Créer un site internet

La derniére nymphe tome 1

Bellezza

16266093 1308081049235411 2044331246999150599 n

E 2

E1nza Vergara est l’ennemi public numéro 1 des vampires.

Pour cause, elle est la dernière nymphe de New York.

Alors qu’elle se pensait encore à l’abri des Agents tueurs de nymphes du pays, elle se retrouve au beau milieu de la traque la plus importante du siècle.

Une lutte sans merci s’engage alors entre Enza et l’Agent tueur engagé pour lui arracher les ailes et la réduire en cendres, la menant tout droit au sein d’un conflit aussi vieux que la vie elle-même. Pourtant, pour survivre, Enza n’a d’autre choix que de révéler au monde les pouvoirs ténébreux que les nymphes recèlent…

À la nuit tombée, au fond de ruelles sombres et sordides, ce ne sont plus les vampires qui font la loi… Mais les nymphes.

B 2

 

S3alut la compagnie. Le mois de Juin est arrivé, et l’hivers dans mon petit coin perdu au milieu de l’océan commence à rentrer, même si au fond, je me retrouve avec un été indien sur la tête, et qu’il ne fait pas trop chaud. Bon, bref, aujourd’hui je suis ici pour vous parler d’une nouvelle lecture. La saga à l’aire d’être très prometteuse. Il faut dire que pour sa défense, qu’il n’y a eu qu’un seul livre de sortit. Et qui le publie ? Pas moins que les éditions Rebelles. Pourquoi je ne dis pas moins ? Tout simplement parce que ces éditions font des couvertures sublimissimes afin d’endormir vos neurones. Du moins c’est ce que moi j’ai retenu jusqu’à présent. Et comme en général ce sont les résumés qui me plaisent, et bien parfois, se jeter dans la gueule du loup, juste en jetant un coup d’œil à une couverture, ce n’est pas mal non plus. Dès que je l’ai vu sur la page Facebook des éditions Rebelles, je me suis tout de suite dit, bin ma fille, t’as intérêt à l’avoir dans ta bibliothéque celui-là. Cette petite bombe, aux couleurs pastelles avec son résumé si mystérieux est faite pour toi. Alors maintenant que vous connaissez comment est la lectrice assidue que je suis, je n’ai fait ni une, ni deux et l’ai commandé direct. Bon assez bavasser et passons aux choses sérieuses.

Mais comme toutes chroniques qui se respecte, faisons un petit tour du côté du résumé juste histoire de nous mettre en appétit. Enza Vergara est l’ennemi public numéro 1 des vampires. Pour cause, elle est la dernière nymphe de New York. Alors qu’elle se pensait encore à l’abri des Agents tueurs de nymphes du pays, elle se retrouve au beau milieu de la traque la plus importante du siècle. Une lutte sans merci s’engage alors entre Enza et l’Agent tueur engagé pour lui arracher les ailes et la réduire en cendres, la menant tout droit au sein d’un conflit aussi vieux que la vie elle-même. Pourtant, pour survivre, Enza n’a d’autre choix que de révéler au monde entier les pouvoirs ténébreux que les nymphes recèlent… À la nuit tombée, au fond de ruelles sombres et sordides, ce ne sont plus les vampires qui font la loi… Mais les nymphes. Et pourtant pour Enza, le danger n'a jamais été aussi proche, surtout depuis l'arrivée du meilleur tueur de nymphes : Eidon Callaghan. Il est prêt à tout pour la débusquer, mais elle, est-elle prête à se battre bec et ongles pour s'en sortir ?

Eh bien, et bien, et bien. Ce petit résumé vous plait, hein !!!!! J’en était sure. Mais selon vous que serait une chronique si on ne parle pas des personnages ? Ah vous aussi vous êtes comme moi, pas de personnages égale = pas de chroniques. Eh bien allons y à la découverte des personnages de ce livre.

Enza Vergara, est une jeune femme de vingt et un an, qui travaille dure pour gagner sa vie, et qui fut élevée par la sœur de sa mère, car celle-ci est morte et son père aux abonnés absent. Elle vit sa vie en compagnie de sa meilleure amie. Néanmoins, elle a un petit secret qui pourrait faire tout basculer, c’est une nymphe. Et dans ce monde ci, ces dernières sont néfastes, du moins c’est ce que dit les vampires qui aiment être au-dessus de la chaine alimentaire. En effet, ces derniers détestent les nymphes, car elles se nourrissent d’eux. Cependant, depuis qu’elles sont devenues de ennemies numéro un, les nymphes ne peuvent faire confiance à personne. Mais Enza, à partager son lourd secret avec sa meilleure amie et le frère de celle-ci. Aussi, chaque fois qu’elle a un petit bobo au cœur, elle peut alors s’épancher sur les épaules de cette dernière. C’est une jeune femme en fuite, vu que sa nature de nymphe l’oblige à se cacher des grands méchants vampires. Elle qui vivait au jour le jour, dans son petit nid douillet, entouré de ses amis, va voir sa vie voler en éclat. Mais cette jeune dame, un peu peureuse par moment, et c’est ce qui m’a agacé, d’autant qu’elle possède un sacré caractère, va nous surprendre par bien des façons. Son instinct de prédatrice va se réveiller, ainsi que des pouvoirs hors du commun dont elle ne se soupçonnait pas et comme vous l’avez compris elle va vite s’apercevoir que cela ne pourrait que lui être bénéfique. Mais en plus, cela va lui permettre de s’affirmer et de s’accepter. Par ailleurs elle qui pensait être la dernière de son espèce va avoir une sacrée surprise, plus grosse que les vagues qu’elle peut soulever en tant que nymphe des eaux.

Eidon Callaghan est un chasseur de nymphe impitoyable, mais aussi un magnifique spécimen male vampire, et ce n’est pas moi qui le dit. Si il a choisi de devenir chasseur de nymphes, c’est tout simplement qu’il voue une haine envers ces dernières, car l’une d’entre elle avait tué son père lorsqu’il était encore jeune. C’est un homme assez particulier, un coup il est doux comme un agneau, et l’instant d’après un vampire sans foi ni loi. Cela nous amène à l’aimer et à le détester en même temps. En fait si je devais l’apparenté a des gens du monde réel, je dirai que c’est le plus bel homme du monde, avec un égo surdimensionné, en bref c’est du genre ‘’je sais que je suis beau, que je te plais, mais mon caractère bin chui pas un romantique’’. En gros, un connard pur et dure, un bad boy, un guerrier, un idiot. Cependant, au fil du livre, il va se rendre compte de bien des choses envers Enza qui le chamboule jusqu’au plus profond de son être, et petit à petit, sa carapace va se fendre, et on va s’apercevoir très vite que c’est un autre homme qui s’épanouie, comme un bouton de rose au soleil, même si en général ce genre de métaphore est faite pour les filles. Car au fond Eidon est un être perdu qui se sent déstabilisé par la belle nymphe et de ce fait est tiraillé entre son instinct qui l’envoie protéger la jeune femme et son devoir qui est de la tuer.

Rory Walter, une petite brunette aux yeux bleus, colocataire d’Enza et surtout sa meilleure amie. Toujours en train de rire, pimpante, et un véritable soutien moral pour notre jeune nymphe. Elle est prête à tout pour couvrir sa pineco, même lors des contrôles (dépistage pour savoir si la fille est une nymphe ou pas). Pourtant, même si c’est une jeune femme forte, elle m’a donné l’impression d’être plutôt craintive et peureuse.

Liam Walter est les second ami d’Enza et connait lui aussi son petit secret. Pourtant sans s’en rendre compte, si le jeune homme est plutôt un gros plaisantin, un ami sur qui compter, il va vite s’avéré être un traitre pour notre très belle héroïne. Car en fait il est l’ennemi de notre nymphe, même si elle ne le savait pas.

Et puis, à coté de cette belle brochette de personnages tés important, on a quand même les protagonistes de second plan, avec par exemple le docteur Warren pour qui Enza travaille, Carym, Keri, Haven, Gabrielle, Tiffany qui forment à elles cinq une belle brochette de nymphe avec pouvoirs en prime, Agata la tente d’Enza, Alerrha une goule, Emilio Cazanna et Abbigail Clancy les parents de notre Enza, et bien d’autre encore. Tous ont un rôle qui se dévoileront au fur et à mesure que l’histoire avancera.

Eh bien dit donc, si les personnages ont autant d’importance, eh bé oui, sinon il n’y a pas d’histoire, la plume de l’auteur, la romance entre les personnages et enfin l’intrigue du livre, l’est tout autant.

Mais afin d’entrer plus profondément dans le labyrinthe complexe de l’histoire du roman, nous allons à la rencontre de Marjorie Burbaud et de sa plume. Notre jeune auteur, a su dès les premiers instants m’attirer dans le récit de par ses explications simples, mais aussi par la légèreté, piquante, prenante, intense, fluide, fantastique et magique. Il est vrai que l’histoire avance dans un long couloir obscur tant le contexte est intense, mais les lumières qui éclairent le parcours de notre lecture, nous en fait voir de toutes les couleurs, avec plein de rebondissements en tout genre tels que retournements de situation, des révélations inattendues, des secrets dévoilés et des surprises sur de nombreux personnages dont nous même on ne se serait pas attendu à cela. Les personnages, sont simplement réels même si ce n’est que de la fiction. Car dans l’univers mis en place par l’auteur, les vampires sont peut-être, beaux, sexy et riches, ils n’en restent pas moins que des êtres abjects, sans scrupule. Adieux les gentils vampires de Twilight, adieux les macho men des Gardiens de l’éternité, adieux guerriers de Vampires nation. Ici les vampires sont mesquins et cruels envers la race des nymphes car ces dernières sont au-dessus d’eux dans la chaine alimentaire. Alors afin de les traquer, les vampires ont fait forts, ils se sont révélés aux humains, prenant ainsi les rennes des médias et dénigrant au maximum les nymphes, les faisant passer pour des créatures mortellement dangereuses. Et tout cela à cause d’une terrible guerre qui a eu lieu entre ces deux espèces, et que les vampires en sont sortis grands vainqueurs. Alors qu’en réalité, les nymphes si belles, à la voie mélodieuses, et attirant les vampires comme jamais, sont des créatures au sang toxique pour les vampires uniquement, et que pour survivre, elles doivent se nourrir de la force vitale des vampires pour survivre. Oui coté univers, l’auteure a su réellement me bluffer et en botté. Tant qu’à mes émotions, on va dire qu’ils faisaient le grand huit. Il faut dire, qu’avec ceux qu’il y avait dans ce premier tome, je n’ai pas vraiment et le choix. L'amitié, les trahisons, l'amour, la haine, vous fait souffler entre le chaud et le froid. C’est franchement très intense. Pour les descriptions, Marjorie Burbaud, retrace les contextes avec beaucoup de brios, elles sont très belles, et à tout bout de champ j’ai eu l’impression d’être à la place des personnages. Par contre le gros point positif, c’est le fait que chaque chapitre s’alterne entre le point de vue d’Enza et celui d’Eidon. Ainsi on apprend plus sur eux, sur leurs sentiments respectifs, leurs désirs, et à aucun moment, on ne s’est sentie larguer dans le récit. Voilà pour ce point.

Par contre en ce qui concerne celui de la romance entre les personnages, je dirais qu’ici aussi on souffle le chaud et le froid par alternance avec l’amour et la haine. Car si les deux espèces nymphes et vampires ne se supportent pas, il n’en reste pas moins que les sentiments restent contradictoires. Après tout ne dit-on pas de l’amour à la haine il n’y a qu’un pas, et cela vas dans les deux sens. Ou bien les gouts et les couleurs ne se discutent pas, mais ici je dirais que si les serviettes et les torchons ne se mélanges pas, pour moi cela en a tout l’aire. Car dès l’instant où Enza et Eidon ont posé les yeux l’un sur l’autre, c’est le moment où tout a changé autant l’un pour l’autre. Enza pour se protéger, va commettre des erreurs vis à vis d’Eidon. Et ce dernier ne sera pas en reste, car lui aussi va en faire. De plus à la manière dont le chat va tourner autour de la sourie, ces deux-là vont jouer à tour de rôle le rôle du shérif et du bandits. Parfois, même si le conteste est plutôt oppressant, on va jusqu’à en rire. C’est à croire qu’ils sont connectés l’un à l’autre. Et pourtant c’est ainsi que de la haine qu’ils ont l’un pour l’autre, l’amour va naitre entre eux, au point qu’Eidon va tout faire pour protéger sa belle nymphe, même si cela vient à la fin du livre. Je me demande comment cela va se finir pour eux deux.

Enfin en pour ce qu’il en reste, c’est-à-dire l’intrigue, on va vite se rendre compte que les nymphes fuient le plus loin possible les vampires. Pour cela il y a les faux certificats de décès, le maquillage, les teintures, les pointages auxquelles elles trouvent toujours moyens de faire en sorte de ne pas être détecter, etc. Mais cela c’était avant l’arrivée du très célèbre chasseur de nymphes le plus sexy des vampires. Mais même cela ne suffira pas. Enza va même jusqu’à découvrir qu’il existe d’autres nymphes à New York et que ces dernières possèdent des pouvoirs plutôt impressionnants. L’auteur choisit ses mots avec beaucoup de soins, et les scènes, malgré le fait qu’il y ait deux points de vue qui s’alternent ne manquent pas de fluidité. On réussit facilement à suivre l’intrigue jusqu’au bout du tome. Le rythme est plus que soutenu, on rit, on a peur, on crie, on pleure, on jure, et on jure encore et encore, on doute, on vie en fait les ressenti des deux personnages les plus importants de l’histoire. Ce qui est vraiment frustrant c’est que le sort reste continuellement entre les mains d'Eidon. Lui qui est par la haine mais aussi par la vengeance et c’est ce qui fait qu’Enza ne soit en sécurité nulle part. Du coup tout le long du livre, on se demande, est ce qu’elle va s’en sortir ? Surtout quand on sait qu’elle a un faible pour lui. Et puis on a la course poursuite frénétique qui s'accélère de plus en plus, et qui au fond nous laisse sans un souffle sur le bitume. En bref, ce que je veux dire par là, c’est que cette intrigue excellente, nous laisse vraiment fait tourner dans tous les sens, et que j’ai trop adoré.

En conclusion, j'ai accroché dès les premières pages à ce roman. Surtout pour le fait que Marjorie Burbaud à sut mélanger avec tant de grâces les vampires et les nymphes, et n’a pas eu froid aux yeux en faisant en sorte de mettre au-dessus de la chaine alimentaire de très belles jeunes femmes et que les machos sans cervelles de vampires restent un bon repas pour elles. Mais ce qui m’a tant plut, c’est de rencontrer Enza et Eidon, ce duo explosif, qui entament une relation entre amour et haine. Où bien entendu, leurs sentiments aussi bien contradictoires que captivants font qu’ils se ressemblent et se complètent étrangement, un peu comme des âmes sœurs. J'ai adoré ma lecture et j'y ai pris énormément de plaisir tant je fus captivée. Ma lecture fut très agréable, au point que je n’ai vu les pages défilées sous mes yeux. Un premier tome qui met en place l’histoire, et dont je n’ai qu’une hâte, découvrir la suite au plus vite. Surtout ce serait pour savoir ce qui se passera par la suite entre Eidon et Enza. D’autant que j’ai eu un méga gros coup de cœur pour ce début de saga. Affaire à suivre. Sur ces dernières paroles à la prochaine pour une nouvelle chronique.

13 8

 

J’avais l’impression de ne pas vivre cet instant, que tout était irréel. Pourtant, c’était bien le cas. Eidon Callaghan, le meilleur agent tueur de nymphes de tout le pays, venait de m’avouer des choses impensables. Mais ces choses-là me réchauffaient le cœur. Malgré tout ce que nous avions vécu, tout ce qu’Eidon m’avait fait subir, je croyais en ses paroles.

— J’ai envie de te détester… répondis-je dans un souffle. Ses lèvres effleurèrent mon front et j’eus envie de pleurer à nouveau. Pas parce que j’étais triste, mais parce que je refusai d’éprouver autre chose que de la haine après tout ce qu’il avait fait…

— Alors déteste-moi. Et je te détesterai tout autant. Je redressai la tête, soudain consciente que ces quelques paroles avaient un tout autre sens. Le regard brûlant mais si tourmenté d’Eidon me le prouva. Détester n’était pas le bon mot.

— Je te déteste déjà, murmurai-je en pressant mes lèvres contre les siennes. Un soupir de soulagement s’échappa de sa bouche et ses mains me plaquèrent solidement contre lui. Ce baiser n’avait rien de tendre. Ce n’était qu’un besoin vital. Un besoin de ressentir notre brève fusion comme une promesse de réconciliation, malgré tout ce qui nous opposait. Dans le baiser d’Eidon, je ressentais son désespoir, la mélancolie qu’il éprouvait d’avoir autant besoin de me savoir vivante. Il me serrait si fort contre lui que c’en était douloureux. Je lui rendais ses baisers avec ardeur, le cœur serré. Je savais très bien ce que signifiaient toutes les émotions qu’il éveillait en moi. Toutes les résistances que j’avais érigées pour les refouler cédèrent une à une et je m’abandonnai corps et âme à ce baiser.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire