Rebelle du désert tome 1

Rebelle du désert

Rebelle du desert 779630 121 199

E 2

3 14 le destin du désert repose entre ses mains".

Enfermée depuis tant d'années dans une vie étouffante au cœur du désert, Amani n'aurait jamais rêvé qu'un jour elle galoperait sur un cheval fantastique avec un fugitif recherché pour trahison. Emportée par le tourbillon de l'aventure, elle n'aurait pas imaginé non plus qu'elle tomberait amoureuse de lui...ni qu'elle l'aiderait à mener la résistance contre le Sultan

B 2

P3our ceux qui ont déjà lu mes chroniques, quelque chose me dit qu’ils vont être plutôt content de me retrouver, car avec un emploi du temps assez chargé, je n’ai pas vraiment pu prendre mon temps pour donner un avis sur l’un de mes livres. Bref, Rebelle du désert m’a tapé dans l’œil dès sa sortie aux éditions Rebelle. Mais je pense que vous l’avez compris, je ne prends pas moins de cent livres tous les deux ans et vu le travail titanesque que je fais entre les chronique à me retaper, merci mister ou miss saboteur(euse), et mon carnet de lecture à refaire et là c’est chapeau à mes gosses, je peux enfin prendre un peu de mon temps pour vous dévoiler mon avis sur ce petit bijou. Pour commencer, la couverture est un véritable bonheur visuel. Elle est belle, simple et coloré à souhait. Et quand je l’ai aperçu, là je me suis dite qu’il me fallait absolument ce livre. Rebelle est un mot pour moi qui signifie envie de liberté, envie de découverte, envie de ne pas avoir de contrainte, envie de tout mais sous condition que personnes ne vous mettent des bâtons dans les roues, sinon ça va chauffer. Alors imaginez-vous un peu le résumé qui vous attire encore plus dans ses filets … Qui n’aurait pas envie de se chercher cette perle ??? En tout cas moi j’y ai succomber, et je ne regrette pas un seul instant.

Aussi pour mieux me comprendre je vous invite à découvrir le synopsis de ce livre. Enfermée depuis tant d'années dans une vie étouffante au cœur du désert, brutalisée par ses cousines, sa tante et bientôt obligée de se marier avec son oncle, Amani veut quitter sa ville, Dustwalk, qui se trouve dans le désert du Miraji, pour découvrir le reste du monde et ainsi s’échappée à un destin qu’elle ne désire pas. Sa rencontre avec Jin, un jeune homme recherché pour trahison, va lui permettre de fuir sa ville et de traverser le désert où vivent des monstres surnaturels, et cela sur un cheval fantastique. Emportée par le tourbillon de l'aventure, elle n'aurait pas imaginé non plus qu'elle tomberait amoureuse de lui...ni qu'elle l'aiderait à mener la résistance contre le Sultan. Car jamais, elle ne se serait imaginer découvrir le véritable rôle de Jin dans la guerre contre le Sultan et son fils. Une guerre qui va finir par les rattraper et dont le destin du désert repose entre ses mains.

Après cette première mise en bouche, il est un point qui se doit d’être éclairci : les personnages. Ces derniers sont aussi variés que peut l’être une population vivant dans une petite ile.

Amani, est une jeune fille magnifique aux yeux d’un bleu rare, une magnifique chevelure d’ébène, et un tempérament de feu. Quand le livre débute, on la voie en train de participer à un tournoi de tir afin de gagner plus d’argent pour pouvoir quitter sa maison. C’est une jeune orpheline recueillie par son oncle et sa tante qui ne la supporte pas et lui font vivre au quotidien une vie d'ennui et de servitude. Néanmoins malgré cela, malgré qu’elle ne soit qu’un oiseau en cage, malgré le fait d’avoir vécue des choses aussi difficiles qu’humiliante, elle est très courageuse et veut à tout prix devenir maitresse de son avenir. Dans un pays où le fait d’être née femme ne lui donne aucun droit, elle fait tout pour que les choses changent et s’en donne les moyens quitte à manipuler son monde. Depuis la mort de sa mère, tuée par pendaison pour avoir tué son mari brutal, elle n’a qu’un seul objectif, s’enfuir le plus loin possible, rejoindre la capitale où vie sa tante, et si pour cela il faut faire des choses pas corrects pour un sous, elle est prête à le faire, même si pour cela il faut faire du mal à ceux qu’elle aime, comme son meilleur ami. A travers la lecture du livre, elle va vivre des épreuves difficiles, rencontrer de nouveaux personnages, mais aussi se découvrir des dons très particuliers, car elle n’est pas qu’une simple humaine comme elle le croyait. Elle va évoluer à travers l’histoire et apprendre à laisser une place plus importante dans son cœur. Une héroïne très attachante et très dynamique si je puis dire.

Jin, quant à lui est un très beau jeune homme que l’on rencontre dès le début du livre, et dans le même endroit qu’Amani. Il est très mystérieux et plein de secret. Pourtant il va énormément aider la jeune fille à s’échapper, même si ce n’est pas pour l’amener à la capitale. Pour lui aussi j’ai eu un coup de cœur, car son caractère, son courage on fait que je me suis attachée à lui très vite. Pour moi son tatouage en forme de soleil m’a énormément intrigué, mais pour une fois je ne dirais rien quant à ses origines. Je garde le mystère. Ce qui m’a énormément étonné c’est que le capitaine le traite de traitre, mais qu’en réalité ce n’est pas totalement cela. Même si c’est un beau gosse, il est assez manipulateur, mais se bat sans réel conviction pour la cause de son frère. Bon s’est vrai, la cause est juste mais tout de même, plus d’explication aurait été bien mieux.

Mais pour que ces deux personnages me fassent un si gros effet, il a fallu qu’il y en ait d’autres, tels que les Gallans, l’oncle la tante et les cousines maléfiques, les frères et sœurs de Jin, le capitaine, le frère d’Amani, et les autres créatures mythologiques. Mais je ne ferais que les survoler, car peu de descriptions pour certains et je ne fais que découvrir le caractère pour d’autre.

Pour ce qui concerne le triple point habituel de mes chroniques, c’est-à-dire la plume de l’auteur, la romance entre les personnage et l’intrigue du roman, j’ai énormément de choses à dire, enfin je crois, lol.

Tout d’abord, la plume d’Alwyn Hamilton c’est de la pure magie. J’ai adoré. L’écriture est simple, facile, ensorcelante, je me suis envolée. Elle est rythmée par des descriptions très belles qui parfois manquent un peu plus de détails. Mais à plusieurs reprises on se sent appelées vers le moyens orient. Néanmoins même si la mythologie est assez dense, les descriptions qui se font sont très peu détaillée, ce qui est vraiment dommage. Par ailleurs, la mythologie mise en place tels que les djinns, les goules, les demis djinns, etc, même si c’est très attractif, eux aussi sont très peu détaillés. Et c’est un vrai problème, car même les personnages se voient décrient vite fait, sans pour autant que cela leurs retire leurs charismes. Néanmoins malgré le peu de détails, les détails sont sublimes, les personnages fort attachants, sans compter l’univers de la mythologie du moyen orient mis en place. A côté de cela, on retrouve des rebondissements, de l’action, des quiproquos, mais surtout des révélations de dingues. Sans compter que l’auteur a su nous faire comprendre à travers cet ouvrage combien la vie dans le désert est dure. Par ailleurs, le titre du livre donne direct le thème du livre, liberté, vie, épanouissement, mais à coté, on retrouve aussi celui de la guerre et toutes les mauvaises choses qu’elle apporte au peuple. D’autant plus, que l’auteur a su mettre en place afin de nous faire vivre une question morale, la place de la femme au moyen orient, avec l’oppression de la femme, sa soumission, la tyrannie qu’exerce l’homme sur elles. Vous vous imaginez vous vivre dans un monde où tout ce qui vous appartient de droit, doit aller pour l’homme avec lequel vous vivez, votre grand père, votre père, votre oncle ou votre époux ??? Beurk …. Moi j’appelle cela l’hypocrisie de l’homme. Bref, j’ai mis très peu de temps à lire ce livre, car il faut dire qu’il n’est pas trop gros non plus, mais aussi parce que je n’ai pas vu le temps passer, tant l’histoire m’a plu et que je me suis laissée immergée dans ce monde digne des contes de Milles et une nuit.

Ensuite, la romance entre personnage m’a fait penser à un premier rendez-vous. Je parle bien entendu lorsque Amani voie pour la première fois Jin au concours de tir, c’est du genre waouh !!! Puis lorsqu’ils se cache dans la boutique de la jeune fille, là Amani va se dire mais merde ce qu’il est beau !!! Et contrairement aux autres livres que j’ai pu lire, ce n’est pas un coup de foudre où les deux protagonistes vont se rapprocher direct pour direct, avec câlins, bisous et tout et tout dès le premier instant. Non ici, et c’est vraiment un gros point positif, Amani et Jin vont se découvrir petit à petit, ils vont devoirs se battre, ils vont devoir s’entraider, ils vont devoir compter l’un sur l’autre, comme chaque vrai couple dans la vie réel et comme vous l’avez compris, ils vont finir ensemble. Mais il est vrai que dès les premières pages, on se dit, bin zut alors, encore un roman à l’eau de rose. Mais non, les deux tourtereaux se découvre vraiment tout doucement, avec des discussions, des fous rire, des disputes, c’est vraiment mignon tout plein. Du coup moi qui avait peur d’un énième roman romantique, je me suis plu à lire ce début d’amour. Cette romance se met en place avec beaucoup de subtilité, et ne prend même pas autant de place sur l’univers du livre, au point de l’étouffer comme dans certains autres. Bref, une très jolie romance que j’ai adorée suivre.

Enfin l’intrigue du livre est bien entendu la liberté de la jeune fille. Et tout comme la romance qui s’est mis petit à petit en place, là aussi, l’intrigue prend le même chemin. On découvre tout d’abord la jeune héroïne qui fait son concours de tir, puis, elle échappe à son village grâce au magnifique cheval mythique, elle drogue Jin pour prendre le train, là-bas elle réussit à fausser compagnie au comandant, etc. Tout est bien enchevêtré pour que tout se passe bien. Mais milieu chemin on bifurque à droite, et on prend une autre voie. La liberté oui, mais d’une tout autre manière. Elle rencontre le prince renégat, elle essaye d’appendre sa magie, puis elle va faire exploser une machine de guerre. Tout cela pour finir libre de toute contrainte sauf de l’amour bien entendu. Alors oui pour moi, c’est une manœuvre rondement bien menée Pour le coup ce que j’ai vraiment apprécié dans ce point, c’est qu’autour de l’intrigue principale, plusieurs autres sont venue s’encastrée les unes aux autres, et que si je devais faire un dessin, je me retrouverais avec un magnifique arbre, comme ceux que l’on utilise pour faire notre généalogie, mais en plus joli.

En conclusion, j’ai passé un très agréable moment de détente en lisant Rebelle du désert. L’univers et la mythologie développé par l'auteure. Djinns, Goules, Mangeurs de peau (êtres capables de changer d'apparence), des Bouraqs (chevaux de sable) et autres créatures seront de la partie dans ce roman. L'immersion dans l'histoire est immédiate, prenante est très agréable. On craque autant pour Amani qui est une héroïne forte, éprise de liberté et égoïste, mais aussi pour Jin aussi mystérieux, secret et sublime. Les descriptions sont bonnes, mais c'est parfois un peu brouillon. L’ambiance du livre assez réaliste quand à ce que nous raconte les légendes des contes des mille et une nuits, mais pourtant malgré cela, j’ai eu un gout de pas fini à la fin. Néanmoins ce qui m’a vraiment fait chaud au cœur, c’est la relation Jin/Amani, mais surtout la magnifique couverture une fille entourée de flamme et avec un revolver à la main, bin çà laisse forcément plus d’un à rêver. Mais mon plus gros souci, c’est le fait que le livre est court, trop court même. Sans compter que la fin du livre, bin pour moi ce n’est pas une fin, et cela me laisse sur ma faim. Alors imaginez-vous quand j’ai découvert qu’il y avait un tome deux. L’attente sera longe, mais dite vous bien une chose, c’est qu’il sera meilleur que le tome un. Alors à bientôt pour une prochaine chronique.

13 8

 

Je me forçais à ne pas bouger, comme si j’étais à nouveau face à la balle de Jin. Je ne mourrai pas aujourd’hui. Je m’écartai juste avant qu’il ne m’atteigne et levai la main, le clou entre les doigts ; ma peau frotta sa croupe puis contre son flanc.

Le Bouraq poussa un cri strident. Je faisais corps avec la bête immortelle qui luttait furieusement. Je vis l’angoisse dans ses yeux : il ne voulait pas non plus se faire piéger, mais cela n’avait aucune importance.

Mes mains entourèrent son cou musculeux. Le monde semblait rapetisser alors que le Bouraq haletait contre ma poitrine. Sous mes doigts, le soleil et le sable se métamorphosaient en chair et en sang. Je sentis sa force, aussi ancienne que le monde, plus vieille que la mort, les ténèbres ou le péché. Tout ce que j’avais à faire c’était grimper sur son dos et le laisser m’emmener jusqu’au bout du désert.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site