La meute de Chânais Tome 9

Duncan - L'Accusation

La meute de chanais tome 9 duncan laccusation 4922765

E 2

D1ERNIER TOME DE LA SAGA !!

La meute de Chânais, une meute pas comme les autres…

Il est craint et respecté par les siens. C’est un guerrier, un druide, un Alpha, un Seigneur…

Il s’est forgé dans le sang et la douleur.

Il a sacrifié son avenir pour en donner un aux siens.

Aujourd’hui, il est accusé de trahison envers Avalon en raison de sa liaison interdite avec la Dame du Lac.

La sentence pour un tel crime est la mort.

Mais il est Duncan de Chânais, et il ne se rendra pas sans se battre…

B 2

O3ye ! Oye ! Oye ! Waouh !!!!!!!!!!!!! Hum !!!!!!!!!!!!!!! Oh bordel ! Oh bordel ! Oh bordel !!!!! Oh. Mon. Dieu. Sa c'est un livre. Sa c'est une histoire. Sa c'est une magnifique saga. Non je ne suis pas objective, enfin si, un peu quand même MDR. Mais je sens que je vais faire des jaloux. Il y a un mois à peine, sur Facebook, l'autrice de la saga La meute de Chanais, nous dévoilais sur la page La griffe du loup, le dernier tome de la saga des loups loups. En plus de cela, l'annonce officielle disait que ce serait l'ultime tome, car elle clôture cette fabuleuse série. Alors bien évidement, moi, Parole D'une Livrophage, grande fan de cette histoire lupinesque, je n'ai pas hésité a commandé ce saint Graal livresque pour qu'il me soit livré juste après les salons du livre de Yuts en Moselle et les fameuse Halliennales prés de Lille. Oui !!!!!! Je sais, il a voyagé très loin, jusqu'à l’île de la Réunion. En plus j’allais pouvoir le lire avant tout le monde. Donc c'est sûr que j'allais me jeter dans la gueule du loup. Cela faisait une semaine que je l'attendais dans ma boite aux lettre. Et il faut dire que le temps qu'il arrive, je me suis remise à la page dans mes chroniques sur la saga. Et comme par magie, au moment ou je termine le post sur les réseaux sociaux, sur les forum et tout le tintouin, un petit mail m'annonce que choupinet-chou est arrivé. Donc ni une, ni deux, je vais le chercher, et en moins de 5h je l'ai fini. Et la seule chose que je peux vous dire c'est que ou Ysaline est parfois méchante avec ses personnages, mais au final, on est toujours content du final.

Quand durant le final du tome 8, Ysaline nous annonce qu'un parchemin de couleur or sur lequel le nom de Duncan de Chanais est écrit en lettre de flammes se déroule devant elle, je me suis dit qu'il y avait dut avoir un erreur, car Duncan avait déjà eu son livre. Mais après réflexion, et en lisant entre les lignes, j'ai compris que l'heure est grave pour le pauvre homme, et pour nous aussi d’ailleurs. Pourquoi ????????? Parce que …...... La meute de Chânais, une meute pas comme les autres… Il est craint et respecté par les siens. C’est un guerrier, un druide, un Alpha, un Seigneur… Il s’est forgé dans le sang et la douleur. Il a sacrifié son avenir pour en donner un aux siens. Aujourd’hui, il est accusé de trahison envers Avalon en raison de sa liaison interdite avec la Dame du Lac. La sentence pour un tel crime est la mort. Mais il est Duncan de Chânais, et il ne se rendra pas sans se battre … Sa c'est sûr et certain …....

Mais passons aux choses sérieuses. Les personnages. Pour la plupart on les connaît déjà tous. Ils sont fort, beaux sexy, etc … Mais cela n’empêche pas de les redécouvrir et d'en découvrir d'autres.

Duncan de Chanais, le grand, l'illustre, l'unique et irremplaçable alpha de la meute de Chanais. Seigneur et maître d'une grande famille magique, est un être à part. A la fois druide, loup, alpha, Seigneur, et berserker, est plus âgé que le commun des mortel. 800 ans. Dit donc pour un vieux papy, il est plutôt bien conservé je trouve. Un beau blond aux yeux verts, jeune physiquement, mais dans son cœur, et dans son âme, la sagesse domine. Enfin logiquement, parce que parfois, il reste un gamin. Comme la plupart des hommes je dirais. Hi ! Hi ! Hi ! Néanmoins, Duncan, on le connais depuis le premier tome. C'est un homme autoritaire, tout en étant souple. Sage – hum ! Hum ! - un combattant émérite, honnête, sincère et surtout un chef. Durant le tome 5, on apprend un peu plus encore sur lui, la façon dont il est devenu ce qu'il est aujourd'hui, le pourquoi il est aussi strict, aussi gentille, aussi craint, et respecté. Car il ne faut pas l'oublier, Duncan, pour en arrivé à là il a du lutter contre les autres, et surtout, lutter contre lui-même, berserker oblige . En clair il s’est forgé dans le sang et la douleur, il a sacrifié son avenir pour en donner un aux siens. Car il faut bien le reconnaître, Duncan fait toujours passé les siens avant lui même, et cela est la marque d'un bon chef de famille. Pourtant, même s'il sait qu'il est sur le point d’être arrêté, que la situation est sur le point d'exploser, il est prêt à prendre tout les torts sur lui, de laisser la meute entre de bonnes mains, et surtout de sauver tout le monde. Et pas une seule fois il n'imaginerai que tous le monde le soutien.

Ysolda la grande Dame du Lac, règne sur Avalon depuis aussi longtemps que Duncan est âgé. Elle respecte les règles en place depuis des siècles. Aide le peuple, les meutes, combat quand cela doit être fait. A sa façon, ce n'est pas qu'une simple reine, c'est aussi une guerrière, un juge, une mère si je puis le dire ainsi, mais surtout et avant toute chose une femme. A travers ses actions que l'on découvre, tout comme pour Duncan dés le début de la saga et dans le tome 5, on la trouve tantôt charmante et pétillante, tantôt colérique et intransigeante, parfois souple et aimable, etc … Son rôle de reine d'Avalon est certes lourd à porter sur ses épaules, mais pourtant, elle s'y tient. Cette femme attends simplement son heure. Heure ??????? Oui !!!!!!!!! Son heure pour vivre.

Aymeric de Chanais, le célèbre lieutenant de la meute, à lui aussi fait un sacré parcours. Toujours gouverné par la colère, mais plus calme grâce à sa tendre moitié la belle Yseult. Sa force d'alpha qu'il a développé pour protégé son cousin dans le tome 2, va lui revenir en pleine poire si je puis dire. Si autrefois il voulait régner, aujourd'hui avec les conséquences qui résulte – se séparer d'Yseult et toucher une autre – le répugne au plus haut point. Pourtant son devoir est de veillé sur les siens. Chose qu'il quittera avec plaisir et des migraines en plus. Après tout, il est connu que quand on veut on l'obtient. Mais qui sait, sur ce point je vous laisse découvrir, si le beau gosse veut toujours devenir le seigneur du clan après le temps qu'il a passé à gouverner ou pas .

Le gardien, un être bien intrigant si vous voulez mon avis. Personnellement je n'avais pas fait le rapprochement entre lui et ce qu'il garde. A chaque fois que je voyais ce mot je me demandais ce qu'il avait de plus. C'est un être aussi ancien que la terre d'Avalon elle même Il est même bien plus flippant que le père des loups Fenrir. Et surtout il n'est pas facile à attendrir. En tout cas j'ai adoré la rencontre entre Duncan et lui.

Ryanne est une druidesse d'Avalon. Elle fait partie de la faction contre Duncan et l'accuse ouvertement de haute trahison envers Avalon. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, je ne l'ai pas rejeté comme je le fais automatiquement avec les autres méchants. La raison ??? Elle est simple comme bonjour. Cette jeune femme pense que ce qu'elle fait est juste. Juste pour Avalon même Elle vie dans la peur que choupinet-chou cherche à régner sur la contrée. Hors nous savons tous que cette dernière ne peut être dirigée que par une femme. Alors au final, je penche plus vers le fait qu'elle cherche juste à protéger sa contrée natale. C'est une femme forte, honnête, sincère et surtout courageuse. Car il en faut du courage pour faire ce qu'elle à fait.

Les druidesses …... On en n'a moins parlé d'elles. Pourtant, la plus grande menace

qui plane sur Avalon n'est pas ce que l'on aurai pu penser en premier lieu. Car au final, les mages noirs ne sont plus, alors qui pourrait faire autant de mal sans être soupçonné ???? Ici aussi je vous laisse découvrir qui est pour et qui est contre. Car même pour moi ce fut le choc.

Voilà pour les personnages. Je me rends compte qu'en arrivant à ce stade, je suis presque à la fin de ma chronique, et que bientôt, je chanterai au revoir aux compères de Chanais. Ouin !!!!!!!!!!!!!!!!!! Sniff !!!!!!!!!!!!! Sniff !!!!!!!!!!!! Mais en attendant je vous invite à découvrir le roman plus en profondeur avec la plume de l'autrice, la relation entre les personnages et bien entendu l'intrigue de ce tome.

Et comme d'habitude, on commence par la plume de l'autrice. Je ne le dirais jamais assez, la plume d'Ysaline Fearfaol, c'est de la magie en boite, un condensé de saveur dans une boite de chocolat. Un aphrodisiaque livresque. Oui c'est bien cela, une plume magique, divine, savoureuse, aphrodisiaque, etc … Oh oui !!!!!! J'en suis folle amoureuse. Mes mots je ne les pèse plus. Sa plume est à la fois légère et intense, en raison de la fluidité de la lecture. Les pages défilent rapidement, trop même L'histoire vous captive tellement, qu'à aucun moment vous n'avez envie de déposer votre livre. Et portant j'ai dû le faire, mais forcée et contrainte MDR. Les sentiments que l'on ressent à ce moment là vous font rire, pleurer, vous vous énervé, on se révolte, on crie, on s'arrache les cheveux, tellement on adore nos deux protagonistes. Douce et rythmée, tout simplement en raison de la beauté de cette histoire. Et je dois admettre qu'a mes yeux c'est la plus belle d'entre tous. L’univers qu'Ysaline a mis en place s'est encore étoffée. Le rythme de l'histoire rentre dans une sorte de dualité - dont je parlerai plus bas – et je peux vous assurer que vous allez ressentir une sacré frustration par ce rythme avec de l'action, du rebondissement, des retournements de situations, de l’interaction, et puis pouf !!!!! On revient au calme plat. Mais au final, c'est tout à fait normal, et là encore je vais vous laissé découvrir pourquoi. Noire et magique car au final l'histoire elle même est un peu noire, avec cette menace qui plane, avec cette peur, avec cette douleur, avec cette souffrance que le couple ressent depuis bien trop longtemps. Oui l’univers fait rêver, entre la quête, les loups, l'amour, le retour, etc … Mais il n'en reste pas moins que l'histoire elle même vous fait pleurer. Oh oui !!!! J'en ai versé des larmes. Enfin, l’humour et l’érotisme sont présent moins que d'habitude en raison du conteste, mais j'avoue que j'ai rie face à certaines situations, et j'étais heureuse comme pas possible en voyant ces traits d'érotisme sensuels. Les descriptions quand à elles restent très simples, il n'y a pas de chichi, pas de surplus, elles sont comme un symbole de la personne qu'est Duncan. Les personnages ont vraiment du charisme, on les a vu évoluer au fils des tomes pour la plupart, donc oui c'est un crève cœur pour certaines situations. Certains, se sont tellement améliorés que j'en suis resté sur le c**. Même vous allez y rester. J'adore lire, et il est vrai qu'en général mes avis sont toujours positifs, mais cette histoire m'a vraiment prise aux tripes. Et les salto, les feux d'artifices, les loopings, etc … Je les ai tous eu dans ce livre. Dire que je l'ai lu en un après midi. Hummmmm !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Que de nostalgie.

Ensuite la relation entre les personnages. Franchement, je ne sais plus quoi dire. La relation entre Duncan et Ysolda est franchement compliqué. Ils s'aiment si fort et depuis tellement longtemps que là je vous dis vraiment sa c'est un véritable amour. J'ai mal pour eux, car vivre cet amour au grand jour, leur est interdit. Pourquoi croyez vous qu'ils se cachent aussi souvent ??? Pourquoi pensez vous que Duncan souffre autant quand il voie l'un des sien heureux avec une femme ????? Oui il est heureux pour sa famille. Mais lui, il souffre. Et Ysolda de son coté n'est pas en reste. Certaine scènes décrite avec elle seule, m'ont fait monter les larmes aux yeux. Alors imaginez un peu ce que cette accusation à déclenché chez eux deux. Franchement je tire mon chapeau. Et malgré tout, ils gardent la tête haute. Ils sont tellement aimés, qu'au final d'autres vont les aidé. Parce que vous croyez sincèrement que la Reine va tuer son amour ???????????? Si oui, vous ne savez vraiment pas de quoi est fait l'amour. Sans compter que Duncan, en preux chevalier qu'il est va même démontrer à sa tendre qu'il est prêt à tout pour l'avoir. Je vais m’arrêter à là pour ce couple, parce que sinon je vais pleurer. Oui !!!! PLEURER. Coté meute, là aussi ce sont des émotions intenses. Aymeric qui a peur de perdre sa douce, les membres qui sont occupés à une préparation spécial. Sans compter la peur de perdre leur chef, leur alpha, leur seigneur, un membre de leur famille, mais avant toute chose, un père de substitution pour eux. On sens vraiment l'amour qu'il y a entre eux. Un lien fort, et inébranlable. Même les membres de la famille qui n'ont pas voulu la morsure verse une mini larme. C'est vraiment attendrissant.

Enfin, l'intrigue de ce tome se divise en deux. On à d'un coté le preux chevalier sur son blanc destrier qui doit montrer patte blanche. Et on a la préparation du grand ******. C'est pour cela que je parlais un peu plus haut de la dualité du rythme de la lecture. Tout simplement parce que l'on suit en fait deux histoire bien précise, deux intrigues, mais qui s’emboîtent pour n'en faire qu'une. Et cela est tout à fait logique, vu qu'Ysaline donne depuis plusieurs tomes déjà le double holà de ce tome. En tout cas, la double intrigue est bien menée. Et comme à son habitude elle nous distille les informations au compte goutte. Certes c'est rageant, mais c'est pour notre plus grand bien. Et puis il faut bien l'avouer, elle adore martyriser ses personnages. Aie ! Aie ! Aie ! Oui je suis un peu chipie. Mais là aussi dites vous que c'est pour mieux nous émouvoir.

En conclusion, ce livre à dépasser mes espérances. En plus le beau gosse de la couverture est une bombe. Un pure condensé de testostérones pour les femmes. Je l'ai adoré. Je parle du livre comme du beau gosse, lol. Je n'espérais pas moins pour ce couple si particulier. Un amour aussi sincère, se doit d’être préservé, alimenter, et surtout récompenser. La quête d'un chevalier, pour prouver l'amour qu'il ressent à sa douce et tendre moitié. Une épreuve à la hauteur d'eux deux. Un combat pour l'amour. Voilà ce que j'en retiens de toute cette histoire. Entre leur amour si intense, les personnages secondaire, l'intrigue, le plume, etc … Je suis essoufflée. Mes émotions n'ont jamais été mise autant à rude épreuve. En couchant ces derniers mots, mes yeux s'humidifient, et une larmichette coule. La raison est si simpliste, que c'est à en rire. En fermant ce livre, on dit adieux à Duncan, Ysolda, Aymeric, Yseult, Aloy, les filles de la meute, les jumeaux feux follets, le poète qui se retrouve sans cesse dans les sources d'eau, les bastons, les taquineries, et surtout à la beau gosse attitude des mâle de Chanâis. Comme me disait ma grand mère, toute bonne chose ont une fin. Sérieusement !!!!!!! Vous croyez vraiment que je pleur ?????? Je suis MDR, LOL. Je vais vous dire un secret, j'ai une information capitale. Mais #jesaistoutmaisjenedisrien, et oui #jenarguepasjinforme. Hi !!! Hi !!! Hi !!! Quand à toi ma belle on se retrouve bientôt pour une autre commande de ce que toi et moi savons, mais que personne d'autre ne sais, sauf s'il savent. Oye !!! Oye !!! Oye !!!

 

13 8

 

- Enfin seuls ! Soupira Ysolda tandis que le portail se refermait derrière eux.

Le couple se trouvait dans la chambre de la Dame du Lac. Indifférent à ce qui l’entourait, le Seigneur des de Chânais n'ait d'yeux que pour sa compagne. Il effleura ses lèvres du pouce.

- Huit siècle que j'attends de te dire que je t'aime …

- Tu me l'as dit de bien des façons, Duncan de Chânais.

Ysolda noua ses bras autour de du cou de son amant.

- Tout en toi me le criait. Ton regard, tes gestes, tes actes … Et je ne parle pas des étranges accidents qui arrivaient à tous ceux qui m'approchaient.

- En ce qui concerne ce dernier point, je suis au regret de t'avouer que je ne vois pas du tout de quoi tu parles …

Le rire cristallin d'Ysolda s'éleva, réchauffant le cœur de Duncan. Toutefois, la souveraine d'Avalon ne tarda pas à reprendre son sérieux. Une larme roula sur sa joue lorsqu'elle poursuivi :

- Mille fois, dans le secret de la nuit, j'ai murmuré ces mots que je n'avais pas le droit de te dire … J'ai détesté chaque instant que j'ai du passé avec un autre que toi, tout comme j'ai haï chacune des femmes que tu as connues.

- Si ça n'avait tenu qu'à moi, aucun homme ne t'aurait approchée, et aucune femme n'aurait partagé mon lit. Aucune d'elle ne m'a inspiré le moindre sentiment. Il n'y a jamais eu que toi. Et désormais, plus rien jamais ne nous séparera.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire