Créer un site internet

De sang, d'écume et de glace Tome 1

Métamorphose

61rqggtpmys ac ul320

Resume 1

D3es personnages haut en couleurs et décrits avec minutie et malice, des décors qui transporteront le lecteur dans l'univers conté par l'auteure, une intrigue à couper le souffle : Alexiane de Lys sait comment captiver son lectorat !

La perspective de passer ce qui pourrait être son dernier été loin de chez elle n'enchante pas vraiment Perséphone. La jeune fille atteinte d'une mystérieuse maladie qui l'affaiblit de jour en jour se retrouve coincée dans le Finistère, chez une tante excentrique dont elle ignore tout.
Elle qui n'avait jamais fait face à l'Océan se sent irrésistiblement attirée par cette immense étendue d'eau... Mais l'Océan regorge d'êtres mystiques tous plus dangereux les uns que les autres. Et pire encore : il semble renfermer des secrets qui pourraient bien remettre en question toute la vie de Penny.

Ds ma

 

 

A4riel, écoute-moi ! Chez les humains, c'est la pagaille ! La vie sous la mer, C'est bien mieux que la vie qu'ils ont là-haut sur la terre ! Le roseau est toujours plus vert, Dans le marais d'à côté ! Toi t'aimerais bien vivre sur terre, Bonjour la calamité ! Regarde bien le monde qui t'entoure, Dans l'océan parfumé. On fait carnaval tous les jours, Mieux, tu ne pourras pas trouver ! Sous l'océan, sous l'océan, Doudou c'est bien mieux, Tout le monde est heureux, Sous l'océan. Là-haut, ils bossent toute la journée, Esclavagés et prisonniers, Pendant qu'on plonge, Comme des éponges, Sous l'océan. Chez nous, les poissons se fendent la pipe, Les vagues sont un vrai régal. Là-haut, ils s'écaillent et ils flippent, A tourner dans leur bocal. Le bocal, faut dire, c'est l'extase, Chez leurs copains cannibales. Si Missié Poisson n'est pas sage: Il finira dans la poêle ! Oh non ! Sous l'océan, sous l'océan, Y a pas d' court-bouillon, Pas de soupe de poisson, Pas de marmiton. Pour la tambouille, on leur dit non ! Sous l'océan, y a pas d'hameçons. On déambule, on fait des bulles, Sous l'océan !

Paroles de la chanson Sous l'océan par La Petite Sirène

Qui n’a jamais aimé passé une bon week-end au bord des plages. A bronzer au bord de la mer. Sous les cocotiers dont les grandes feuilles bougent au grès du vent, qui lui même fait chanter les arbres de filaos ?????????? Moi j’en ai rêvé, et j’ai même réussi à réaliser mon rêve. Quoique, vu là où je vie, ce n’est pas bien difficile à réaliser. Quelques heures de bus ou de voiture et on y est. C’est pour dire !!!!!!!!!!!! Pourtant, s’il y a bien une chose que je ne pourrais jamais réaliser, c’est de visiter l’océan. De plonger dans ces eaux bleus, et faire comme la petite sirène de Walt Disney, vivre parmi les poissons, et ainsi oublier le monde d’en haut, qui ne connaît que guerres, tragédies, épidémie, famine, malheur, etc, ... Car, même s’il connaît une sacré pollution, l’océan regorge de trésors. D’abord, je suis sure qu’il y a encore des trésors qui n’ont jamais été découverts. Qu’ils viennent de pirates, de galions enfouis, des antiquités de grandes civilisations, etc, … Ensuite, c’est pouvoir répertorier tous les poissons du monde. Même celles qui sont dites, en voie d’extinctions. Enfin, en dehors des requins. Par ce que eux ………….. J’en ai une peur bleue. Avec leurs grandes dents pointues, leurs yeux mesquins, et surtout le fait qu’ils sont les carnivores les plus féroces des océans. Et dire que le grand écran raffole de ces bébêtes. Brrrrrrrrrrr !!!!!!!!!!!!!!!!! Rien que d’y penser, je sens des frissons remonter le long de ma colonne vertébrale. Puis, c’est surtout pour partir et découvrir si la légendaire cité des Atlantes, a réellement existé ???????? Vous savez, ce peuple qui avait une technologie superbement développée, et dont la cité a été engloutie par les eaux ?????????????? Enfin, et surtout, j’aimerai visiter le dessous des mers, pour découvrir les légendaires sirènes, et tritons. Ce n’est pas parce que l’on en n’a jamais vu, qu’ils n’existent pas. Parfois, je me demande s’ils ne sont pas les fameux atlantes. Mais bon cela restera à jamais sans réponses. Et je ne vous parle même pas de la grande ceinture de feu et des autres volcans sous marin environnants. Ceux là sont suffisamment dangereux pour ne pas aller y faire un tour. Vu la température dégagée par les laves quand un volcan terrestre entre en éruptions, j’imagine aisément que la température doit être identique pour leurs cousins aquatique. Sauf qu’à la différence prés, on serait de vraies écrevisse bouillit à notre passage dans les eaux environnants. Mouais !!!!!!!!!!! Pas folle la guêpe.

En attendant, je vous invite, à découvrir, la quatrième de couverture de cette nouvelle série que j’ai découverte sur mes forums de lecture. Je tiens à préciser, que ce résumé, ne fait pas ressortir tout le mystère qu’englobe le roman lui même. Mais cela n’est pas grave. Plongez y quand même. Ce que vous découvrirez ne vous laissera pas sur votre faim. La perspective de passer ce qui pourrait être son dernier été loin de chez elle n'enchante pas vraiment Perséphone. La jeune fille atteinte d'une mystérieuse maladie qui l'affaiblit de jour en jour se retrouve coincée dans le Finistère, chez une tante excentrique dont elle ignore tout. Elle qui n'avait jamais fait face à l'Océan se sent pourtant irrésistiblement attirée par cette immense étendue d'eau... Mais l'Océan regorge d'êtres mystiques plus dangereux les uns que les autres...des êtres qui pourrait bien remettre en question toute la vie de Penny.

Le monde de ce roman, ne s’arrête en aucune façon aux frontières d’un pays. Il va plus loin, et voie plus grand, plus profond, et plus bleu. Maintenant que vous vous avez osez tremper votre orteil dans les bains de mer, allongez vous y, et laissez vous emporter par le courant au large, pour découvrir les personnages si unique de ce livre.

Perséphone est une jeune femme de dix – sept ans qui déteste son prénom et qui, désolé de le dire, ne ressemble à rien. Cheveux crépus et gras, un visage bouffi avec d’énorme boutons, un peu enrobée et la peau blanche comme le lait. Depuis son enfance, elle se fait harceler par les autres enfants, en raison de son apparence ingrat. Pourtant, c’est une tête. Elle vient de passer son bac, et espère obtenir une mention afin d’entre dans une université. Cependant, un problème des plus imposant met sa vie en stand-by. Elle est malade. Mais personne, ou plutôt aucun médecin n’arrive à dire ce qui lui arrive. La seule chose que tous sache, c’est qu’elle est si malade qu’elle pourrait passer de vie à trépas à n’importe quel moment. Après son bac, son père, va alors l’envoyer auprès de sa tante qui vie au bord de l’océan. A ce moment là, elle ne le sait pas encore, mais sa vie va changer littéralement. Après un bon bain de minuit dans la mer un soir de pleine lune, le vilain petit canard, va se transformer en un magnifique cygne. Et encore magnifique est un mot trop peu en dessous de la réalité. Elle va alors découvrir des choses sur elle que jamais elle n’aurait jamais pût imaginer. Aux premiers abords, c’est une jeune fille plutôt simple, gentille, fragile et timide. Mais, les révélations qui lui tombent littéralement dessus, vont l’amener à devenir autres. Elle apprendra alors à être forte, indépendante, sans cœur, et même un peu sournoise et machiavélique. C’est une personnage fort attachant, et je l’ai grandement apprécié. Entre le kidnapping, sa quête, les révélations, et les problèmes dans lesquels elle se retrouve, peu de gamins(ines) auraient pût être aussi forts et prendre les choses à bras le corps. Je sens que je vais me faire la suite très vite.

Mewen est un beau jeune homme, ou plutôt un homme dans la fleur de l’age, la petite trentaine environ. C’est un grand guerrier parmi les siens ? Cependant, contrairement à notre civilisation, dans la sienne, les hommes sont inférieurs. Les femmes le haïssent, mais le tolèrent en raison de son puissant marquage. Le dernier combat dans l’arène, lui a fait perdre sa place de général, et désormais, il se doit de se marier avec la future reine. Néanmoins, Perséphone, va l’aider à vivre sa vie loin de cette civilisations si peu respectueuse, mais surtout pour l’aider dans ses pérégrinations. C’est un homme plutôt complexe à comprendre. Il parle peu, et ne dévoile que ce qui doit être dévoilé. Pourtant, il n’hésite pas à protéger la jeune Perséphone dans son périple.

Lee-Anne la tante de Perséphone, est une femme d’un certain age. Je l’ai adoré. Un peu fofolle, elle est toujours entrain de faire des recherches, des découvertes, et possède dans sa maison, quantités de poissons différents venus de la mer. Sans compter sa cave avec les espèces les plus dangereuses. Elle est un peu excentrique, mais ce que je préfère d’elle c’est le fait qu’elle a l’esprit ouvert. Quand sa nièce lui explique les choses qui lui sont arrivés, elle est aussi excitée qu’une puce. Sincèrement, elle est trop géniale. On sent qu’elle est attachée à Perséphone, sincèrement. Par ailleurs, on apprend qu’elle a eu deux enfants, dont l’un des deux est mort, et qu’elle avait été mariée. Cependant, jamais elle ne s’est séparée de cet homme. L’heureux élu n’est autre que Laou. Qui est un être foncièrement bon. Si leur couple n’avait pas tenu à l’époque, c’est uniquement dû au fait de la mort de leurs fille.

Coté civilisation sous marine, nous avons en dehors de Mewen, sa majesté Dahud, reine d’Ys, souveraine des Marie Morgane. Cette femme pieuvre, est certainement d’un infini gentillesse, mais, je dois avouer, que je n’y croie pas trop. En fait, c’est son masque de tous les jours, et avec notre jeune Perséphone. Pourtant, dés que cela est possible, elle nous démontre le contraire. Elle manipule, donne les vérités que de moitié, raconte des souvenirs, le tout enrobé de niaiseries. Ainsi, elle arrive alors à amener son petit monde, son poisson, sa victime, là où elle veut qu’il vienne, et donc de faire de lui sa marionnette. C’est plutôt mesquin et cruel.

C’est à peu prés tout pour les personnages. Mais méfiez vous quand même, il y en a d’autres. Tels que les parents de Perséphone, la princesse sirène Trestana, la vieille Malgven, Priméla la détestable, la jumelle de Viktor, et bien d’autres encore. Mais je ne vais pas continuer à discutailler et les détailler éternellement. Il y a tant de choses à dire sur eux tous, qu’une simple chronique ne serait point suffisant. Aussi, je vous invite à découvrir encore plus ce roman, avec la plume de l’autrice Alexiane de Lys, les relations entre les personnages et l’intrigue de ce roman.

Tout d’abord, je dois dire que ce roman je l’ai lu en très peu de temps. Vous me connaissez, j’adore lire. Mais au point que je n’ai point vue le temps passer, il fallait que la plume d’Alexiane de Lys soit aussi légère, intense, mystérieuse et envoûtante que certaines autrices françaises que j’adore. Les pages ont défilés si vite, si rapidement, que je n’ai pas vu la fin débarquer. En plus elle finie d’une manière si abrupte, que j’en suis restée comme une idiote devant mon roman. Là, je me suis dite, qu’il devait y avoir une erreur. Mais non !!!!!!!!!!!! Il a fallu que je voie le ‘’à suivre’’ pour comprendre que c’était bien fini. Le mystère reste entier. Enfin pas pour longtemps. Vu que le second tome est dans ma besace. En plus, nous avons dans tous les coins de l’actions, des révélations, des altercations, des retournements de situations, des rebondissements en tout genre. Ils rythment le récit, et permet de ne point ressentir l’envie et le besoin de déposer notre roman, même pour un court instant. Il faut dire, que ce rythme effréné, donne directement le ton aux émotions que l’on ressent. Colère, peur, incompréhension, joie, insécurité, etc, … Tout ce que les personnages, et plus exactement ce que Perséphone ressent, nous le ressentons aussi. Moins forts, moins intenses, mais présents. C’est comme un feu d’artifice aux milles et unes couleurs, mais sans les battements frénétiques de nos cœurs. Ainsi, nous pouvons alors mieux comprendre et apprécier les personnages. La plupart d’entre eux sont intéressants et attachants. D’autres exécrables et manipulateurs. On en a pour tous les goûts. Mais, quoiqu’il advienne, on s’attache à cette jeune fille, et on se demande ‘’et si c’était moi ?’’ Et puis, comment ne pas avoir l’impression d’être elle. Quand l’autrice nous décrit les places, le palais, l’océan, etc, … Mon imagination a fait un bon comme jamais dans ma tête. Il déborde tellement, que je voyais devant moi les paysages qui défilaient au rythme de ma lecture. C’était magique. De cette manière, l’univers des sirènes que l’autrice a mis en place est développé comme jamais. On se retrouve alors, avec plusieurs ethnies différentes. Les Lemanja pour l’équateur, les Marie Morgane pour le coté méditerranéen et les Margygrs pour les pôles gelés. Par conséquent, le scénario qu’elle a inventé, suit le scripte à la lettre. Rien n’est laisser au hasard. J’en ai grandement apprécié chaque détails, et chaque informations données. Quand au langage, il est soutenu. On ne va pas trouver de grande phrases à l’ancienne, mais un respect dans la tournure des phrases, que cela soit de la part de Perséphone, de Lee Anne, ou de la reine des Marie Morgane. Et c’est un énorme point positif. Je ne me suis pas sentie démunie, ou perdue. Bien au contraire car les mots sont simples. Mais ce respect est un gros bonus. Affaire à suivre dans le tome suivant.

Ensuite, les relations entre les personnages sont plutôt simples à comprendre. Perséphone et sa tante, ce sont les liens familiaux. On y sent tout l’amour qu’il y a entre eux. Un respect sincère et une véritable confiance. Ensuite, il y a celle qui unis Mewen à celle de son banc. Mais, à la différence prés, au lieu de se sentir partie intégrante de cette grande famille, il est mis à l’écart, et les femmes ne l’aiment pas et le jalousent. Pour comprendre cela, il faut se mettre dans la tête, que dans ce roman, ce sont les femmes aux pouvoir. Pas de travaux ménager, de cuisine, de rabaissements de la part des hommes. Non ici, elles commandent. Elles sont le pouvoir, reine, générale, prêtresses, conseil royal, etc, … Ici, ce sont elle les persécutrices. Et les hommes doivent ramper et accepter. Aussi, avec ce qu’il endure, il ne faut pas être idiot pour comprendre que la façon dont Perséphone le traite à égalité va le changer. Il est extrêmement protecteur avec elle. Mais, l’on peut se demander s’il tombe amoureux de la belle, ou s’il joue à un jeu. Donc, c’est quelque chose que j’espère découvrir au plus vite. Car, ces deux là forment un très beau couple.

Enfin, l’intrigue du roman, est bien plus mystérieuse qu’il n’y parait. En effet, dés les premières pages lues, on se dit que c’est la mystérieuse maladie qui est au centre de ce tout. Mais, en réalité, ce n’est qu’un prélude. Bien sure, vu que la couverture représente une jeune fille baignant dans un océan, on comprend vite que cela va tourner autour des petites sirènes. Mais, l’intrigue, est vraiment superbement cacher. Et croyez moi, ici, jouer au détective est vraiment de mise. L’autrice nous donne les informations au compte goutte. Et elles n’arrivent qu’au moment où l’on s’y attend le moins. J’applaudis l’ingéniosité de l’autrice qui a su si bien gérer cela. A aucun, moments, je n’aurais pût imaginer cela. Les informations qui tombent, nous disent que oui, mais il faut lire, les mots couchés sur le papier, pour dire, c’est bien cela. Mystère et mystère.

En conclusion, un roman dont je n’aurai jamais pût imaginer lire, et qui finalement m’a fait tellement vivre d’aventures que j’en ai adoré le moindre recoin. Les personnages sont superbement travaillés pour nous laisser sentir leurs forces, leurs sentiments, leurs caractères, et ainsi nous permettre de les apprécier à leurs justes valeurs. A coté de cela, une plume envoûtante comme pas possible, élégante, légère et humoriste, qui enchante les sens du lecteur qui ne peut que laisser son imagination déborder sans retenue. Une intrigue fort mystérieuse, histoire de vous tenir en haleine. Un univers hautement développé et riche, où l’on sent le travail de recherche que l’autrice à dû faire, afin de donner à son scénario une authenticité des plus consciencieux. Des relations simples à comprendre et que tous vivent en règle général dans leurs vies. Le tout, apporte donc au lecteur, une compréhension du roman, des plus profond. Et par conséquent, cela nous envie, d’en connaître la suite au plus vite. Sachant que le second tome est dans ma besace, je sens que je ne vais pas tarder à le lire. A bientôt pour de nouvelles aventures livresques.

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire