La meute des loups blancs

Spin-off 1

La meute des loups blancs 998320 121 198

E 2

L2a meute des loups blancs... Autrefois prospère et fertile, elle s’est repliée sur elle-même depuis qu’une malédiction a décimé bon nombre de ses loups. Et l’heure approche de payer de nouveau un lourd tribut...

Derek, son alpha, se montre prêt à tout pour préserver les survivants, même s’il s’agit de condamner un innocent. Car si un évanescent peut démêler les fils du sortilège, aucun n’a jamais survécu à cette épreuve.

Quand Éline et Coralie débarquent sur l’île de Turlant, repaire des métamorphes, Derek réalise qu’il est incapable de savoir laquelle endosse le rôle de sauveur.

Est-ce la flamboyante Coralie qui irradie d’une aura singulière et captive la plupart des mâles alentour ? Ou Éline, timide et méfiante, qui le fuit comme s’il était le diable en personne ?

Tandis que l’ennemi guette, prêt aux pires exactions pour anéantir la meute, l’alpha découvre que les deux jeunes femmes pourraient bien lui réserver d’autres surprises et remettre en cause ses choix. Et sa survie..

B 2

 

B3onjour à tous. Après êtres passée au bloc comme convenue, et récupérer un peu afin de pouvoir profiter un peu de vous, mais aussi trouver un nouveau traitement de texte vu que j’en avais plus, je suis bel et bien de retour pour une nouvelle chronique. Désolé si j’ai pris tout mon temps, mais j’avais besoin de ce temps pour me refaire. Néanmoins, j’ai pu me mettre un peu à jour en lecture. Et j’en profite pour vous remercier pour avoir pris sur vous pour l’attente de l’arrivée d’une nouvelle critique qui a tarder pour vous faire découvrir un nouveau livre. Bref, j’avais découvert après mon entrée dans le monde de la Meute de Mervent de Laura Black, qu’un spin off avait fait surface. Cependant, j’avais beau le vouloir, je n’ai put l’avoir qu’il y a peu. Et comme je fus alitée, j’en ai bel et bien profité. Ce fut un réel bonheur que de me plonger dans le monde des loups qu’avait créer l’auteur. Et si la série première a été un coup de cœur, celui ci fut un coup de foudre. Bien entendu, l’auteur à bien fait comprendre que les malédictions ne sont pas forcément impossible à lever. Et oui pour ceux qui ont lut La meute de Mervent un et deux le savent fort bien. Aussi pour cesser de jacasser comme une pie que je suis, hi hi hi, je vous invite à lire ce qui suit.

Je vous laisse découvrir ce quatrième de couverture qui est un véritable bonheur livresque pour tout livrophage, avec ce dont il semblerait de l’action, de la romance et de l’amour dans tout les coins et recoins de pages du livre. La meute des loups blancs... Autrefois prospère et fertile, elle s'est repliée sur elle-même depuis qu'une malédiction a décimé bon nombre de ses loups. Et l'heure approche de payer de nouveau un lourd tribut... Derek, son alpha, se montre prêt à tout pour préserver les survivants, même s'il s'agit de condamner un innocent. Car si un évanescent peut démêler les fils du sortilège, aucun n'a jamais survécu à cette épreuve. Quand Éline et Coralie débarquent sur l'île de Turlant, repaire des métamorphes, Derek réalise qu'il est incapable de savoir laquelle endosse le rôle de sauveur. Est-ce la flamboyante Coralie qui irradie d'une aura singulière et captive la plupart des mâles alentour ? Ou Éline, timide et méfiante, qui le fuit comme s'il était le diable en personne ? Tandis que l'ennemi guette, prêt aux pires exactions pour anéantir la meute, l'alpha découvre que les deux jeunes femmes pourraient bien lui réserver d'autres surprises et remettre en cause ses choix. Et sa survie…

Alors !!!!!! Vous pensez que vous avez accroché. Surtout quand on imagine que cela se passe sur une île. Bon pas de cocotier, mais des moments de pure magie. Sans compter ses personnages qui vous fait baver comme de jeunes adolescents (adolescentes) naïf, faible et inexpérimenté. Il faut dire que Laura Black à inventer des personnages si sexy que c’est à s’en tirer les cheveux.

Éline est une jeune femme timide, mais qui se rebelle à sa manière. Douce et tendre, elle peut devenir dure et faire front devant le danger. Elle ne baisse pas les bras. Pourtant, dés les premiers instants où elle se trouve avec Derek, elle change du tout au tout. Elle prend de plus en plus d’assurance, et va tout faire pour aider ses nouveaux amis et son amour à conjurer le mauvais sort qui continue à abattre sur la meute. Cependant, c’est une jeune femme qui fut anéanti à cause de son dernier amour chez les humains. Et en venant sur l’île, jamais elle ne s’imaginera qu’elle va se découvrir le véritable amour en Derek.

Derek est comme le dit l’auteur dans le livre une bombe sexuelle, le diable en personne, un regard de braise. son visage carré exhale une séduction brute que des lèvres charnues et gourmandes rendaient sensuel à souhait. La haute stature révèle une musculature toute en finesse, mais qui ne masque pas des abdos et des pectoraux sublimes. Bref un mec dans toute sa splendeur. C’est un chef de meute qui fait passer sa meute avant lui. C'est un personnage droit, énigmatique et loyal. On sent beaucoup de sagesse mais aussi de peur pour les siens. Il a beau être puissant et le montrer, on perçoit son inquiétude, sa colère et aussi, une envie de céder en se sacrifiant pour dissoudre la meute, ce qui la libérerait de la malédiction du moins c’est ce dont il pense. Il n’est pas ce genre de personnage super-puissant et invincible malgré son rang, il a ses propres faiblesses et cela fait de lui un personnage vraiment intéressant. Et quand il découvre Éline, il devient d’une certaine façon tout gaga. Il m’a énormément touché autant par son caractère, son comportement, mais aussi par son sexy petit corps masculin. LOL.

Coralie est tout l’opposé d’Éline. C’est une extravertie toujours prête à des jeux amoureux. On pourrait presque croire qu’elle est une nymphomane. Mais ce n’est pas de sa faute, vu qu’elle est une nymphe. Cependant, c’est une femme pleine de bon sens. Toujours prête à soutenir son amie. Pourtant, même si ce n’est pas facile pour elle de voire la vérité que son amie essaye de lui montrer, elle va quand même écouter ce que les autres lui diront, et finira par aider la meute de Derek.

Éva le sœur de Derek est un petit bout de femme qui possède une très grande sagesse. Jamais elle ne se laisse marcher sur les pieds. Elle a toujours le sourire aux lèvres, aimable, douce et gentille. Et quand le grand méchant loup l’enlève, elle devient plus combative que jamais, tout en gardant à l’esprit qu’elle doit rester en vie.

Et puis nous nous retrouvons avec de nombreux autres personnages tels qu’Alexander le frère aîné de Derek et d’Eva qui va les aider à lever la malédiction qui pèse sur eux et qui vie dans la meute qui cherche à les détruire. Simon le grand méchant loup de l’histoire, chef de la meute d’Alexander, qui pourrait lever la malédiction s’il le voulait, mais qui ne le fait pas parce qu’il convoite Eva depuis des lustres. Maxime et Johann un couple de loup faisant parti de la meute des loups blancs, tout comme Antoine. Ou encore le psychopathe de service qui le fait avec classe. Mais j’ai surtout adoré revoir Alyssa et Erik. Ces deux là sont toujours aussi choux. Bref, chaque personnage a ses propres caractéristiques, ses atouts et ses faiblesses et cela fait qu’on les adore ou non.

Bref, me voilà donc arrivé au point roman avec bien entendu, la plume de l’auteur, la romance entre les personnages et bien entendu l’intrigue du livre.

Pour commencer, parlons de la plume de Laura Black. C’est de la pure magie que vous vous retrouverez à lire au travers de cette plume ensorcelante. A la fois légère, intense, rythmée, humoristique, pleine d’émotion et de surprise, mais surtout très romantique. C’est un véritable bonheur de lire ce roman où ces pages défilent sans que l’on s’en rende compte. Et pour cause, la lecture est extrêmement prenante. Et c’est avec un petit pincement au cœur que l’on tourne la dernière page du livre. Et pourtant quand tout fini, l’histoire imprègne toujours les coins et les recoins de votre cerveau, au point de flotter sur un petit nuage. Le rythme est soutenu, et plein de surprise nous attends à chaque page que l’on tourne. Et puis il faut dire qu’il y a plein d’action, de rebondissements, de retournement de situations, et les sentiments sont si intenses qu’on a l’impression de vivre à la place du personnage, et tout ces petits ingrédients sont dispersés à travers tout le récit, pour notre plus grand plaisir. Mais au travers de ce rythme déchaîné on sens une véritable angoisse qui grandit dans notre âme tout le long de notre lecture., tant le danger est partout. C’est un univers à la fois enchanteur, mystérieux et noir. Les descriptions sont à la fois simple et époustouflante. L’auteur utilise des mots simples pour nous faire vivre la vie de ses personnages certes, mais on sens que l’auteur porte un amour inconditionnelle autant à la nature qu’à ses personnages. Il est vrai que l’histoire a déjà été visité et revisité, mais à chaque auteurs, nouvelle façon de voir les choses. Et cela laisse dans notre âme de livrophage un petit je ne sais quoi qui nous éblouit. Jusqu’à l’heure, mon petit cœur en fait encore des bonds tout en jouant aux montagnes russes sous un magnifique feu d’artifice. Le petit plus du livre, un prologue qui vous donne envie d’en découvrir un peu plus sur l’histoire et qui donne déjà le ton de l’histoire. Mais on sens déjà à la fin, que le prochain livre, qu’il soit spin off ou non, sera très, très intense, et cela pour notre plus grand plaisir.

Ensuite, la romance entre les personnages d’Éline et de Derek est plaisante. Effectivement on est loin de l’amour vite fait emballer c’est pesé. En espérant que vous comprenez ce dont je vous parle. En fait l’amour au premier regard, où la fille et le mec s’envoient en l’air dés le début, sans compter fleurette, et qui finissent marié en moins de deux. Ici c’est tout le contraire. La fille est attiré par le beau gosse de service, mais, au lieu de lui sauter dessus, elle le fuit. Oui il y a des moments de doute, où il y a un rapprochement sincère et involontaire, mais n’empêche, la fille reste éloigné du bel adonis. Et au grand dam de Derek, qui à trouvé son âme sœur en Éline. Le pauvre, lui qui a l’habitude de voire toutes les belles jeunes filles lui tomber dans les bras, va devoir faire la cour à la jolie donzelle. Et concrètement, il s’y prend comme un pied, pour notre plus grand bonheur. Aussi il est obligé de prendre conseil auprès de sa petite sœur. Néanmoins, la façon dont ils se tournent autour, cette manière d’apprendre à se connaître est plaisante. C’est comme dans la vraie vie. Quand un homme et une femme sont attiré l’un par l’autre. Ils apprennent à se connaître via divers façons, bin ici c’est la même chose. Cependant, ce qui est plutôt intense, ce sont les émotions que l’on ressent avec ce jeune couple. A de multiple reprises, j’ai eu envie de donner de grosses claques à la jeune femme. Et pour cause. Oui il est beau!Oui il me plaît ! Oui je le veux ! Oui ceci ! Oui cela! Mais voilà que!Mais il faut comprendre ceci ! Etc … C’est vraiment infernal à la fin. Oui on a compris que son dernier amour s’est fini, mais stop bon sang de bon soir ! C’est à croire que c’est une gamine de 15 ans devant ses premiers amours. Et encore, les mômes de cet age sont plus matures qu’elle. Derek quand à lui, il est tout choux. Il sait ce qu’il veut, et va tout faire pour l’avoir. Et c’est pas l’immaturité qui va l’étouffé celui là. Oh non, après je ne sais combien de décennies, voir de siècles d'existences, s’il ne sait pas draguer une midinette, bin c’est qu’il y a vraiment un problème dans les parages. Bref tout cela pour dire que la relation entre les deux mérite d’être découverte et est très belle.

Enfin l’intrigue de l’histoire est très bien menée. On a dés le début un prologue pour nous mettre dans le bain de l’histoire. Depuis deux cents ans un conflit oppose la meute des loups blancs à une autre.. C’est un conflit qui aurait pu être résolu à la façon des loups et donc s’arrêter là où elle à commencer. Mais la sorcière et nouvelle compagne de l’alpha de la meute de Turlant à lancer une malédiction après que l’alpha de la meute des loups blancs ait tué l’alpha de la meute de Turlant. A l’époque, l’alpha et les siens pensaient que ce n’était que du vent, que rien ne se produirait ; ils ont eu tort. Cette nuit-là, une grande partie de la meute fut décimée et elle ne s’est jamais relevée de ce massacre. Au jour d’aujourd’hui, c’est à dire au moment où l’histoire se déroule, on apprend que Derek, le nouvel alpha, tente de protéger les siens et de trouver une solution qui les sauverait pour de bon . Malheureusement, le temps joue contre eux et l’heure approche, une nouvelle fois, leur imposant de payer leur dette. La tension va alors monter crescendo et prendre de la puissance au point de nous couper le souffle tout le long de l’histoire. Car malgré le triste sort et la sombre destinée de l’un des membre de la meute, les loups de la meute des loups blancs restent soudés, et malgré le fait que l’alpha de l’autre meute désire Ava et va tout faire pour l’obtenir, les loups de Derek restent soudés. Pour eux tous, une seule chose est véridique, si un seul membre tombe, toute la meute tombera. C’est là une belle leçon de vie que la famille de Derek nous donne. C’est pour cela qu’ils ont besoin d’Éline. Ou plutôt d’une Évanescente. Car seule cet être peut trifouiller les liens de la malédiction afin de détruire une bonne fois pour toute ce qui détruit ceux qui sont sous la protection de Derek. Au fils de la lecture, on se rends compte très vite que l’intrigue du livre est très bien ficelé. A aucun moment, on ne va se rendre compte que tels ou tels personnage va jouer un rôle important dans le dénouement de cette damnation. J’ai adoré chercher à découvrir le moindre petit indice, et donc jouer au détective.

En conclusion, ce spin-off est tout aussi génial que la série d’origine. La plume de Laura Black, l’univers mis en place, les personnages, les descriptions sont touts super bien décrits. Ils vous envoûtent les sens, et en moins de deux, on se retrouve vite fait avec la fin du livre sans que l’on s’en rende compte. Si au départ, on a l'impression d'être tout simplement dans une romance paranormale, on va très vite se rendre compte que c’est pas du tout ce que l’auteur à voulu. On suit les péripéties des protagonistes, on rie avec eux, on se met en colère aussi, et surtout on attend avec impatience les moments de pure tendresses sans compter le moment où la malédiction s’envolera en éclat. L'épilogue quand à elle, nous promet une suite tout aussi intense, j'ai hâte de découvrir le prochain tome de la saga, qu’il soit sin-off ou non. En attendant, pour mon plus grand bonheur, je vais me plonger dans une autre histoire, d’un autre auteur. Alors à prochaine pour une nouvelle chronique.

13 8

 

Éline se força à respirer plus profondément. La caresse de l’eau sur son corps était lénifiante. Le promontoire n’était plus qu’à quelques mètres d’elle. Une échelle permettait d’accéder à la plateforme, mais la femme la contourna afin de s’élancer tranquillement vers la plage. Avec un peu de chance, Derek serait parti…

Enfonçant sa tête sous les vagues, Éline fendit les eaux vivifiantes. Le sentiment d’apaisement qu’elle avait ressenti à son arrivée sur l’île se propagea de nouveau dans ses veines.

Le choc la surprit lorsqu’elle émergea à la surface et il lui fallut quelques secondes pour comprendre qu’elle venait de buter contre une masse solide qui, présentement, l’enlaçait sans vergogne.

— Attention, murmura Derek avec un sourire goguenard.

Éline voulut se dégager de cette proximité inopportune, mais l’étreinte ne faiblit pas. Elle frissonna en prenant conscience de la chaleur du corps masculin contre le sien, étonnée de ne plus percevoir la morsure des eaux fraîches.

— La fuite a toujours un effet pervers, expliqua posément le prédateur. En tout cas, sur la plupart des hommes.

— Pardon ? enragea Éline en assimilant le sens des paroles déclamées. On parle bien d’ego, là ? Parce que je ne me pâme pas devant vous et que je préfère passer mon chemin, je suis plus excitante ?...

Derek baissa les yeux vers la poitrine appuyée contre son torse et soupira avec emphase. Éline avait plongé avec son paréo et le tissu mouillé dévoilait des courbes appétissantes, mises en exergue par le contact avec sa peau à lui et la respiration saccadée de la femme. La tentation était à la limite du supportable… Son loup, en tout cas, trépignait à l’idée de marquer son âme sœur, indifférent aux préoccupations bassement morales qui agitaient les esprits humains. Pour lui, Éline était sienne et rien d’autre n’importait.

Derek, lui, était plus circonspect, même s’il éprouvait une urgence identique à celle de son loup. Urgence accrue par la sordide réalité de la malédiction… Sur le fond, il intégrait qu’il y avait quelque chose d’ironique dans le fait de rencontrer son âme sœur alors que le temps lui était peut-être compté. D’ironique et d’affligeant…

— En fait, pas besoin de ça, reconnut-il avec franchise. Mais je ne t’imagine pas comme le genre de femme à fuir devant un défi.

Éline manqua de s’étrangler, se raccrochant comme une furie à sa colère. Pour qui se prenait ce type pour prétendre la connaître ? Pourtant, au fond, elle éprouvait un sentiment insolite qui validait cette idée inepte, comme s’ils n’étaient pas des étrangers qui venaient de se rencontrer pour la première fois. Plus surprenant encore, et c’était même carrément ridicule, une partie d’elle hurlait que Derek lui appartenait. 

Son corps, lui, signait sa reddition sans émettre la moindre plainte. Rageuse, Éline décida de faire abstraction de l’homme pressé contre elle.

Tu penses vraiment que c’est possible ? Allez !

— On ne se connaît pas ! répliqua-t-elle vertement. Et c’est éculé comme stratégie !

— J’ai l’impression au contraire que nous étions destinés à nous rencontrer, la provoqua tranquillement Derek.

— Oh ! Et ça vous autorise à vous comporter comme vous le faites ? J’aimerais que vous me lâchiez maintenant.

Derek s’attarda sur le visage furieux, conscient que la femme luttait pour occulter son désir. Si elle éprouvait les mêmes bouleversements intérieurs que lui, ce dont il ne doutait pas, c’était un combat qui nécessitait une force morale extraordinaire. Peu d’âmes sœurs étaient capables de réprimer l’attirance incoercible qui les poussait l’un vers l’autre, ainsi qu’Éline s’y employait. Cela attisait la curiosité de Derek, même si, pour l’heure, seul comptait son besoin de la toucher et d’ancrer leur lien. S’il n’avait tenu qu’à lui, il lui aurait fait l’amour séance tenante pour lui prouver la puissance de leur attirance.

Toutefois, l’alpha avait conscience que son empressement se justifiait par l’épée de Damoclès qui planait au-dessus de sa tête. Éline n’appartenait pas à son monde, il ne pouvait la brusquer sans risquer de la perdre. Sauf que l’attraction dépassait sa propre raison. Il se sentait grisé par ce que cette femme éveillait en lui. Alors qu’il était arrivé, morose, sur la plage, il éprouvait à présent des émotions qui le galvanisaient. C’était tellement soudain et inattendu qu’il avait l’impression de perdre pied, lui qui conservait l’emprise sur ses sens en toute circonstance.

Quant à la supposition qu’elle puisse être son évanescent, Derek ne pouvait tout simplement pas y souscrire. Son loup grogna en écho, exigeant un assouvissement rapide. 

— Je crois que c’est le contraire, chuchota-t-il, le regard brûlant de désir.

Le cœur de la jeune femme s’emballa furieusement. Derek disait vrai, bien évidemment. C’était néanmoins pénible à admettre. Les sensations étaient nouvelles, prometteuses d’un plaisir insoupçonné. Mais pourquoi fallait-il que ce soit ce séducteur impénitent qui génère ce feu au cœur de sa féminité ?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire