Créer un site internet

Leonora Kean Tome 1

Chasseuse d'Âmes

Leonora kean tome 1 chasseuse d ames 1175918 121 198

 

E 2

 

V3ivre, quand on a seize ans, au sein d'un clan de sorcières sociopathes n'est pas facile tous les jours, moi, je vous le dis.

Entre les cours de sortilèges, de potions et de magie élémentaire des Vikaris, je suis au bout du rouleau.

Alors, si en plus, on commence à ramasser les cadavres dans tous les coins, je sens que je ne vais pas tarder à provoquer un massacre.

Parce qu'on peut dire ce qu'on veut : la patience, chez nous, n'est décidément pas un trait de famille...

B 2

 

L2a vie et la mort. Un concept aussi vieux que la haine et l'amour et encore plus vieux que le paradis et l’enfer. Tout être humain, mortels de sur crois, est sujet à cette chose qu’est la vie et la mort. Nombreux sont les hommes qui sont morts, puis revenu à la vie, pour nous annoncer qu’après la mort, il y a encore la vie. Et nombreux sont les humains qui disent que la vie, n'est qu'un prolongement du sommeil éternel qu'est la mort. Mais au fond, qu'est ce que c'est ??? Pourquoi, l’être humain se sent mal quand on en parle. A prés tout, c'est quelque chose de normal, quelque chose de naturelle. Déjà que ce n'est pas simple pour personne, alors si en plus on rajoute des sorcières, des nécromanciens, des vampires, là cela devient la catastrophes. Dieux merci, par le passé, un dieux païens à pris soin de créer des faucheurs, ou des moissonneurs, ou des agents, de la mort. Trois noms, pour décrire, ces êtres éthérés qui se chargent d’amener le mort à la porte. Et puis, la littérature, s'en est accaparée de façon plus que jouasse pour créer, par le biais des auteurs, un monde des plus singuliers autours de ce mythe. Certains agents de la mort ont des ailes, d'autres sont des dieux, d'autres des fantômes, ou encore d'autres encore sont des métamorphes, etc, etc. Bref, la populace d'écrivains, à su remanier cette mythologie, pour notre grand bonheur. C'est ainsi, que l'autrice française Cassandra O'Donnell avait commencer la mise en place de ce jeune personnage qu'est la fille de la plus célèbre reine Vikaris.

Ce livre, je l'ai voulu, je l'ai vu, et je l'ai eu. Pourquoi ??? Bon sang ne saurait mentir. Entre la maman qui est une vraie explosion de pouvoir, bien des fans, se sont demander ce qu'il adviendrait de ceux de sa fille Leonora. La réponse, à travers ce résumé, fut plus que prometteur pour moi. Vivre, quand on a seize ans, au sein d'un clan de sorcières sociopathes n'est pas facile tous les jours, moi, je vous le dis. Entre les cours de sortilèges, de potions et de magie élémentaire des Vikaris, je suis au bout du rouleau. Alors, si en plus, on commence à ramasser les cadavres dans tous les coins, je sens que je ne vais pas tarder à provoquer un massacre. Parce qu'on peut dire ce qu'on veut : la patience, chez nous, n'est décidément pas un trait de famille …

Ehhhh ouaippppp !!!!!! Le résumé, est tellement alléchant, qu'il attirerait n'importe quel fan de la série d'origine, et même plus. Mais, au final, si on aime les personnage de la saga première, quand est il des personnage de ce spin off. Pour cela, il faudra lire la suite.

Leonora, fille de Rebecca Kean, est une gamine, très jolie, avec des pouvoirs des plus détonants. A la fois fille d'une reine sorcière et d'un très vieux vampire, on l'a connu dans la saga où l'on suit les aventures de sa mère légendaire. Dans ce premier livre qui porte son nom, on l'a découvre en tant que jeune fille de seize ans, qui est venue en France, dans le clan maternel afin d'y apprendre un peu plus sur sa magie. En effet, aux dernières nouvelles, la déesse de la mort Hela, a fait d'elle une Yamadut vivante et en même temps une moissonneuse de la vie. La première permet à la jeune fille de traverser les limbes pour amener l’âme à la ''porte'', la seconde lui permet de récolter des âmes. Et là, je dis trop fort. La gamine voie des fantômes. Ce n'est pas donné à tout le monde. Mais dans ce tome, la donzelle va se découvrir un autre pouvoir. Et pas des moindre, mais je vous laisse découvrir ce que c'est. Parce que pour ma part, cette scène m'a bien fait rire. Tout comme sa mère, c'est une grande gueule, capable des pires colères, avec un humour des plus noirs. Mais Leonora, c'est aussi une gentille fille, douce comme la soie, et très observatrice. En fait, c'est le jour et la nuit. Elle peut être aussi immature qu'un gosse de son age, et d'un coup aussi sage qu'un vieillard. J'ai vraiment adoré que ce personnage joue autant avec le chaud et le froid. De plus, je dirais aussi, que c'est une diplomate. Et pour cela il a fallut des années de labeurs du roi des vampires en personne pour arriver à un tels niveau. Et pour cause. Elle à l'art et la manière de se mouver dans une salle remplie de ces êtres à crocs longues, et aussi de leurs parler.

Ariel est un beau jeune homme de dix neuf ans, qui selon les dires ressemble plus à un ange qu'à un humain. C'est une Ombre, un sorcier Uturu, un assassin de la pire espèce. Tout ce que l'on sait à son sujet, c'est qu'il a fuit son clan quand il avait quinze ans, et qu'on l'à rencontrer dans la saga Rebecca Kean. D'ailleurs, cette dernière l'a expressément demander de veiller sur sa fille. Et si je puis me permettre, il adore son job. Après tout, il est fou d'amour pour la jeune femme. Mais cela ne veut pas dire qu'il prend son job à la légère, parce qu'en réalité, la sécurité de la jeune fille passe avant tout, même si cela implique de dormir dans la même chambre. D'un autre coté, de part son coté sorcier et assassin, il fait un bon limier. Coté caractère, c'est un garçon charmant, drôle, attentif, attentionné, gentil, agréable, protecteur, et tout aussi autoritaire. A ses yeux, la seule personne qui a le droit de lui donner des ordres, c'est la mère de la jeune fille, d'autant qu'il flippe grave quand il pense à Rebecca. Mais il faut dire, qu'elle fait flipper tout le monde. MDR.

Kim est comme Casper. C'est un gentil fantôme. Même si la plupart du temps il passe sont temps à jouer des tours aux autres, et à faire passer Leonora pour fofolle, il aide sa jeune amie à comprendre ce qui ce passe en permettant à la donzelle de passer d'un monde à l'autre pour lui faire découvrir d'autres fantômes.

Anthéa, ou la flippante mamie. Si vous croyez que Rebecca ou que Leonora sont des folles dingues, méfiez vous, car la plus cauchemardesque doit être sans nul doute Anthéa !!! Normalement, quand on dit mamie, on pense aux gâteaux, aux câlins, aux cadeaux, etc. Mais, ici, vous pouvez être sur que vous allez vous mettre le doigt dans l’œil. Qui rêve d'apprendre à découper un macabé, pas moi en tout cas. Même les vampires la craigne. Mais au fond, malgré ses manières un peu bourrues, je pense que c'est une femme forte, gentille et surtout fière de la puissance de sa petite fille Rebecca et qu'elle espérait que Leonora en soit pourvue elle aussi. C'est pour cela, je pense, qu'elle ne voulait pas dire à Leonora que son père voulait la voire.

Michel, le fameux papa de Leonora. Un être terrifiant, puissant et vieux. En fait il me fait penser à Raphaël avec sa puissance. Il règne sur les vampires d'Europe. Mais contrairement à Raphaël, ces sujets, ne le respecte pas vraiment, ils le craignent plus qu'autre chose. Quelqu'un s'en prend à sa princesse, bang, je te zigouille. Voilà ce qu'est son règne. De la terreur. Il est l'un des seul qui ne craint pas les sorcières Vikaris, et est prêt à se battre contre la gardienne de la ségrégation elle même. Après tout il n'a pas peur de Rebecca, alors la vieille fofolle, même pas peur. Mais s'il y a bien quelque chose à laquelle il ne faut pas toucher, c'est bien sa fille. Elle est ce qu'il a de plus précieux au monde, et est prêt à tout pour sa sécurité et l'aime comme un fou. C'est un être autoritaire, fort, calculateur, avec un humour particulier, etc. C'est le genre de mec que Rebecca aime.

Alexandre est un vampire lui aussi, mais aussi il est le bras droit de Michel, et son assassin à la fois. Parmi tous les personnages vampires de ce livre, c'est celui que j'ai le plus adoré. Il m'a fait souvent penser à un jeune homme fringant, plein de bonne répartie, qui s'occupe des plus jeunes comme un grand frère. Il est gentil, agréable, de bonne compagnie et un tatillon moralisateur.

Mais, Leonora Kean, ce n'est pas que ces personnages. Ils sont bien plus nombreux encore. Il y a Cléanthe, Titus, Hipo, Edouard, Armand, Victoria, Galien, Atyma, Gemma. Et bien d'autre que je n'ai pas cité.

Et voilà !!! A chaque fois que j'arrive à ce stade de ma chronique, j'en suis un peu chamboulée. Et pour cause, je me dis qu’après vous avoir parler de la plume de l'autrice, la romance entre les personnages et l'intrigue du livre, je vais devoir faire un au-revoir à mon livre.

Mais en attendant, je vais vous parler de la plume de l'autrice Cassandra O'Donnell. Tout d'abord, la prose est vraiment légère, fluide et simple, car du début à la fin, il n'y a pas de temps mort. De plus, sans que l'on se rende compte, le temps passe très rapidement, et les pages défilent trop vite. Alors, c'est sûre que quand arrive la fin, on est un peu chamboulée. Le rythme y est très soutenu, avec des meurtres, de l'action, des retournements de situation en tout genre, et c'est une sensation des plus grisante. L'humour y est très présent, surtout sur forme de sarcasme, et on en rigole tellement que cela vous étonne vous même. Les personnages, sont tant qu'à eux très bien travaillés, autant dans leurs caractères que dans leurs manières, en passant par leurs langage. L'univers mis en place, est plutôt dense, et je pense qu'il va prendre plus d’ampleur dans un futur proche.Et petites mise en bouche qui est quand même très appréciable, ce sont les pensées de Leonora que l'autrice mettaient en aparté. Et justement elles sont d'un comique !!!!!!! Bref, même si j'en dis peu, je trouve que c'est plutôt très bien écrit, et j'ai adoré.

Ensuite la romance entre les personnages d'Ariel et de Leonora est quasi inexistant. Oui vous avez bien lu. Après tout quand on lit qu'ils sont âmes sœurs, il fallait bien s'imaginer que c'est leur couple qui va être au milieu de l'histoire. Mais bon !!! Ici, on voie bien que Leonora est toujours amoureuse de son lycan. Mais petit à petit, entre l’attention et l'écoute d'Ariel, petit à petit, elle va tomber d'amour pour lui. Et justement, ce dernier va la défier, et va la courtiser comme jamais. Sans compter qu'il va la protéger au péril de sa vie. Bref, sur ce point, j'attends de voir la suite dans le prochain tome.

Enfin, l'intrigue du livre est des plus percutant. Tout ceux qui ont lu la sag d'origine, savent que les Vikaris, ces sorcières de guerres légendaires, ne craignent personnes. Alors, quand leurs morts sont éparpillées partout, cela fait un peu désordre. Mais au fond, il est fort possible que cela cache autre chose ??? Peut être bien que oui !!! Peut être bien que non. Du coup, c'est ainsi que l'autrice va nous mener dans une spirale où tout n'est pas forcément beau. Du coup, sur ce coup, je tire mon chapeau, car à aucun moment de l'histoire je n'aurait penser que cela puisse être une certaine personne qui était derrière tout cela. Ce que je veux dire par là, c'est que c'est très bien menée.

En conclusion, j'ai adoré ce livre, et je me rends compte que je n'ai toujours pas donner mon avis sur la saga première. Même si mon avis est plutôt court, j'ai véritablement adoré ce livre. Il est plein de pep's, les personnages sont géniaux, la prose très belle, un univers très bien décrit, une intrigue alléchante, et sur le feu, un début de romance. Quoi demander de mieux. Je me suis REGALER. C'est donc avec plaisir que je vais attendre a suite de la saga. Et sur ces belles paroles, je vous dis à très bientôt pour une nouvelle chronique.

 

13 8

 

— Leonora ! hurla grand-mère les yeux étincelants de colère en accourant vers moi. Qu’est-ce que tu fais ? Ne me dis pas que…

— C’est elle qui m’a dit de faire un trou ! me défendis-je en pointant Olivia du doigt.

Cette dernière se tenait une trentaine de mètres plus loin, aux côtés des fillettes, et fixait d’un air hébété les dégâts que je venais de causer à leur précieuse forêt.

