Si proche de lui

Z129 1

E 2

12 7 Parfois, il vaudrait mieux réfléchir à deux fois avant d'agir à la légère…

Moi c'est Sonia Moonstar, apprentie sorcière et adepte des galères en tout genre. Suite à une rupture douloureuse, j'ai utilisé la magie pour me transformer en chat. Jolie boulette : une heure sous forme féline aura suffi à faire de moi la victime des pires infortunes ! La bonne nouvelle, c'est qu'un jeune homme est venu m'arracher aux griffes de la rue. La mauvaise, c'est que mon preux chevalier en baskets ne fait qu'un avec le garçon infréquentable que j'ai éconduit au lycée.

Coincée dans la peau d'un chat durant ma convalescence, me voilà contrainte de partager le quotidien de mon hôte qui ignore l'identité réelle de sa nouvelle et malicieuse pensionnaire. Manque de bol, je découvre par la même occasion les dangers qui le guettent…

Et si l'ange gardien de Benjamin avait troqué ses plumes contre une fourrure angora ? »

B 2

 

S1amedi soir dernier, j’ai eu pas mal de temps devant moi, vu que j’attendais mister qui ne rentrait pas. Du coup, je me suis dit, et si j’allais faire un tout sur le site que m’a proposé ma chère amie EloDiie972, et voir si je ne trouverais pas un bon bouquin à me mettre sous la dent. Madame la chance, fut apparemment de mon côté, car ce n’est pas un livre que je me suis dégoter, mais des centaines. Du coup, je profite pour dire, merci pineco pour le site. Le livre d’aujourd’hui est l’un de ceux que je voulais faire venir en papier et dont il était en rupture de stock. Pas juste, mais je l’ai eu. Si proche de lui, était en fait dans ma wish-list depuis un petit bout de temps. Il faut dire quand général, et surtout ces derniers temps, je suis très attirée par les belles couvertures. Et celle-ci est vraiment très belle. Oui, c’est vrai que la couleur rose, va vous dire que c’est certainement encore un livre d’amour du genre Harlequin. Bin non, c’est un livre de rigolade. Et je l’ai adoré. Et c’est encore un coup de cœur pour moi, car oui je me suis explosée de rire, tant l’un des personnages avait des réparties plutôt grognonne.

Laissez-moi vous mettre au parfum avec pour commencer la synopsis du livre. Mais attention, ceux qui n’aiment pas rigoler, ou les ados s’abstenir. Parfois, il vaudrait mieux réfléchir à deux fois avant d'agir à la légère. Moi c'est Sonia Moonstar, apprentie sorcière et adepte des galères en tout genre. Suite à une rupture douloureuse, j'ai utilisé la magie pour me transformer en chat. Jolie boulette : une heure sous forme féline aura suffi à faire de moi la victime des pires infortunes ! La bonne nouvelle, c'est qu'un jeune homme est venu m'arracher aux griffes de la rue. La mauvaise, c'est que mon preux chevalier en baskets ne fait qu'un avec le garçon infréquentable que j'ai éconduit au lycée. Coincée dans la peau d'un chat durant ma convalescence, me voilà contrainte de partager le quotidien de mon hôte qui ignore l'identité réelle de sa nouvelle et malicieuse pensionnaire. Manque de bol, je découvre par la même occasion les dangers qui le guettent. Et si l'ange gardien de Benjamin avait troqué ses plumes contre une fourrure angora ?

Au tour des personnages maintenant, qui sont très peu, mais très bien décrit, autant leur infortune que leur vie, tant c’est réaliste.

Sonia Moonstar est une jeune lycéenne qui est aussi une apprentie sorcière vivant à Salem. Cette dernière s’est faite plaquée par son mec, avec qui elle sortait depuis trois ans déjà pour une pom pom girl, un vrai mufle celui-là. Cependant comme toute ado de son âge, elle est en pleine tempête émotionnel. Alors quand arrive le bad boys du lycée qui lui propose un rencard, sans compter sa tante qui va l’empêcher de partir en vacances avec sa meilleure pineco, Sonia va se rebeller. Et quand on est sorcière, avec un bon pétage de plomb à la clef, les grimoires c’est une bombe au sens littéral. Lançant un sort, elle va se retrouver coincée dans le corps d’un chat. Néanmoins, c’est jeune fille, ou plutôt cette chatte, est aussi capricieuse, avec une langue bien acérée, intelligente aussi. Mais ce qui est appréciable, c’est que depuis le début du livre, cette gamine snobinarde, vis-à-vis des élèves ‘’mal famés’’, va évoluer, au point, qu’elle va se mettre à apprécier ce qu’elle a. Mais il est vrai que part ses paroles acerbes, on se paye une bonne tranche de fou rire. C’est vraiment un personnage typique ado. De plus elle va aider la mère de son bienfaiteur à prendre conscience qu’elle doit se reprendre et va jusqu’à protéger le jeune homme contre un malfrat. C’est un véritable ange, tout en fourrure.

Benjamin Rivenord quant à lui est le bad boy du lycée. Mais c’est dû au fait qu’il a frappé le père d’une jeune fille. Et si tous croient qu’il est mauvais, on apprend qu’en réalité c’était pour cette enflure laisse en paix son ex-femme. En fait je l’ai ressenti comme un héros au grand cœur. De plus il s’occupe seul de sa mère alcoolique, il fait tout ce qu’il y a à faire dans la maison, ménage, repassage, cuisine, etc, et trouve même du temps pour aller faire un tour dans un cendre d’accueil afin de leur apporter de la joie par sa musique. Mais cependant, le jeune homme à des ennemis qui cherche par tous les moyens à s’accaparer de sa maison. Il ne cherche pas à rendre le mal par le mal, il est attentionné, doux, etc. En fait il est totalement à l’opposé de ceux que croient les autres lycéens de son bahut. Par bien des moments je me suis sentie triste en lisant ses mésaventures. Il est vraiment très attachant, car malgré tous les problèmes qui lui collent à la peau, il est toujours en train de rire, ou d’aider, mais seulement chez lui. Bref, c’est un gamin qui a la tête sur ses épaules et qui sous ses airs de gros durs est un incorrigible romantique.

Puis viennent Laurel et Hardy, ou plutôt l’officiers Kimwit, un Afro-Américain bedonnant avec des tempes grisonnantes, allergique au chat, et très chaleureux, approchant la cinquantaine. Et l’officier Douglas, un blanc, grand et maigre au visage émacié et plus jeune d’une dizaine d’années, pas vraiment sympas. Ce dernier à une dent contre notre Ben depuis qu’il a cogner le père malsain de la jeune fille. Mais pourtant ces deux flics, même s’ils sont mal assortis, vont être témoins de ‘’miracles’’. Et c’est tout à l’honneur de voir que l’officier Douglas va changer d’avis sur notre Ben.

Le grand méchant de l’histoire se nomme Isaac Bowman. C’est un véritable malfrat, une ordure, une vipère, … Pourquoi ? Je vous explique, ce monsieur va envoyer ses hommes tabasser le gosse pour que celui dise à sa mère qu’il faut quitter le pays. Il va aussi faire en sorte de faire pression sur une streaptiseuse pour qu’elle drague le gosse et qu’elle place de la cocaïne dans la chambre du petiot afin que la police le découvre. Sans compter le fait qu’il va venir chez le jeune homme pour le tuer. Alors ! Vous voulez encore des explications, ou que je dise ce que je pense de lui ou cela suffit ?

Et que dire des deux chiens prêts à sauter sur les os que leur patron leurs tend. Je parle bien sûr de Ying et Yang. Aussi ordurier que leur parton, et font toujours le boulot demander.

Et puis on a les personnages moins présents avec Le père de Sonia qui soigne les gens par son magnétisme, La tante A, sœur de la mère de Sonia qui lui apprend la magie. Aline la meilleure pineco de Sonia qui ne comprend pas vraiment la jeune fille au début, et qui va tout faire pour l’aider à la fin. La mère de Ben, Mylène, qui évolue en étant alcoolique, puis va se sevrer quand elle réalise qu’elle est sur le point de perdre son fils unique. La vieille Morgane qui va aider la jeune fille à aider son Ben. Mais surtout Hamza, la directrice du centre d’accueil qui est une formidable amie pour Ben. En gros des personnages qui font très réalistes dans ce monde.

Mais que devez-vous savoir sur le roman en lui-même ? Pour cela, il va falloir vous parler de la plume de l’auteur, la romance entre les personnages et enfin l’intrigue du roman.

Mais pour commencer on commence par la plume de l’auteur. Déjà, il faut que vous sachiez une chose sur moi, c’est la première fois que je lis un livre de Stéphane Soutoul, et je dois dire que sa plume m’a énormément plu. Elle est légère, humoristique à souhait, un réalisme qui ne m’a pas laissé de glace, piquante, prenante, intense, fluide, soignée … J’ai vraiment adoré. Les personnages eux sont très vérisme. Les ados Ben, Sonia, Alex, Aline, Jessica, etc., On arrive à ressentir avec justesse les émotions, le bad boy au grand cœur, la mal dégourdi, le crétin, la pineco pas toujours sympa, la pom pom girl … Ils font tous partis d’un univers d’adolescents, qui se cherchent, mais aussi comme tous jeunes vont jusqu’au harcèlement moral, la sorcière, ou mettre les personnes que l’on ne connait pas de côté, les sentiments à fleurs de peau, les problèmes pas si importants, les garçons et filles qui vous intéressent, les confessions entre copines, les familles qui ne sont pas cools et bien d’autre encore. On est tous passé par là un jour ou l’autre, et cela sans le vouloir. Mais l’univers ne s’arrête pas là. En effet, l’auteur va jusqu’à faire de nombreux clins d’œil, voir même des références assez sympas, des sorcières dans la ville de Salem (si si vous connaissez surement, c’est là que furent tué nombreuses d’entre elles par le passé), la magie blanche par le magnétisme, la wiccan par la guérison miraculeuse de l’un des personnages, la police qui n’est jamais présente quand on a besoin d’elle, les esprits qui veillent sur nous par l’apparitions de l’un d’entre eux pour guider les jeunes, … Et les descriptions des lieux, le lycée, la maison de Sonia, la maison de Ben, le centre d’accueil, etc. C’est à croire que l’auteur avant même d’écrire son roman, est allé sur le terrain afin d’y faire des recherches pour écrire son livre. C’est d’un réel tels, que je n’en n’ai jamais lu jusqu’à présent. Et je peux dire que j’en ai lu dans ma vie.

La romance entre les personnages aussi est assez vraie que possible. D’abord le largage à la crétinerie du sportif pour la pom pom girl. Mais ce qui m’a réellement plut dans ce livre, c’est la façon dont Sonia à du découvrir Benjamin. Il faut dire que coincée dans le corps d’une chatte, elle ne peut pas vraiment faire quoique ce soit. Mais la Princesse, va comprendre qu’avant de mettre une étiquette sur quelqu’un, il y a des choses que l’on ne voit pas. Je veux dire par là qu’elle doit apprendre à voir au-delà des apparences. Ainsi, et malgré son sale caractère, elle va découvrir, un jeune homme esseulé, tendre, confiant, sincère, franc, loyal, irréprochable. En gros le mec parfait. Sans compter qu’il est fou d’amour pour elle depuis le collège. Du coup, petit à petit, elle va en tomber d’amour pour lui. La preuve, quand une jeune fille du nom de Matilde va draguer Benjamin sous son nez. Alors quand enfin, elle retrouve son corps de jeune fille, elle va faire tout pour être sympa avec lui, mais aussi pour qu’ils soient enfin ensemble.

L’intrigue quant à elle, est assez simple. On a une apprentie sorcière qui fait une énorme bourde, et qui se retrouve avec un corps de chat. Et là tout part en vrille. Les problèmes deviennent de plus en plus gros, elle aide comme elle peut, elle apprend, elle comprend, el va même finir par changer. Pour ma part, je trouve que cette intrigue est plutôt simple, elle reste sur le même chemin sans s’en détourner une seule fois. Elle trace sa route, et est rythmée par de nombreuses actions, des rebondissements, des quiproquos, de retournement de situations. Et pour une fois, j’en suis rester sur le cul. Mais n’empêche je vous entends d’ici, comment est l’intrigue dans tout cela ? L’intrigue est bonne, très bonne même, elle est bien menée, les situations s’enchainent avec beaucoup de simplicité. On sent vraiment que l’auteur à fait un travail énorme pour ne pas bâcler son récit, car chaque actions ou réactions coulent comme de l’eau de source, ou si vous préférer ce n’est pas brouillon, ou saccadé. Et entre chaque action, il y a la séquence humoristique. Du coup je me pose la question du passage préférée je dois mettre. Je me demande laquelle des deux parties rigolades je préfère entre le bain et la présentation au centre d’accueil. Je dois dire que j’ai adoré aussi le coup de la cocaïne (non je n’en prends pas, moi ma drogue c’est la lecture). En gros, le plus appréciable sur ce point, c’est que tout était bien ficelé et j'ai eu droit à plusieurs surprises, sans compter que je n’ai pas réussi une seule fois à anticiper ce qui allait se produire par la suite.

En conclusion, j’ai refermé mon livre, euh pardon j’ai éteint ma tablette, avec un sourire aux lèvres, la tête dans les méandres du récit, les cotes qui me fessaient mal à force de rire, et surtout avec une envie forte d’aller emmerder mon compagnon. Ce récit est bourré d'humour et de sarcasmes qui m’a fait rigolé dès le départ. À aucun moment, je ne me suis ennuyée car le dosage des aventures et des mésaventures de Sonia en étant chatte et de Benjamin le bad boy au grand cœur est vraiment un pur moment de bonheur. Les pages défilent vite et malheureusement, toutes bonnes choses ont une fin. L’histoire est rondement bien menée, des évènements qui vous mettent parfois la boule au ventre ou qui vous font grincer des dents avec Sonia, ou encore qui vous font littéralement fondre avec Benjamin … Une chose est sure, c’est que je ne verrai plus les chats de la même manière, çà je puis vous assurer ! Et sachant comment cette Princesse m’a fait rire, Je pense qu'elle saura conquérir encore d'autres lecteurs, avec ses répliques si croustillantes. Surtout lorsqu'elle est sous forme féline. Par contre, ce livre vous laisse dans la bouche une bonne leçon de morale : il ne faut jamais s'arrêter à l'apparence de quelqu’un, ou comme dit le dicton l’habit ne fait pas le moine. E, bref, un super bouquin, que je vous recommande avec un énorme plaisir. A la prochaine pour de nouvelles aventure … oups je voulais dire pour une nouvelle chronique.

13 8

 

— Oh, mais en voilà une superbe minette, s’émerveilla-t-elle en s’inclinant pour mieux m’observer. C’est la chatte dont tu m’as parlé ?

— En personne. Elle s’appelle Princesse.

— Un nom approprié, son pelage est magnifique. Et qu’est-ce qu’il est doux ! Je vis avec quatre chats, mais aucun d’eux ne possède un regard aussi intelligent.

— Elle est un peu capricieuse, crut bon de préciser Benjamin.

Non, mais quelle mauvaise foi ! Je suis une fille… heu, une chatte adorable. Ça se voit que tu n’as jamais eu à me supporter quand je fais un vrai caprice.

— Je ne parle pas spécialement de son caractère. Ses yeux ont quelque chose d’humain, comme si elle comprenait nos paroles. C’est curieux…

Si mon regard a quelque chose d’humain, c’est pour une bonne raison : JE SUIS UNE FILLE ! Une gourde de sorcière prise au piège de son propre sort, pensai-je avec amertume.

— C’est vrai qu’elle a un drôle de comportement. J’ai parfois l’impression qu’elle essaie de me dire des trucs, réfléchit Benjamin.

— Les animaux se révèlent souvent pleins de surprises et d’astuces. Ta Princesse a tout l’air de ne pas être ordinaire, regarde comment elle incline la tête pour mieux nous contempler quand on parle d’elle ! Non seulement elle est magnifique, mais on jurerait qu’elle comprend tout.

— Ouais, elle est mignonne en plus d’être intelligente. Elle sait aussi faire le pitre quand l’envie lui prend. Elle m’a donné du fil à retordre, tout à l’heure, pour l’attraper et la mettre dans ce panier.

Pour les adjectifs mignonne et intelligente, je suis OK. Mais fais gaffe à toi si tu continues à me traiter de pitre, monsieur le goujat !

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site