Créer un site internet

La meute de Chânais Tome 1

Aymeric - La malédiction

La meute de chanais tome 1 aymeric la malediction 658671 121 198

E 2

Y3seult Chandrett, historienne de son état, s’est installée dans une petite ville bretonne pour fuir une rupture douloureuse avec son fiancé. Elle n’aspire qu’à vivre en paix et ne veut plus rien savoir des hommes. Mais même si elle se sent bien dans sa nouvelle vie, elle fait des rêves étranges depuis son arrivée, des rêves dans lesquels elle voit un immense loup noir aux yeux gris qui semble l’appeler.

Aymeric de Chânais, membre du puissant et redouté clan du même nom, est un être sombre et violent, torturé par un terrible secret, qui attire les filles comme le miel attire les abeilles, mais étrangement, il ne s’intéresse à aucune, contrairement à sa bande de cousins, qui ne se privent pas pour collectionner les conquêtes.

Leurs chemins finissent par se croiser, et contre toute attente, Aymeric comprend que la jeune femme qui s’obstine à l’ignorer est peut-être celle de qui viendra son salut…

B 2

 

B3onjour à tous. En ce jour, j'ai eu envie de tapoter sur les touches de mon clavier, afin de vous faire découvrir un des romans qui m'a énormément plu. Bon, OK, il n'est pas de toute première jeunesse, mais c'est une saga qui a pris pas mal d’ampleur depuis le début de sa création par l'auteur Ysaline Fearfaol. J'avais déjà donné mon avis sur l'un de ses livres, les légendes de Djaid tome un, et vous avez appris que j'étais sous le charme de sa plume. Et c'est justement elle qui m'avais parler de cette saga fantastique qui plaît tant aux femmes. Et pour cause, de beaux gosses, machos, sexy, bad boys, avec une bonne touche d'humour, aux ordres de ces dames, le tout servis dans un monde rempli de magie et de louloups cabotins. Et oui !!!!!!! Nous allons parler de la fameuse célèbre meute formée par une famille pas comme les autres, Les De Chânais. Rien que d'y penser sa me met l'eau à la bouche. Bien sur pour ouvrir le bal, je ne vais pas commencer par la fin. Oh que non !!! Ce ne serait pas rendre justice au plus impossible d'entre eux. Qui est ce ???? Voyons !!!! Nous allons parler du plus immature, du plus autoritaire après l'alpha, du plus violent, de celui qui vole au secours de ces dames tels un preux chevaliers, mais surtout celui qui paie dans la douleur une malédictions qui feraient certainement du bien à certains hommes de notre époque, si vous voyez ce que je veux dire.

Vous n'avez toujours pas trouver ? Alors laissez moi vous faire découvrir le résumé du premier tome de cette saga qui se dévore comme un bon fondant au chocolat. Yseult Chandrett, historienne de son état, s’est installée dans une petite ville bretonne pour fuir une rupture douloureuse avec son fiancé. Elle n’aspire qu’à vivre en paix et ne veut plus rien savoir des hommes. Mais même si elle se sent bien dans sa nouvelle vie, elle fait des rêves étranges depuis son arrivée, des rêves dans lesquels elle voit un immense loup noir aux yeux gris qui semble l’appeler. Aymeric de Chânais, membre du puissant et redouté clan du même nom, est un être sombre et violent, torturé par un terrible secret, qui attire les filles comme le miel attire les abeilles, mais étrangement, il ne s’intéresse à aucune, contrairement à sa bande de cousins, qui ne se privent pas pour collectionner les conquêtes. Leurs chemins finissent par se croiser, et contre toute attente, Aymeric comprend que la jeune femme qui s’obstine à l’ignorer est peut-être celle de qui viendra son salut …

Ah la la ….. Je fonds littéralement quand je pense à ce bon livre. Et pour cause !!! Des loups garous, un château médiéval, un duc, un village vivant comme dans le temps médiéval avec tout les avantages de notre siècle, c'est à en rêver … Mais trêve de bavardages. Si je continue ainsi, je ne vous parlerais jamais des personnages qui peuplent ce roman. Alors tenez vous prêt, les voici, les voilà.

Yseult Chandrett est une jeune femme qui travaille dans la bibliothèque du coin, spécialiste du déchiffrage de parchemins anciens domaine dans lequel elle est très douée, et ancienne petite ami du célèbre mannequin Charles Saint-Eve. C'est une jeune femme blessée, fragile et malmené par ce dernier qui lui a fait vivre l'enfer par les rumeurs qu'il a colporté sur elle grâce aux médias qui lui mangent dans la main. C'est à bout de force, qu'elle est allée vivre dans la petite ville des de Chânais où elle va se reconstruire. Et ainsi nous montrer qu'elle n'est pas aussi fragile qu'on le pense. Car en réalité cette donzelle est une femme forte, combative et qui a du caractère. Il est vrai qu'aux premiers abords, elle est froide et insensible, mais néanmoins on peut mettre ce coté sur le dos de ce passé sentimentale infernal. Mais en réalité, c'est une femme sympatrique, agréable, douce. Et si elle est au début très indifférente face aux homme en général qui sont un peu trop beaux pour être honnête, elle va petit à petit fondre avec les gosses cabotins de la meute. Surtout avec Aymeric.

Aymeric de Chânais est un beau brun aux yeux gris, loup garou de son état et second de la meute. C'est un bel Apollon avec les tablettes de chocolats, les muscles bien gonflés, bref, le mec sexy, bad boy et un brin macho. Néanmoins, il a comme tout le monde des défauts, têtus, rebelle, violent, bagarreur, indomptable, brutal et colérique. En clair, un véritable ténébreux Mais cela ne fait pas de lui un être foncièrement mauvais, car en réalité, il est tendre, loyal, affectueux, protecteur, au service de sa meute etc. Et quand on apprend plus sur sa malédiction jetée par une druidesse jalouse et égocentrique, on est vraiment touché par ce châtiment si cruel par lequel il passe et qui fait de sa vie un enfers. D'autant que cela n'arrange pas son caractère Car la malédiction, datant de plus de cinq cents ans, a été jeté sur lui car il bafouait les sentiments et le respect de ses partenaires d'un soir, et à chaque semaine, il doit revivre, encore et encore le même cauchemar.

Charles Saint-Eve, mannequin de son état, fiancé depuis plus d’un an à Yseult. Du moins avant le début du livre, s'est vu jeté à la rue par cette dernière pour l'avoir trompé. Si vous estimez qu'un loup garou est trop immature, attendez vous de connaître ce petit avorton, geignant, hypocrite, raciste, sans cœur, qui n'hésite pas a bafouer les honnêtes gens, histoire de se sortir d'un pétrin dont il est l'origine. Mais la vie à tendance à vous frapper là où sa fait le plus mal, et fou rire garanti lors de ce grand moment.

Morrigane, druidesse de son état, utilisant la magie noire, est celle qui a jeté la malédiction sur le beau Aymeric. C'est une femme magnifique, qui en réalité cache son jeux. Si vous connaissez l'expression ''l'habit ne fait pas le moine'' alors vous comprendrez que sous ses beaux atours, la donzelle est une femme de mauvais augures. 2Goiste, hypocrite, aimant le pouvoir, égocentrique, rancunière, et qui s'est fait une fixation sur notre héros du jour. Bref pas envie d’être prés de cette immondice.

Et puis on a d'autres personnages qui gravitent autour du jeune couple avec en particulier les membre de la meute. Duncan de Chânais qui en est l'alpha, Aloys le cousin jumeaux d'Aymeric mais en blond, Ciaran et Faolan les jumeaux canailles de la meute, Aydan, Corin, Kerwan, ainsi que les filles Ailis Blodwyn, Eanna et Eryn. On va alors découvrir que si c'est un mâle qui est l'alpha de la meute, et bien dans cette derniére les filles ont tous pouvoirs. J'adore les moments où elles punissent ces jeunes gens à coup de tablier à fleurs, ou encore a faire le grand ménage. J'en rie encore, car ces messieurs, se plient à leurs exigence. En claire ce sont ces dames qui commandent.

On y découvre encore Ysolda la Dame du Lac et reine d'Avalon, Adam l'oncle d'Yseult ou encore Mayeul le Duc de Chânais et Seigneur du château, et bien d'autres personnages encore que je ne vais pas tous cités.

J'aurais aimé développé encore plus les protagonistes, mais me connaissant, cela peut durer des pages entières, aussi je préfère, passé au roman en lui même et donc au passage parlant de la plume de l'auteur, la romance entre les personnages et pour finir l'intrigue du livre.

Comme convenu, commençons par la plume de l'auteur. Ysaline Fearfaol possède une plume magique voir même divine. J'ai fais connaissance avec sa plume grâce à son livre ''Les légendes de Djaid tome 1'' et qui fut pour moi une véritable révélation. Révélation car elle est pleine de passion, rythmée, légère, humoristique, sensuelle, intense, douce, érotique, etc. Je m'explique sur ces points. Rythmée et intense de par la cadence des actions des personnages, mais aussi par le fait que les pages défilent à un rythme effréné, sous le joug des actions, des rebondissements, des retournements de situations, des quiproquos, des bagarres, des fou rire. Les émotions sont tellement intenses que parfois, entre les rires, les colères, la rage au ventre, les pleurs, etc, on a l'impression d’être sur des montagnes russes, tant que l'on ressente jusqu'aux tripes les hauts et les bas de ce manège infernal. Mais cette écriture est aussi très passionnelle et érotique. Puisque l'auteur nous met aux premières loges pour les ébats amoureux entre Yseult et Aymeric. Sans compter les nombreuses allusions sexuel qui pullulent le récit. Mais sans que cela ne soit vraiment un problème pour la morale de certain. Par ailleurs, l'auteur a bien rembourré ses écrits en rendant aussi sensuelle et douce que possible son histoire. Et pour cause, l'histoire du jeune couple est très touchante. Surtout celle du ténébreux Aymeric, pour laquelle même si on est choqué de part son comportement passé et pour lequel on a envie de lui donner deux ou trois bonnes baffes pour son manque de moralité et de douceur, on ne peut a ce jour que le soutenir moralement pour ses ressenti du moment, mais surtout par ce qu'il s'en veut pour son comportement passé. Comportement qu'il paie chaque semaine, dans la douleur de cette malédiction. L'auteur nous apporte aussi sur un plateau d'argent un sacré petit paquet d'humour, tout en restant léger sur certains points. Humour qui ne nous laisse pas de marbre vu que la plupart du temps soit on rie comme des fou, soit un petit sourire fleurit à la commissure de nos lèvres enchantées. Les descriptions éparpillées un peu partout dans le récit, sont écrit très simplement,, mais l'on sent que la magie qui imprègne les lieux, est tellement intense que l'on a l'impression d’être transporté dans l'histoire et d'en faire parti. Les personnages qui sont présentés, quand à eux, sont à la fois aussi charismatiques qu'attachants. Mais quand la dernière page de l'histoire se tourne et que l'on ferme ce livre, on a qu'une envie, c'est de lire le tome suivant. Car au fond, on a l'impression que les pages ont défilé bien trop vite à notre goût, et que la fin du roman, est arrivé au grand galop pour notre plus grande frustration. Quand à l'univers mis en place, il est très riche, très bien travaillé, et aussi très beau. On s'y plonge avec beaucoup de facilité et de plaisir, et ce n'est que du bonheur. Mais ce qui m'a énormément plut dans ce roman, et c'est un énorme point positif, ce sont les nombreux flash-back. Oui c'est vrai qu'ils sont un peu déstabilisants aux premiers abords, mais cela au final cela nous aide a mieux abordés l'histoire et surtout à comprendre les tournants et les aboutissants de chaque recoin de cette belle histoire. En bref, vous l'avez compris, c'est une très belle plume aussi enchanteresse que délicieuse.

Passons maintenant au second point du roman, avec notamment la romance entre les personnages, mais aussi les autres relations quelles soient amicale ou familiale. Ces liens sont plutôt nombreux, a tels point qu'ils grouillent un peu partout dans la narration, et cela pour notre plus grand bonheur. Mais pour commencer, parlons de la relations entre Yseult et Aymeric. D'un coté on a Yseult qui est une femme qui a subit pas mal de déboires aux mains de son ex, au point de ne plus faire confiance aux hommes, surtout les plus beaux. Et pour se protéger, elle s'est construit une carapace aussi dur que le béton armé. On s'en rends compte par la gifle qu'elle donne à Faolan sur la plage, scène assez comique dans son ensemble, car c'est la première fois qu'une femme rejette un De Chânais Et on comprend vite qu'elle est bien décidée à reprendre goût à la vie, elle apprécie son travail sur les textes anciens au sein de la bibliothèque et mène une vie tranquille. Et puis de l'autre coté, on a le ténébreux Aymeric, sexy comme un succube, attirant toutes les femmes du monde, tant il est aussi beau qu'un Apollon, mais aussi violant que bagarreur, et sous le joug d'une malédiction vielle de cinq cents ans qui est aussi vicieuse que possible, ce qui n'aide pas notre beau loup garou dans son caractère Rien ne les rapprochait, mais les rêves étranges qu'ils font tout les deux va pourtant les unir. Car ces rêves sont le fruit de l'apparition d'un parchemin qui va bouleverser la vie d'Aymeric, vu que cet avènement est la clef pour mettre fin a sa damnation personnelle. Chacun d'eux devra affronter ses propres démons et réussir à se faire confiance pour pouvoir s'en sortir mais aussi pour pouvoir être libres et s'aimer comme ils le désirent. Car lorsqu'il voit pour la première fois la jeune femme, il ose à peine penser qu'elle sera son affranchissement. Mais a force de persévérance, en utilisant sa force de caractère, de protéger la belle, d'utiliser ses charmes, il va aider notre jeune héroïne a prendre confiance en lui, et donc d'avoir confiance en sa sincérité et à son amour. Et cela va rendre leur amour, doux, magique, sensuel, intense, puissant. Bref ce sera le véritable amour, celui dont rêve toutes les filles du monde. Tant qu'aux autres relations, elles sont surtout d'ordre familiale. Et pour cause. La meute De Chânais est une grande famille, divisé en plusieurs branches, qui au fils des siècles se sont rapprochés les uns des autres. Duncan, véritable seigneur du clan est aussi l'alpha qui les a mordus les uns après les autres générations après générations. Mais les liens entre eux en dehors de la hiérarchie, ressemble plus a des gamins qui se chahutent sans cesse. On rie aux péripéties de chacun, mais surtout, quand on se rends compte que les femmes de la meute, sont celles qui commande réellement. Et comme elles ont des punitions plutôt salaces, ingénieuses, inventive et maligne, Duncan préfère ne pas s'en mêler. Et pour cause, il sait que ces demoiselles sont capable du pire. Mais on découvre au travers de notre lecture, une meute très soudée, très solidaire, qui se font véritablement confiance, avec beaucoup d'humour, aux réparties piquantes et surtout très complice. Une véritable famille, comme on n'en trouve plus des masses de nos jours.

Enfin pour le troisième point de ce roman, l'intrigue de l'histoire est très bien menée. On rentre très vite dans l'histoire avec l'arrivée d'Yseult dans une petite ville de Bretagne où les De Chânais vivent, fuyant ainsi un passé et une rupture très douloureuse et humiliante, et qui a décidé de changer d'aire. Ces derniers sont les propriétaires de la majorité des immeubles ou entreprises du coin mais aussi les seigneurs du château. Malheureusement, son arrivée coïncide avec l'apparition d'un mystérieux parchemin, qui va faire en sorte que le beau Aymeric entende un appel énigmatique de la délivrance. De la bon nombre de mystères vont entrer en jeux dans l'histoire. Et pour cause. Le secret de famille des de Chânais va être mis à rude épreuve. Car au fond, la jeune femme va se sentir hors du temps. Car effectivement, la famille de Chânais est là depuis plus de 1500 ans. A la fois crainte et adulé par le peuple, la ''famille'' protège ou punis les êtres vivants dans leurs village. C'est a croire que l'on remonte dans le temps jusqu'à la période féodale, et c'est même ainsi qu'ils fonctionnent. D'où le fait que les de Chânais soient aussi riche que Crésus. Sans compter qu'on a la forte impression d’être au temps du roi Arthur avec notamment la légende de la Dame du Lac qui est réelle en la personne d'Ysolda et qui est aussi la reine d'Avalon, mais aussi par le fait que tous les hommes de la meutes ont été adoubé en tant que chevaliers. Et puis le mystère va s'épaissir avec les tableaux des meneurs dans le château dont les loups suivent du regard la jeune fille. Et puis il y a les rêves d'Yseult qui incluent un grand loup noir aux yeux gris et ceux d'Aymeric qui incluent une belle femme blonde. L'auteur nous donne des infos aux compte goutte affin de nous maintenir dans l'histoire. Mais tout vient à point à qui sait attendre. Car finalement toutes les réponses tombent, et on a un happy end. Même si malgré cela on sens encore un danger planant au dessus de la meute. En gros, l’intrigue est très bien ficelé, même si on découvre le pourquoi de cette dernière assez vite, mais l'auteur par je ne sais quelle magie, va alors nous replonger dans son monde a la mode Arthurienne, en nous donnant une nouvelle intrigue pleine de rebondissements, de danger et de souffrances pour notre plus grand plaisir.

En conclusion, j'ai vraiment adoré ce livre. Une lecture très agréables et pleine de surprises. Elle est pleine de légendes celtique, de loups garous, de malédictions, de romances, etc. Les de Chânais qu'ils soient des mâles pleins de testostérones, ou qu'ils soient des filles plus chipies qu'elles ne le montrent, méritent vraiment d’être connu. L'histoire est très intense, riche, une très bonne intrigue, remplis de suspense, et on se laisse aller sur cette route pleine d’embûches pour nos protagonistes principaux. Ce roman nous entraîne dans la découverte de cette meute pas comme les autres et où on y apprend leurs histoire, leurs manière d’être, leur hiérarchie, etc. On s'embarque facilement dans ce récit plein d'amour d'humour, envoûtante. Et le pire c'est que l'on en redemande. Sur ces derniers mots, je vous dis à bientôt pour une nouvelle chroniques.

13 8

 

Leurs mouvements étaient naturellement empreints d’une grâce féline tandis qu’ils dévoilaient peu à peu leur anatomie, en un numéro qui imitait à merveille celui d’une troupe de stripteaseurs. Numéro destiné à Yseult… qui, à leur intense stupéfaction, ne leva pas les yeux de son livre. Pourtant elle les avait vus, et elle aurait menti en disant que les voir se déshabiller pour apparaître en maillot de bains la laissait indifférente, mais elle s’était promis de faire comme s’ils n’existaient pas, et elle avait bien l’intention de tenir cette promesse. Elle inclina un peu plus la tête pour se dissimuler davantage derrière l’écran de ses cheveux, ce qui l’empêcha de remarquer les regards mi- surpris, mi- vexés que les jeunes gens se jetèrent les uns aux autres. Décidant d’employer une méthode plus énergique pour se faire remarquer, Faolan feignit de jeter son jean trop loin, ce qui le fit atterrir sur le parasol d’Yseult à la place des rochers où les autres avaient posé le leur. Prise par surprise, la jeune femme sursauta, leva les yeux… et se retrouva face au sourire ravageur de Faolan, qui s’était agenouillé devant sa serviette :

« Désolé, fit-il en braquant ses yeux bleu glacier dans les siens, je crois que j’ai surestimé ma force…

-Et ta modestie, tu la surestimes aussi ? Je veux juste avoir la paix, OK ? »

Les mots avaient jailli tout seuls, sans qu’Yseult ne les prémédite une seule seconde, et elle fut tout aussi surprise que son vis-à-vis. Un instant déconcerté, Faolan ne tarda pas à se reprendre et reprit d’une voix caressante :

« Allons, il fait trop beau pour rester sous un parasol… Viens plutôt t’amuser avec nous… 

-On n’a peut-être pas la même définition du mot s’amuser… En ce qui me concerne, lire me convient très bien. Et je ne suis pas réputée pour être sympa quand on m’empêche de lire. 

-Lire, on peut le faire dans un fauteuil ! La plage, c’est fait pour s’amuser, rencontrer des gens.

-Qui te dit que j’ai envie de rencontrer des gens ?

-Personne n’aime rester seul.

-Moi si.

-Oh, allons… Ne me fais pas croire ça…

-Mieux vaut être seul que mal accompagné.

-Aucune fille ne s’est jamais plainte de ma compagnie… »

L’alarme qui s’était tue retentit à nouveau dans la tête d’Yseult, plus puissante que jamais. Elle revit soudain Charles, son ex-petit ami, Charles qui avait feint durant des mois d’être amoureux d’elle, Charles qui lui tenait le même genre de propos suffisants, Charles qui l’avait trahie de la plus ignoble des façons, s’était moqué d’elle en compagnie de ces filles super sexy avec lesquelles il la trompait sans vergogne, la traitant de petite intellectuelle sans attraits et mal fagotée, juste bonne à lui faire la popote et à s’occuper de sa lessive. Charles qui avait quand même fait une drôle de tête lorsque ses possessions avaient volé par la fenêtre de l’appartement d’Yseult et qu’il avait trouvé les serrures changées. Car si elle avait été trop confiante, la jeune femme n’était pas pour autant faible, et ses colères étaient en général dévastatrices.

Et là, soudain, sur cette plage jusque-là si tranquille, la rage et l’humiliation revinrent en force. Le discours de Faolan lui rappelait celui de Charles, et avant qu’elle ne prenne conscience de ce qu’elle faisait, elle leva la main et le gifla avec toute la violence dont elle était capable :

« Dans ʺje veux juste avoir la paixʺ, qu’est-ce que tu ne comprends pas, exactement ? Je suis venue ici pour être tranquille, et je n’ai vraiment, vraiment pas envie de tailler une bavette avec le premier bellâtre qui passe ! »

Le sang battait à ses tempes lorsqu’Yseult se leva. Aveuglée par la fureur, elle rassembla ses affaires avec brusquerie, les jeta n’importe comment dans son sac et s’éloigna à grands pas, laissant sur place un Faolan interdit, qui n’avait même pas eu le réflexe de porter la main à sa joue brûlante. Elle entendit cependant une voix crier au jeune homme :

« Râteau ! »

La suite de la conversation, par contre, lui échappa totalement. Faolan, l’air toujours ahuri, s’était levé pour faire face au rieur :

« Qu… quoi ?!

-Tu viens de te prendre le râteau du siècle, mon vieux…

- Mêle-toi de tes affaires !

-Suffit, les roquets ! »

L’intervention de Duncan ramena aussitôt le calme entre Faolan et Ciaran. Le leader s’avança de quelques pas et suivit Yseult d’un regard pensif :

« Ce n’était pas toi qu’elle a frappé, Faolan…

-Ah bon ? C’est curieux, j’ai pourtant bien l’impression que c’est moi qui ai la marque des cinq doigts de sa main droite sur ma joue…

-D’accord, c’est toi qui a pris physiquement une claque, mais dans sa tête ce n’était pas toi qu’elle frappait.

-Tu peux être plus clair, là ? grimaça Corin.

-Non, je ne peux pas. Je ne suis pas dans sa tête, mais je sais qu’elle est à vif. Et qu’aucun de vous n’a de chances de la séduire.

-Il fallait le dire, que tu te la réservais, fit Aloys en haussant les épaules, aucun d’entre nous ne prendra le risque de chasser sur tes terres, tu le sais bien.

-Non, répondit Duncan en suivant des yeux la petite silhouette qui s’éloignait, non, je ne me la réserve pas… Vous pouvez continuer votre pari stupide si ça vous chante, mais moi je suis prêt à parier que vous vous casserez les dents. »

L’attention du jeune homme tomba par hasard sur Aymeric, qui suivait la progression de l’inconnue, mâchoires crispées et regard sombre, et il ajouta à voix basse, plus pour lui-même que pour les autres :

« Oh non, quelque chose me dit qu’elle n’est pour aucun de vous… »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Wolkaiw
Je découvre ton blog et par la même occasion une chronique très complète et intéressante ! Merci pour la découverte de ce titre que je ne connaissais pas du tout, l'histoire a vraiment l'air superbe.

Ajouter un commentaire