— Un trou ? Tu appelles ça un trou ?!!!

Je ne savais plus où me mettre. Le village et la forêt avaient beau être protégés par de nombreux sortilèges, ils n’étaient peut-être pas assez puissants pour étouffer totalement le bruit et les dégâts que je venais de provoquer. Or, ce que les Vikaris détestaient par-dessus tout, c’était attirer l’attention des humains.

— Depuis le début, je n’ai cessé de lui répéter que je n’étais pas comme vous, que je n’étais pas une sorcière, que je ne savais pas conjurer la magie de la Terre, mais elle ne m’a pas crue. Tu vois le résultat ?

J’entendis une sorte de grand murmure puis quelques rires fuser parmi les Vikaris qui avaient accompagné grand-mère. Je leur jetai un regard étonné en me demandant ce qu’elles trouvaient de si amusant avant de reporter mon attention sur Anthéa.

— Mamie, je sais que tu m’en veux d’avoir abîmé… enfin d’avoir créé encore des ennuis, mais je ne voulais pas, j’avais dit à Olivia que je n’avais pas assez de pouvoir pour…

— Pas ASSEZ de pouvoir ?! s’égosilla grand-mère au bord de l’apoplexie. Pas ASSEZ de pouvoir ?!

— Oui, enfin, là, j’ai… je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé, mais…

J’inspirai profondément et ajoutai en grimaçant :

— Olivia aurait tué l’une des petites si je n’avais pas réussi à faire son machin…

Grand-mère haussa les sourcils.

— Son « machin » ?

— Oui, mais je ne recommencerai plus, promis.

Grand-mère leva les yeux au ciel et se tourna vers Olivia qui s’était discrètement approchée de nous.

— Que s’est-il passé ? Pourquoi ne m’as-tu pas dit que Leonora possédait un tel pouvoir ?

— Mais parce que je l’ignorais jusqu’à aujourd’hui, répondit Olivia.

Grand-mère lui jeta un regard incrédule.

— Comment est-ce possible ?

— Elle avait érigé de solides barrières mentales, Gardienne, expliqua Olivia.

— Aucune barrière ne peut endiguer l’appel d’un élément, lui fit remarquer grand-mère.

— Les siennes le peuvent, affirma Olivia.

Grand-mère me scruta d’un air peu avenant.

— Tu as fait ça, Leonora ?

— Fait quoi ?

— Tu as bloqué l’appel de la magie ?

Je n’avais rien fait de tel. J’avais simplement conditionné mon cerveau depuis l’enfance à ignorer toutes les sensations que je ressentais chaque fois que je touchais de la terre. D’abord, parce que ça provoquait des picotements désagréables sous la langue et ensuite parce que ça me brûlait à l’intérieur et que je n’aimais pas ça. Et elles avaient simplement fini par disparaître.

— Je n’ai rien bloqué du tout. En tout cas, pas volontairement. Et quelle importance ? Ce fichu pouvoir répond une fois sur cent mille, alors… Je te l’ai dit, ne perdez pas votre temps à enseigner la magie élémentaire à quelqu’un comme moi, c’est ridicule.

Grand-mère ferma les yeux comme si elle prenait sur elle pour ne pas hurler.

— Grand-mère ?

Elle inspira profondément et me toisa.

— Tu es stupide ou tu le fais exprès ?

— Quoi ?

— Ta mère est au courant ?

— De quoi ?

— Que tu limites volontairement tes pouvoirs depuis toutes ces années ?

À vrai dire, maman m’avait « testée » quand j’étais enfant et au début de mon adolescence, mais toutes ces tentatives s’étaient révélées infructueuses. Et les deux fois où ça avait marché, j’avais légèrement fait trembler le sol et cassé un vase ou j’avais créé un minuscule éboulement et deux petites pierres étaient tombées sur la voiture. Je m’étais fait sacrément disputer et maman avait dit que j’étais une véritable catastrophe et qu’il valait mieux en rester là. Elle avait sûrement raison puisque le pouvoir ne s’était jamais manifesté depuis.

— Je te l’ai dit, je ne « limite » rien du tout. Je ne suis simplement pas douée, la preuve…

Grand-mère se massa les tempes comme si elle avait la migraine.

— Rentre à la maison.

— Hein ?

— Disparais avant que je ne t’étrangle.

Au vu des circonstances, fuir ne me semblait pas une mauvaise idée mais …


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire