Créer un site internet

Les Kergallen Tome 1

Thaïs

Les kergallen tome 1 thais 907660 264 432

E 2

L2es Kergallen... une famille où la magie se transmet de mère en fille.

Kieran McDougall est devenu un fantôme suite à un concours de circonstances malheureux. Depuis quatre siècles, prisonnier de son domaine écossais, il erre, invisible aux yeux de tous... sauf à ceux d'une ravissante antiquaire française, vers laquelle une force irrépressible l'attire. Thaïs est la seule capable de l'aider, et même si elle lui oppose un refus catégorique, Kieran se fait fort de la faire changer d'avis.

B 2

 

B3onjour, bonjour la compagnie. Cela fait longtemps que je n’ai pas donné signe de vie n’est-ce pas ? J’en suis désolé, mais j’avais besoin de cette pause pour me refaire un peu. Mais bon là je suis de retour, et je vais prendre un peu de temps pour vous faire découvrir ma dernière trouvaille. En fait durant ma longue absence, j’ai lu énormément, et parmi mes nombreux livres, j’ai découvert une famille pas comme les autres. Une famille de dingue, où les femmes sont les reines du ‘’monde’’. Et elles en jouent énormément. Ce sont de vraies pestes, des chipies qui n’hésitent pas à se venger s’il le faut. Comme par exemple le mec la trompe, bin attention à toi ! Ou bien la vie est inintéressante, pas grave, on va arranger cela avec des crises de nerfs façon magie, etc, etc. Et oui !!!! Je me suis mise à lire la vie passionnante des filles Kergallen. Et j’en ai énormément rie. Il faut dire que cette famille pas comme les autres, est plutôt marrante à suivre, avec leur magie, leurs petites vies tranquilles, leurs façons de s’amuser, et surtout le fait que ces messieurs doivent leurs obéirent au doigt et à l’œil. Oh oui !!!!! Je suis tellement tomber sous le charme de ces dames de pouvoirs que je suis allée me chercher toute la collection. Tout cela pour dire que ce fut un coup de foudre entre leurs histoires et moi.

Mais je pense qu’il est temps de vous faire découvrir cet univers magique, car sinon je risque d’en parler encore longtemps. Et pour vous mettre un peu l’eau à la bouche, voici le synopsis du premier tome. Kieran McDougall est devenu un fantôme suite à un concours de circonstances malheureux. Depuis quatre siècles, prisonnier de son domaine écossais, il erre, invisible aux yeux de tous... sauf à ceux d'une ravissante antiquaire française, vers laquelle une force irrépressible l'attire. Thaïs est la seule capable de l'aider, et même si elle lui oppose un refus catégorique, Kieran se fait fort de la faire changer d'avis.

Oh la la !!!!!!!!!!!!!! L’amour !!!!!!!!!!!!!!!!!! Bin ouaip !!!!!!!!!!!!!!! Le livre parle il est vrai de la famille Kergallen, mais au fond cela reste un beau roman d’amour. Et comment découvrir ce livre sinon en passant par les personnages.

Thaïs est une belle jeune femme rousse et antiquaire. Le jour où elle quitte Rome, et débarque chez elle, elle y surprend son petit ami dans les bras de sa meilleure amie. De là, on y découvre que cette jeune femme est une vraie mégère quand elle se met en colère. Mais mieux, sa revanche est comment dire ……… plutôt du genre à vous faire marrer jusqu’à en tomber par terre. C'est un personnage plutôt complexe qui eut une enfance assez difficile, car elle a perdu ses parents très jeunes à cause de la magie. Elle se sent très coupable car elle pense que c'est de sa faute ! Et depuis cet événement, elle s'est complètement coupée de sa famille et s'est efforcée de refouler sa magie ! Néanmoins c’est une femme forte, malgré le fait qu’elle possède de la magie en elle, elle préfère ne pas l’utiliser. Parce que malgré le fait que Thaïs ait renié sa part de magie, elle survie malgré tout, car pour elle c’est sans l’usage abusif de magie de ses parents, ils seraient encore vivants. Elle se reprend très vite après la douleur qu’elle a subie avec la découverte du crétin fini qui la trompe. De plus c'est une jeune fille indépendante, intelligente, une vie simple, des amies formidables, enjouée, déterminée mais fragile tout à la fois. Bref une jolie jeune femme du XXIème siècle. Tout le contraire de notre bel écossais.

Kieran est un bel écossais tout en muscle avec tablette de chocolats et surtout sexy comme tout. Malheureusement, après une nuit où il renouvelle sa magie et où il a été attaqué par un sorcier malfaisant, le druide fut projeté dans la zone astrale. A la fois vivant et fantôme, il fut par la suite enfermé, pendant quatre cents ans, dans un tableau représentant son beau château. Et c’est par le plus grand des hasards qu’il va pouvoir en sortir, lorsque Thaïs en fait l’acquisition. Comprenait alors que cette dernière est capable de le voir, il va alors lui coller aux basques afin qu’elle l’aide à reprendre son humanité. Cet homme est un plaisir pour les sens, d’abord, il doit apprendre à utiliser la technologie de notre siècle (et cela amène des moments très risibles tels que le coup de la machine à laver), puis le fait qu’il utilise son état de fantôme pour jouer à l’espion (surtout quand il s’agit de Thaïs dont il est épris et qu’il courtise, bon ok, ce n’est pas vraiment qu’il la courtise, mais je préfère cela plutôt qu’utiliser un autre mot), ensuite, et là j’adore ce mec, son péché mignon n’est autre que le chocolat. Déjà qu’Aurore Aylin le décrit comme un chocolat chaud bouillant (tablette de chocolat, jolie paire de fesse bien ferme, tout en muscle et très sportif au lit) le voila avec une ou deux cotes de chocolats dans la bouche, et tout comme nous qui fondons devants ce bel Appolon, voilà que lui aussi fond comme neige au soleil, mdr. Mais ne dit-on pas l’habit ne fait pas le moine ????? Car sous ses aires de beau gosse sexy, Kieran est un véritable combattant, il est certes druide, mais il sait aussi se servir de sa cervelle et de ses muscles si besoin est. Il est aussi très protecteur, jaloux et possessif et son coté macho est plutôt bas vu qu’il va jusqu’à faire la lessive de Thaïs. Et puis j’ai adoré la leçon qu’il a procurer à l’ex de Thaïs.

Arthenais grand-mère de Thaïs est celle que l’on considère comme la reine mère. Il faut dire qu’avec une bande de chipies aux pouvoirs magiques aussi diversifiés que les fleurs à travers le monde, ce n’est pas de tous repos. Elle mène cette bande de joyeux lurons avec une main de maitre. Qui conque lui parle male se voit direct privé de voie ou de mouvements. Mais au fond, elle est très fière des siens et les adore. Et afin de mener nos chipies magiques comme il se doit, elle est aidée par sa sœur.

Sophie est justement la petite sœur d’Arthenais, grand-mère elle aussi d’une partie de la bande des chipies magiques, elle ne peut malheureusement pas y faire grand-chose. Car elle est continuellement en train de faire des prophéties via des visions. Et étant donné qu’elle est continuellement en train de se balancer d’avant en arrière comme une folle, la famille l’appelle la siphonnée. Mais t’inquiète Sophie moi aussi je suis siphonnée du boulon, mdr.

Les autres membres de la famille ce sont de véritables pestes magiques. Si si je vous l’assure, comme dit Thaïs sa famille c’est la famille Adams. Mais ils n’ont rien à voir avec eux. Il y a des disputes par ci que l’on règle à coup de magie, il y des ados qui ne savent tenir leurs langues et qui se font punir à coup de magie, il y a des jeunes qui ne savent plus quoi faire et qui s’amusent avec la magie. En bref, on a de la magie par ci, de la magie par là. Et le pire c’est qu’on en redemande. Mais quand un beau jeune homme apparait dans leur collimateur, les chipies vont défilées les unes après les autres afin de voir laquelle d’entre elle plait le plus. Mon dieu, j’ai eu l’impression d’entrer dans le monde de Casimir avec autant de rire. Mais chacun à sa sauce, les personnages secondaires sont attachants, et je les ai adorés sincèrement.

Et là quand je lis ma chronique pour corriger les fautes, je me dis qu’il serait peut-être temps d’entrer un peu plus profondément dans le vif du sujet avec le point roman que je divise comme à mon habitude en trois parties, avec la plume de l’auteur, la romance entre les personnages et l’intrigue du tome.

Mais pour débuter, commençons avec la plume d’Aurore Aylin. Elle est pleine de magie et vous fait briller plein d’étoiles devant vos yeux. Toute en légèreté, avec une touche d’humour et quelque scènes un peu hot. La lecture se fait très facilement, les mots glissent devant vos yeux, et vos émotions vous fait monter dans le grand huit. Vous riez à perdre haleine, vous vous énervez avec l’héroïne, vous succomber aux charmes de Monsieur Chocolat, bref, vous vivez un pur moment de magie. Les pages défilent si vite que lorsque la fin arrive, on est un peu déçu et on a envie de lire le tome suivant après être tombé dessus et l’avoir arraché aux mains de votre libraire adoré. Les paysages sont très bien décrits, on a l’impression d’y être et d’y vivre. Les personnages aussi bien principaux que secondaires sont attachants et leurs caractères vous donne envie de mieux les connaitre. Par ailleurs, entre actions, rebondissements, quiproquos, moment de fou rire, on n’a aucun répit. Pas un seul moment de blanc dans la lecture. Bref tous les ingrédients sont là pour notre plus grand bonheur.

Ensuite la romance entre Thaïs et Kieran est du genre électrique dans le début du livre. Car même si Thaïs trouve notre bel écossais sexy, elle ne veut même pas le voir ni en peinture, ni en tant que fantôme. Pour preuve, elle lui donne des adresses afin qu’il aille voir les personnes pour l’aider à traverser la porte. Elle ne veut tellement pas utiliser ses dons qu’elle n’écoute même pas ce qu’il a à dire. Mais à force que Kieran l’enquiquine, elle va devoir l’écouter, surtout quand il fait tout un bouquant avec les appareils électroménagers, le four, le micro-onde, le blender, la machine à laver, la télévision, etc, etc. C’est vrai que quand un homme touche à ce genre de chose, nous femmes restons sur le qui-vive. Cependant après avoir constater que le bel Highlander est du genre à défendre la veuve et l’orphelin, ou plutôt dans son cas, courir et défendre une femme sans défenses contre son compagnon violant, elle va changer d’avis et l’aider. Petit à petit, un lien magique va se former entre eux et le rapprochement se fera au fur et à mesure. Pour elle voir un homme faire sa lessive, puis venir se coller à elle pour gouter à sa cuisine, ou encore la venger de l’infamie que son ex lui a fait subir, va l’amener à le voir sous un autre jour. Et c’est des étoiles plein les yeux qu’elle amène son monsieur chocolat auprès de sa famille. De son coté, Kieran trouve Thaïs complètement sexy. Il ne cherche pas à se leurrer, il la veut, et il l’aura. J’ai aimé les voir se découvrir, se rapprocher et enfin s’aimer. Les épreuves qu’ils ont passées sont dures certes, mais cela leur à permis d’apprendre un peu plus l’un sur l’autre. En tout cas cette romance est très belle. Aurore Aylin a très bien su gérer les moments de tendresses entre les deux cocos durs tout le long de l’histoire en parsemant ces moments méticuleusement.

Enfin on arrive au point de l’intrigue. Pour moi dés le début de l’histoire, l’intrigue était le fait que Thaïs devait aider Kieran à reprendre son humanité et donc de redevenir un humain. Sans compter leur amour naissant. Et bien non !!!!! L’intrigue est plus complexe qu’il n’en n’a l’air. Et dieu merci, car sinon on risquait de tomber dans un livre gnan gnan gnan. Car au fond même si monsieur chocolat m’a fait fondre comme neige au soleil, je n’ai pas cessé de me poser de nombreuses questions. Comment Kieran à pu devenir un fantôme ? Comment à t’il pu être prisonnier du tableau. Comment va-t-il briser la malédiction ? Et s’il réussi à la briser que va-t-il devenir ? Qui est derrière toutes ses souffrances ? Il y a tellement de question. Et encore je suis plutôt sympa vu que je n’en donne que les grandes lignes. Mais bon, tout cela pour dire que l’intrigue est très bien ficelée, les réponses qui arrivent au fur et a mesure. Bref, je ne me suis pas ennuyée du tout.

En conclusion, voici encore un livre qui se finit, un livre pour lequel j’ai eu un méga coup de cœur, un livre qui m’a fait autant rire qu’il m’a donné des émotions fortes. Entre Thaïs et Kieran, c’est un amour fou. La famille Kergallen ressemble à sa façon à la famille Adams. Je me suis bien marré. Aujourd’hui, je sais que je vais me mettre à lire les autres tomes. Si l’auteur Aurore Aylin était en face de moi, je lui ferai deux grosses bises sonores afin de l’a remercié pour cette famille de folles dingues dopée à la magie. D’un autre côté, les chipies Kergallen valent les beaux mâles de Chânais d’Ysaline Fearfaol. Et là je me dis miam, miam, la suite va être magique. Alors rester bien à l’écoute car qui sait, une nouvelle chronique est déjà en route.

13 8

 

Il y avait des boutons partout dans cette pièce nommée cuisine, mais qui ne ressemblait en rien aux cuisines de Ravencraft. À Ravencraft Manor, on pouvait faire rôtir des quartiers de viande et des dizaines de personnes s’agitaient en tous sens, ce qui aurait été bien difficile à faire ici tant la pièce était petite. Chaque fois que Kieran appuyait sur un bouton, quelque chose se mettait à vrombir. La cuisine était remplie d’étranges machines dont il ne devinait pas toujours l’usage. Il y avait le réfrigérateur, le « frigo » comme disait Thaïs, qui conservait les aliments au frais. Dans un compartiment situé sur le bas du grand rectangle se trouvaient des aliments figés dans la glace. Thaïs avait marmonné quelque chose au sujet de « dégeler le congel » en sortant brutalement une boîte, la veille. Elle l’avait ensuite placée dans une autre machine plus petite dont l’écran s’était illuminé. Fasciné, Kieran avait regardé la boîte tourner à l’intérieur, et lorsque quelques minutes plus tard une sonnerie avait retenti, Thaïs avait sorti la boîte, d’où une fumée légère s’échappait, signe que les aliments étaient chauds à présent. Le Highlander, curieux, ouvrit le « congel » et en sortit au hasard une boîte similaire à celle de Thaïs, qu’il plaça à son tour dans le rectangle. Il manipula mentalement les boutons et eut bientôt la satisfaction de voir l’écran s’illuminer. Il dut remettre la machine en route plusieurs fois, car le contenu de la boîte ne semblait pas avoir chauffé. Soudain, un bruit d’explosion retentit dans la machine. Kieran se précipita, ouvrit d’une pression mentale la porte... l’intérieur de la machine était maculé de nourriture. Perplexe, Kieran contempla un instant les dégâts. Tout semblait si simple quand c’était Thaïs qui agissait ! Il réussit à extraire la boîte à moitié vide et la mit à la poubelle avant de commencer le nettoyage. Ce n’était pas facile de manipuler l’éponge sans ses mains, mais il parvint à un résultat satisfaisant. Avec un peu de chance, la jeune femme ne s’apercevrait de rien !

Kieran se tourna avec curiosité vers une machine dans laquelle Thaïs rangeait après chaque repas la vaisselle sale. De temps à autre, elle pressait quelques boutons après avoir ajouté un produit à l’étrange couleur bleue. Un bruit d’eau se faisait entendre, et moins d’une heure plus tard, lorsque la jeune femme ouvrait la porte, de la vapeur s’en échappait, révélant la vaisselle à nouveau propre. S’il n’avait eu une telle connaissance de la magie, Kieran aurait sans doute cru la voir à l’œuvre.

Il y avait une autre machine similaire à côté, dans laquelle Thaïs nettoyait son linge. Kieran ne l’avait jamais vue la mettre en route, mais son efficacité était indéniable. Mouillé, mais parfaitement essoré, le linge pouvait ensuite être étendu pour sécher. C’était amusant et ingénieux à la fois. Elle avait enfourné du linge dedans en rentrant du travail, mais n’avait pas encore mis la machine en route. Et s’il se rendait utile ? Peut-être la jeune femme serait-elle mieux disposée à son égard s’il l’aidait ? Avec un sourire, Kieran se pencha au-dessus de la machine pour en scruter les entrailles. Il y avait beaucoup de linge. Il appela à lui une bouteille sur laquelle était dessinée de la lavande et versa une généreuse rasade de savon, se réjouissant que Thaïs n’ait pas besoin, comme les femmes de son époque, d’abîmer ses jolies mains pour frotter le linge. Le XXIe siècle était sans conteste une époque de progrès pour la gent féminine. Ensuite, il s’interrompit pour réfléchir un instant. Il fallait de l’eau, pour laver le linge. S’emparant d’un récipient, Kieran le remplit consciencieusement plusieurs fois avant de vider le contenu dans la machine. Lorsque le niveau d’eau lui sembla suffisant – le linge était totalement immergé –, il referma le capot et appuya sur quelques boutons, au hasard.

Bientôt, la machine se mit à ronronner, un bruit d’eau se fit entendre. Kieran sourit, tandis qu’il s’amusait à faire tourner, dans un sens puis dans l’autre, l’appareil plus petit avec lequel Thaïs extrayait le jus des oranges chaque matin. Il revint finalement au salon et s’installa face à l’écran sur lequel les images, plus fascinantes les unes que les autres, défilaient. La télévision était un outil formidable pour un homme découvrant une époque qui lui était inconnue. Parfois, il se demandait s’il devait ou non prendre au sérieux certains programmes. Les publicités, en particulier, le laissaient perplexe. Cette eau était-elle miraculeuse au point de faire danser des bébés ? Il ne s’était guère intéressé aux tout petits jusqu’à présent, mais il lui semblait qu’ils ne pouvaient marcher que vers un an environ. Alors, danser... il imaginait très bien les jeunes parents se précipitant dans les magasins pour acquérir l’eau miraculeuse qui permettrait à leur enfant de se développer plus vite. Mais alors, pourquoi Thaïs possédait-elle cette eau chez elle ? Il n’avait pas remarqué d’effet quelconque sur la jeune femme, en tout cas, il ne l’avait jamais vue se mettre à danser et sauter partout après avoir ingéré un verre du précieux liquide.

Le visage rosi de plaisir de la jeune femme, tel qu’il lui était apparu dans l’arrière-boutique du magasin d’antiquités alors qu’il l’embrassait et la caressait s’imposa dans l’esprit de Kieran, occultant toute autre image. La sensation avait été enivrante, il ne se rappelait pas avoir ressenti une telle impression d’ivresse, que ce soit avec la bière savoureuse de ses chères Highlands ou en compagnie d’une femme. Elle avait répondu à ses baisers, sa langue caressant la sienne, l’avait attiré contre elle, son corps ondulant avec sensualité contre le sien... Avec un grognement, Kieran appela à lui la télécommande et commença à appuyer au hasard sur les touches, faisant sauter sur l’écran les images, passant d’un programme à un autre. Il finit par abandonner et, morose, regarda des hommes taper dans une petite balle à l’aide d’un objet à la surface plate tendue de cordages. Le but semblait être de faire passer la balle par-dessus un filet et de faire en sorte que l’adversaire ne parvienne pas à la renvoyer.

Un bruit étrange en provenance de la cuisine le tira de ses pensées. Un regard en arrière lui révéla que de la mousse débordait de la machine qui lavait le linge. Horrifié, Kieran bondit et se précipita vers la cuisine. Désemparé, il regarda la mousse se répandre lentement sur le carrelage. Un regard en direction de la porte close de Thaïs lui apprit qu’elle n’avait rien remarqué d’anormal... pour le moment. Faisant appel à sa télékinésie, il tira le capot de la machine pour l’ouvrir. Un flot d’eau mousseuse se déversa, dégoulinant sur les flancs de la machine. S’il avait été matériel, nul doute que ses pieds auraient baigné dans le liquide !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire