je n’y ai jamais fichu les pieds. En tout cas, elle sentait bon.

– Le jus de g-goyave, a-t-elle croassé.

– Quoi ?

– Sur la t-terrasse de t-ton oncle. C’était cool.

Elle se raccroche aux souvenirs heureux pour rester en vie, ai-je compris.

– Et à York, a-t-elle enchaîné. Tu ne savais p-pas comment attaquer t-ton fish and chips. C’était d-drôle.

– Je te déteste. Continue de p-parler.

Son rire sonnait comme une quinte de toux.

– À t-ton retour d’Alfheim… La t-tête que tu as fait quand je t-t’ai repris mes lunettes !

– Mais t-tu étais contente de me revoir ?

– Ouais. Tu es assez distrayant.

Nos têtes étaient si proches l’une de l’autre qu’on aurait pu croire que nous ne formions qu’un, comme le guerrier d’argile aux deux visages. Je trouvais cette idée bizarrement réconfortante.

À environ cinquante mètres de la falaise, kenaz a crachoté avant de s’éteindre, et Hearthstone s’est affaissé contre Blitzen. La température a encore baissé – je n’aurais pas cru que c’était possible. Mes poumons ont recraché une dernière bouffée d’air tiède et se sont mis en grève quand j’ai tenté de les remplir.

– En avant ! nous a exhortés Blitzen. Je refuse de mourir dans cet accoutrement !

Pour lui épargner cette honte, nous avons continué à progresser pas à pas vers la plage de galets – quitte à mourir, autant le faire sur la terre ferme.

Blitz et Hearth avaient presque atteint le rivage quand Alex s’est immobilisée.

J’étais également à bout de forces, toutefois je me suis tourné vers elle pour l’encourager :

– Il f-faut avancer.

Nos visages se touchaient presque sous les couvertures. Ses iris marron et ambre étincelaient. Son écharpe avait glissé jusqu’à son menton. Son haleine sentait le citron vert.

Alors, avant que je comprenne ce qui m’arrivait, elle m’a embrassé. J’aurais été moins surpris si elle m’avait arraché la bouche avec les dents. Elle avait les lèvres rêches et gercées. Son nez s’emboîtait parfaitement au mien. Nos souffles se mélangeaient. Puis elle s’est écartée de moi.

– Je ne voulais pas crever avant d’avoir fait ça, a-t-elle dit.

Malgré le froid, il me semblait qu’une chaudière à charbon brûlait dans ma poitrine.

– Arrête de me mater, et bouge-toi ! m’a-t-elle houspillé.

Le chaos régnait dans mon esprit. M’avait-elle embrassé pour m’inciter à avancer ou pour me faire oublier que nous allions bientôt mourir ? Pas une seconde, je n’ai envisagé qu’elle ait pu m’embrasser par envie. En tout cas, ce baiser et lui seul m’a permis d’atteindre le rivage.

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site